UA-64206590-2 UA-101278801-1

17/11/2009

L’économie réclame une mesure concrète pour la relance !

L’enquête conjoncturelle d’automne de la CVCI a montré qu’il y a une différence manifeste de délais de paiement entre les clients privés et les clients publics (soit les communes, le canton et la Confédération).  Dans le canton de Vaud, les clients qui paient leurs factures au-delà de 50 jours représentent 35% des clients privés mais 43% des publics, soit une différence de 8 points en la défaveur du secteur étatique. En comparaison intercantonale, il n’y a que Genève qui fasse pire. Cependant, cette situation n’est pas forcément le résultat d’un retard de paiement. Il s’agit parfois de délais négociés entre les partenaires. Mais le fait est là : les clients publics paient plus tard.

 

Dans cette période de crise, la mode est aux plans de relance, marotte des politiques. Chaque fois que la CVCI est sollicitée pour des idées de mesures de relance, elle propose d’accélérer les paiements du secteur public. Car ce n’est pas un problème financier. L’argent est souvent disponible mais reste bloqué sur des comptes. L’enquête conjoncturelle démontre que l’on peut augmenter le rythme des paiements de l’Etat. Au Tessin, les pouvoirs publics paient plus vite leurs factures que les privés, à la fois à court et à long terme (42% des factures acquittées à 30 jours  contre 26% pour le secteur non-étatique et  39% contre 45% au-delà de 50 jours).  Il s’agit, donc, uniquement d’un problème de procédure ou de processus de décision que l’on peut accélérer. Il faut juste avoir la volonté politique pour le faire.

 

La réduction des délais de paiements publics est un moyen de relance tout simple qui améliore la situation financière des entreprises et les rend moins dépendantes de leurs lignes de crédit. Avant toute autre chose, l’économie réclame cette mesure élémentaire, concrète, rapide à mettre en œuvre et qui ne coûte quasiment rien.

 

 

Commentaires

"L’économie réclame une mesure concrète pour la relance"

Ben tiens ... vous croyez pouvoir parler au nom de "l'économie". Cela serait plus honnête et moins raccoleur d'écrire "Les syndicats patronaux et les millieux immobiliers réclamment [...]".

Écrit par : Djinius | 17/11/2009

Les commentaires sont fermés.