UA-64206590-2 UA-101278801-1

05/11/2009

La bonne idée de Moritz

 "Quand le travail coûte plus cher qu'il ne rapporte" est le titre d'un rapport édité par les bureaux de l'égalité. Ce rapport montre que la progressivité de l'impôt et le coût de la garde des enfants décourage l'obtention d'un deuxième revenu.

Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger vient d'ajouter une pierre à cet édifice de découragement financier lors de la présentation de  son rapport sur les infrastructures.

 

Pour assurer l'entretien de ces dernières, il souhaite instaurer une taxe sur la mobilité, joliment nommée « mobility pricing ». Concrètement, il s’agit de taxer les automobilistes et les usagers des transports publics qui empruntent les tronçons les plus fréquentés et/ou aux heures de pointe. Cette taxe sur la mobilité part de l’idée que l’on peut changer ses horaires de travail pour éviter de payer des taxes et finalement désengorger nos agglomérations. Mais le ministre semble oublier que, même s'ils ont l'horaire libre, les travailleurs ont aussi des obligations  privées: aller chercher les enfants à l’école, à la crèche, faire les courses dans des horaires que les socialistes ne veulent pas modifier ou encore assumer des engagements associatifs.

 

Pour accomplir toutes ces activités, il ne reste pas d'autre alternative que de se déplacer aux heures de pointe. On ne s’engage pas dans le bouchon de Morges ou on ne reste pas debout dans le train de gaieté de cœur ! Taxer les pendulaires, c'est aussi et surtout taxer les familles dont les deux parents travaillent. C'est une vraie mesure antisociale.

 

Commentaires

Une fois n'est pas coutume, nous sommes d'accord!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 05/11/2009

Ah si seulement les couples revoyaient à la baisse leurs besoins financiers, de sorte que bien des femmes puissent élever et éduquer elles-mêmes leurs enfants au lieu d'en confier la charge aux écoles et autres crèches. A la fin du compte, toute la société s'y retrouverait. (Je précise que je ne vote pas UDC). A part ça, tout à fait d'accord avec vous.

Écrit par : Jean-Claude Baltzinger | 05/11/2009

La plus grande surprise pour moi dans cette formidable idée est le fait que Monsieur Moritz Leuenberger est membre du parti socialiste. Les activités de ce parti ne doivent-elles pas être également dans le recherche de solutions pour que les travailleur(euse)s de notre pays puissent évoluer dans des conditions optimales?
Il est vrai que cela demande moins d'énergie de taxer les gens qui se lèvent tôt pour aller au travail plutôt que de rechercher des mesures adéquates pour ceux qui n'ont plus le courage de se lever... ou n'ont simplement plus de travail. Ceux-là pourront alors bénéficier de tarifs avantageux.
Félicitations pour cette prodigieuse idée!

Écrit par : Marc Fesselet | 05/11/2009

M. Leuenbeerger lance des idées en l'air pour susciter le débat, comme savait trés bien le faire aussi M. Couchepin. Tous les deux savent que gouverner c'est prévoir. Encore faut-il aussi prévoir pour le long terme.
Il faudra bien un jour penser à financer nos infrastructures sans les taxes sur la benzine qui bientôt rapporteront moins. Chacun pense que "les autres" n'ont qu'à payer, et comme nous sommes tous les autres de quelqu'un, il va bien falloir d'une façon ou d'une autre mettre la main au porte-monnaie. Alors réfléchissons-y et essayons de trouver des solutions satisfaisantes.

Écrit par : gamine | 05/11/2009

Plutôt que taxer, pourquoi ne pas favoriser le "vrai" télétravail - pas celui qui n'offre que des avantages pour l’employeur en rallongeant le temps de travail de ses employés ! Investissons massivement dans les nouvelles technologies. On le sait, et des études l’on démontré, le télétravail peut apporter de nombreux effets positifs. Moins de monde sur les routes, dans les transports publics, moins de pollution, moins de fatigue et surtout une augmentation drastique de la qualité de vie. Donnons-nous les moyens de penser différemment.

Écrit par : Orion | 05/11/2009

Si gouverner c'est prévoir, il serait temps que M. Moritz gouverne en prévoyant de prendre une retraite où il pourra continuer ce qu'il fait si bien aujourd'hui : rien.

Après la volonté d'augmenter fortement le prix des voitures neuves, voilà que notre fantôme zurichois veut taxer les pendulaires. 2 brillantes idées anti-sociales au possible.

Qu'il fasse de la place au CF à des personnes qui ont de vraies bonnes idées.

Écrit par : Pavel | 06/11/2009

"Ah si seulement les couples revoyaient à la baisse leurs besoins financiers, de sorte que bien des femmes puissent élever et éduquer elles-mêmes leurs enfants au lieu d'en confier la charge aux écoles et autres crèches."

...

Ah Monsieur Schwaab, le travail des femmes n'est pas qu'une question de besoin financier pour les couples... Nous sommes en l'an 2009, le fait que les enfants soient confiés dans des crèches ne veut pas dire que les femmes ne veulent pas éduquer et élever elles-mêmes leurs enfants...

Écrit par : Daniel | 06/11/2009

Pardon M.Schwaab, mon commentaire est destiné à M.Baltzinger

Écrit par : Daniel | 06/11/2009

Les commentaires sont fermés.