UA-64206590-2 UA-101278801-1

21/08/2007

Lausanne perd des emplois au profit de la périphérie

Lausanne perd des emplois au profit de la périphérie.

 

Voilà l’information que le Service cantonal de la statistique a publiée la semaine dernière. On le savait déjà pour les commerçants, mais ce communiqué met surtout en lumière que les pertes d’emplois dans le tertiaire supérieur (notamment bureaux, assurances, banques, informatique) sont les plus nombreuses au profit de l’ouest lausannois.

 

A la lecture de cette information, je me suis empressée de ressortir un intéressant article du Temps de juillet dernier qui interrogeait le géographe Pierre Dessemontet. Ce dernier, socialiste déclaré, posait un diagnostic sévère sur la politique de la ville de Lausanne : « la gauche au pouvoir néglige les questions liées à l’emploi et à ses mutations contemporaines ». Il ajoutait : » Il y a une résistance à gauche et au PS qui empêche l’émergence d’une vision économique véritable proche du terrain et de ses problèmes ( …). Si le logement est au centre des préoccupations du PS depuis longtemps et à juste titre, il ne doit pas l’être aux dépens des bureaux qui quittent la ville ».

 

M. le syndic pourrait lire utilement cet article ou même prendre contact avec M.Dessemontet, maintenant qu’il réfléchit enfin à la problématique du city management. Il verrait alors qu’il faudra faire autre chose que de prélever des taxes pour faire vivre sa ville et y préserver des emplois !

12:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/08/2007

Et si les CFF avaient une approche client ?

 
Les clients des CFF découvrent que notre régie possède des automates fou, mais qu’elle ne possède que peu d’ »approche client » sans la manière de traiter les victimes de ses bug informatiques. Si seulement, les révélations de la presse de ce jour se limitaient à ces deux ratés techniques ! Deux situations dont j’ai été témoin récemment, montrent que dans les directives données aux collaborateurs, il y a aussi des bugs et que le client n’est pas roi !
 
Forfait Paléo
 
Une grande campagne de communication motivait les festivaliers de Paléo à prendre le train et à bénéficier ainsi d’un forfait de 15.-frs. aller et retour. Ce forfait ne s’achetait qu’au guichet des gares et non aux automates. Les guichets ne sont cependant pas toujours ouverts. A la gare de Morges par exemple, ce dernier est fermé à partir de 17h.40 le week-end. Dans ces circonstances, la logique voudrait, qu’il soit possible d’acheter le forfait dans le train. Et bien non ! Le contrôleur ne vendait pas ce produit et facturait le tarif plein avec un supplément de 5.- pour avoir pris le billet dans le train ! A la critique, il s’est contenté de répondre qu’il fallait y penser avant et acheter son billet lorsque le guichet était ouvert ! Pour donner envie de prendre le train il y a mieux !
 
Oubli du demi-tarif
 
Les contrôleurs ont aujourd’hui de magnifiques petites machines qui leur donnent de nombreuses informations et parmi celles-ci les détenteurs d’abonnements demi-tarifs. Il n’y a pas longtemps, j’avais oublié mon demi-tarif. J’ai donné ma carte d’identité et le contrôleur a constaté dans sa machine que j’en détenais bel et bien un. Peu importe,  j’ai tout de même dû payer le supplément, avec la possibilité de me le faire rembourser. Un ami, dans les mêmes circonstances, a payé 5.- frs de frais, mais pas le supplément. Les frais étaient justifiés par le temps consacré à la recherche !
 
Heureusement que l’économie n’a pas une telle démarche client ! Sinon le client aurait depuis longtemps été voir ailleurs !

10:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2)