UA-64206590-2 UA-101278801-1

27/03/2008

Stabilité entre les riches et les pauvres

Le rapport du Conseil fédéral sur sa gestion livre non seulement un bilan des actions du Conseil fédéral, mais aussi une série d'informations chiffrées très intéressantes.

Ainsi, peut-on apprendre que le rapport entre les ménages les plus riches et les plus pauvres est resté stable entre 1998 et 2005. La situation de 2005 est décrite de la manière suivante: le 20% des ménages, qui avaient les revenus les plus élevés, disposaient d'un revenu environ 5,9 fois supérieur à celui des 20% qui avaient les revenus les plus bas. Mais l'information la plus intéressante vient de la prise en compte des transferts sociaux, soit les prestations AVS/AI, chômage, etc. L'écart se réduit alors entre le revenu des plus riches est celui des plus pauvres à 3,8 fois supérieur. Premier enseignement de ces chiffres: les mécanismes de redistribution institués par l'Etat jouent parfaitement leur rôle. Deuxième enseignement: l'écart entre les plus riches et les plus pauvres ne s'est pas accru, certainement un signe que toutes les classes sociales ont bénéficié peu ou prou de la croissance économique.

La lecture de ces indicateurs pourrait être utile avant de tenir des propos dignes du "café du commerce" sur les riches qui doivent payer pour les pauvres!

13:40 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Bonjour,
Qu'est-ce que l'on ne fait pas dire aux statistiques de nos jours!
Pour ne pas rentrer dans cette logique, je ne réponds pas avec des chiffres, mais quand une membre du parti libéral, dont on connaît la position idéologique sur l'imposition, soutient de telles affirmations, prudence, prudence...
A cet égard, une histoire des idées du néo-libéralisme et de leures applications serait certainement plus riche d'enseignement sur l'écart actuel riche-pauvre qu'une interprétation de statistiques...

Écrit par : eugene | 28/03/2008

http://www.quebecoislibre.org/030816-8.htm:

Une analyse intéressante sur ce sujet replacé dans un contexte mondial...

SD.

Écrit par : Samuel DIXNEUF | 28/03/2008

Cher Eugène,
Bien sûr qu'on peut mettre en doute les statistiques - surtout quand leur résultat ne nous convient pas. Mais les chiffres sont têtus! Le phénomène intéressant dans celles qui sont produites, c'est que normalement celles-ci sont brandies par ceux-là même qui utilisent tant et plus le terme avec lequel vous avez qualifié les idées de Claudine: "néo-libérales"...
Et pourquoi ce "néo"? Qu'ajoute-t-il? Avez-vous jamais entendu Claudine se vanter d'un quelconque "néo"-libéralisme ? Elle est simplement libérale, que je sache! Traite-t-on, dans l'autre sens, les adversaires systématiquement de paléo-marxistes ? L'utilisation de ce "néo"-logisme relève tout simplement du procès d'intention, de la catégorisation arbitraire et de la non-écoute de l'autre. Elle révèle ainsi le type de lecture des statistiques qu'elle prêche: bigote et sans esprit...

Écrit par : wolfgang | 28/03/2008

Heureusement que l'on peut compter sur la Loterie Romande pour nous rendre millionnaires !
Je suis pauvre, mais je vis selon le proverbe "...mets-toi à la place de l'autre"...
Si je gagnais au Loto et que je m'achèterais 2 maisons, une à la mer, l'autre à la montagne, en Suisse, je n'aimerais pas que celle à la montagne, en Suisse, soit squattée...
Je ne m'achèterais certainement pas une voiture chère et polluante, mais belle quand même et surtout utile, comme une Opel Omega break...bien accueillante...
Je continuerais de voter à droite, en toute occasion...rien que pour emmerder la gauche-caviar...et leurs pseudos intellectuels...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 28/03/2008

Cela vous réconforte-t-il de savoir que l'écart entre pauvres et riches est stable ? Ce qu'il faut constater c'est qu'il y a toujours des pauvres ! Et cela, comme bien d'autres l'ont dit avant moi, est lié au libéralisme pur et dur qui ne favorise que le profit et encore le profit. Mais je ne vous apprends rien... Vous arrive-t-il de penser aux gens qui ne sont pas des privilégiés, qui ne sont pas nés dans un milieu favorisé, qui n'ont pas reçu les même capacités intellectuelles, ou que leur but de vie n’est pas de s’enrichir au détriment du reste et surtout des autres ? Mais ça vous le regardez de loin, de haut, ce n’est pas votre souci. Je ne vous aime pas Mme Amstein, je vous le dit franchement. Parce que pour moi vous êtes l’image tout ce que je déteste dans notre société, l’arrogance, la suffisance et l’égoïsme. Chaque fois que je vous lis je ne peux m’empêcher de bondir et fulminer. Comme dans le 24h d'aujourd'hui, votre commentaire sur la stabilité entre pauvres et riches. je n'y vois qu’un mépris froid et cynique.

Écrit par : Daniel Vuadens | 28/03/2008

Oh l'info digne de confiance: quelqu'un qui cite un rapport qui lui même cite des statistiques.

Donnez nous in extenso les méthodes de calculs et les sources, pour que vos propos soit un peu plus étayés.

Que l'AVS et l'AI redistribue l'argent de manière solidaire, heureusement puisque le système le veut. C'est déjà nettement moins le cas avec l'assurance chômage (mais ça passe inaperçu vu la conjoncture), et ce n'est plus du tout le cas avec l'assurance maladie !

Écrit par : PtitSuisse | 30/03/2008

Mme Amstein,
Que disent les statistiques sur l'augmentation explosive des multimillionaires dans notre pays ces dix dernières années?
Que disent les statistiques sur l'augmentation des "working poor", de ceux qui même en travaillant à plein temps n'arrivent tout simplement pas à s'en sortir?

Écrit par : Olegna | 30/03/2008

on note également que dans les pays émergent comme au Brésil où il y a un accroissement entr riche et pauvre malgré le recule de la pauvreté,parce que l'enrichissement ne se fait pas de la même vitesse.Balancer des écarts entre riche et pauvre est toujours trés relatif. quand aux pauvre ou working poor en Suisse,faut savoir que la pauvreté a des causes multiples et qu'elle est souvant transitoire,immigration,divorce,perte d'un emploi etc...

D.J

Écrit par : D.J | 01/04/2008

Est-ce que quelqu'un va enfin se préoccuper du sort de gens pour qui l'impôt constitue la plus grande charge de leur budget ?

Écrit par : Pierre-André Rosset | 09/04/2008

Sont-ils vraiment à plaindre?
Cela ne nous dit rien sur leurs revenus....

Écrit par : Olegna | 09/04/2008

tu es plutôt mignonne...

Écrit par : cama | 13/07/2008

"La lecture de ces indicateurs pourrait être utile avant de tenir des propos dignes du "café du commerce" sur les riches qui doivent payer pour les pauvres!"

J'aurai plutot interprété ça par:
La lecture de ces indicateurs pourrait être utile avant de tenir des propos dignes du "café du commerce" sur les pauvres toujours plus pauvres et ls riches toujours plus riches!

Écrit par : DdDnews | 12/12/2008

Les commentaires sont fermés.