UA-64206590-2 UA-101278801-1

28/11/2007

Vive les bouchons !

Vous avez connu le bouchon de Morges. Vous connaissez le bouchon d'Aubonne depuis peu. Et demain vous connaîtrez le bouchon de Genève à Lausanne?

 

Cette crainte est légitime et la volonté des CFF d'augmenter les tarifs aux heures de pointe ne va rien arranger. Le canton de Vaud ne veut pas voir une réalité que reconnaissent d'ailleurs les cartes du plan sectoriel des transports de la Confédération. L'accroissement démographique du canton d'ici 2030 sera supérieur à la moyenne suisse, supérieur même à celui de Zürich. Ces nouveaux habitants se déplaceront et à n'en pas douter, pas seulement avec les transports publics. L'autoroute Lausanne-Genève deviendra un véritable goulet d'étranglement.

           

Et alors, que font nos autorités pour faire face à cette perspective? Rien. Les cantons romands sont d'un silence assourdissant, comme si l'épisode de la troisième voie CFF ne leur avaient rien appris. La Confédération dispose d'un fonds DOPO de 5.5 milliards qui peut être utilisé par les cantons pour éliminer les goulets d'étranglement. Zürich a compris les enjeux et déjà obtenu 900 millions. A ce rythme le fonds sera déjà vide lorsque le canton de Vaud se réveillera enfin.

 

09:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (10)

13/11/2007

Les frais de garde des enfants, une charge sociale ?

C’est en tout cas de cette manière que le fisc vaudois les traite. Je trouve cette terminologie choquante. Au-delà de ce mouvement d’humeur sur la terminologie, l’essentiel reste le montant déductible et là il faut avouer que le canton de Vaud ne fait pas partie des champions. 1300.- en tout et pour tout, alors que Fribourg admet 4000.-, Bâle 5'500.-, Zürich 3’000.- par exemple. Malgré la mise en place de la fondation de l’accueil de jour de l’enfance, financée par les entreprises, les communes et le canton, les frais de garde pour les parents sont bien plus élevés.
 
Le Tribunal fédéral n’a jamais admis que ces frais sont des frais d’acquisition du revenu. Et pourtant, comment faire lorsque l’on travaille à deux ?  L’addition des deux revenus est pénalisée par la progressivité de l’impôt, une déduction des frais de garde casserait ce mouvement !

Le canton doit réfléchir à améliorer sa fiscalité de la famille et veiller que ce point fasse l’objet d’une attention particulière. A la suite de la motion Daïna qui demandait la déduction des frais de garde, M. le Conseiller d’Etat en charge des finances, a promis une révision pour 2009. On s’en réjouit et on espère que cette promesse deviendra réalité, y compris pour les parents qui doivent faire garder leurs enfants.

09:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5)