UA-64206590-2 UA-101278801-1

04/10/2007

Notre avenir est ailleurs que dans les gesticulations politiques !

Le commerce extérieur de la Suisse vient de dégager 8,1 milliards d’excédents. La santé et le dynamisme de nos entreprises exportatrices, souvent dans des secteurs de niche, entraînent une ré-industrialisation du marché du travail. Le nombre de places de travail dans l’industrie progresse plus vite que dans le reste de l’économie. La délocalisation de la production en Chine ou en Inde n’est pas à l’ordre du jour. Les entreprises suisses s’installent dans ces pays surtout pour y faire de nouveaux clients, qui bien souvent deviennent aussi clients de la production suisse générant de nouveaux postes en Suisse. Qui aurait pu croire, il y a quelques années encore, à ce retournement de situation ?
  
Ce rebondissement est le résultat de la force de production, d’innovation, de recherche de milliers d’entreprises. Notre canton en compte un certain nombre qui n’ont jamais relâché leur engagement pour conquérir de nouveaux marchés, garder leurs clients. Certes le taux bas du franc suisse les a aidés dans la reconquête de cette place dans les marchés.  Et les politiques ? Ils pourraient utilement les aider en concentrant leurs forces sur une amélioration de la fiscalité et de la formation.
 
Pour le reste, les gesticulations parlementaires du style de celles du Conseil national d’hier, comme les shows médiatiques, ne changeront pas grand-chose à notre avenir qui se trouve bel et bien entre les mains de ces milliers de PME.

11:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5)