UA-64206590-2 UA-101278801-1

03/09/2007

Les familles ... et les entreprises !

En campagne électorale, tout le monde aime les familles. Et M. Couchepin n'a pas failli à la règle en lançant l’idée de bons de garde, lors de son entretien de l’île Saint-Pierre. Le Conseil fédéral, in corpore, y a été aussi de son sucre, cette semaine, avec l’introduction d’un congé paternité de 5 jours pour l’administration fédérale.

Il est indispensable de faire quelque chose pour les familles et la garde des enfants. La CVCI l’a montré en soutenant depuis le début la loi vaudoise sur l’accueil de jour des enfants. Il est indispensable que les femmes qui le souhaitent puissent reprendre le travail après avoir eu un enfant. En disant cela, je ne fais qu’enfoncer des portes ouvertes.

Mais qui paie ? Selon les décisions, soit les contribuables, soit les entreprises. Que ce soit dans une poche ou une autre, ce coût ne pourra être assumé que si l’économie marche bien et que la Suisse a une croissance largement supérieure à 2%.  C’est encore loin d’être acquis. En effet, la compétitivité de la Suisse est fragile et nécessite des conditions-cadre favorables au développement des entreprises. La fiscalité et la formation sont en première ligne des nécessités.
Alors, la cohérence voudrait qu’en parallèle aux mesures favorables au développement de la famille, on prenne des mesures favorables aux entreprises. La réforme de la double imposition des dividendes, attaquée en référendum, en fait partie. Elle favorise les patrons des PME. Ce sujet est malheureusement moins populaire en campagne électorale, si ce n’est pour faire une campagne primaire anti-patrons ! Dommage que le débat ne puisse s’élever !

16:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.