UA-64206590-2 UA-101278801-1

24/11/2009

Un scénario catastrophe pour votre emploi

La production d’électricité a été réduite. Les centrales nucléaires ont été arrêtées. Une tempête ravage l’Europe occidentale, provoque une panne d’électricité monumentale et des problèmes à la chaîne. Un autre film catastrophe de Roland Emmerich dans la veine de « 2012 »?

 

Non. C’est le scénario de l’Exercice de conduite stratégique 2009 mené par le Conseil fédéral les 19 et 20 novembre derniers. Nos autorités se sont confrontées aux effets d’une pénurie d’électricité de plusieurs mois. Leurs répercussions sur la Confédération, les cantons, l’économie, la société et les relations internationales ont été simulées. Face à la pénurie, les autorités ont dû planifier des mesures de restriction de la consommation électrique. Le Conseil Fédéral les a approuvées, à titre fictif. Les leçons tirées de cet exercice permettront de prendre des décisions pour accroître notre sécurité énergétique.

 

En marge de la campagne pour ou contre Mühleberg, il est symptomatique que le thème d’un exercice mené tous les quatre ans seulement, soit une pénurie électrique. Nos autorités se préparent activement à faire face à une crise énergétique majeure. Partant, est-ce vraiment le moment de diminuer notre indépendance énergétique déjà mal en point en arrêtant une centrale qui marche comme Mühleberg ? Dois-je le rappeler ? Une entreprise qui ne peut pas produire pour cause de coupures de courant, est une entreprise qui ne livre plus ses clients, fait des pertes, puis licencie, et fini par faire faillite. Multiplier ça par le nombre d’entreprises suisses et vous obtiendrez un chômage de masse historique.

 

Pour éviter ce scénario catastrophe, votez oui à la prolongation de l’exploitation de Mühleberg ce 29 novembre! C’est de la combinaison de toutes les énergies disponibles dont l’économie a besoin, dont vous avez besoin. Les technologies renouvelables ne sont pas encore mûres pour prendre le relais du cheval de trait nucléaire. Votez oui à l’électricité de nos emplois !

Commentaires

Ont-ils fait le même exercice en simulant l'explosion de la centrale de Mühleberg?

Bon je sais!... ça, c'est de la SF, une chose qui n'est jamais arrivée et qui n'arrivera jamais! Ou alors ailleurs, très loin, dans un monde révolu. Dans ce cas là ce n'est plus de la SF, mais de l'Heroic Fantasy...Surtout que les nuées mortifères de ce désatre ont été stoppées aux frontières par un tour de magie des Grands Sages... En tout cas la simulations des vents nous l'a démontré définitivement.

Alors, bon vent! Mais attention ne pressez pas sur le champignon, il est peut-être non seulement électrique, mais également radioactif!
Des idées aussi manichéennes (d'un côté comme de l'autre)! J'en pleurote de rire!

... Et puis cette votation... Ce n'est aussi qu'une simulation, ou plutôt un simulacre de démocratie! Le résultat n'a aucune valeur légale pour ou contre le maintien des centrales!

Écrit par : Père Siffleur | 24/11/2009

Personne ne perdra son emploi à cause d'une pénurie d'électricité qui n'aura tout simplement pas lieu, en tous cas pas à cause de la fermeture de cette centrale d'un autre temps. Mme Amstein, vous faites du catastrophisme à mauvais escient! En effet, l'ensemble des projets de production d'énergies renouvelables déjà acceptés correspondent à un nombre de GWh supérieur à ce que produit cette vielle centrale fissurée de toutes parts et relevant d'une technologie totalement dépassée.
http://www.muhleberg-illimite-non.ch/faq.html

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 24/11/2009

Je rejoins vos propos M. Schwaab. J'ajoute, que la question n'est ici pas de voter pour ou contre le maintien des centrales nucléaire (désolé Père Siffleur) mais de décider si nous laissons à Muehleberg en tant que privé le droit de décider du moment d'arrêter l'exploitation de sa centrale, ou bien si l'état garde son droit de regard. La réponse me semble évidente...

Écrit par : Nicolas | 24/11/2009

Monsieur Nicolas,

... Mais désolé de quoi?... Vous n'avez pas à être désolé! Pourtant, il n'en demeure pas moins que vous allez voter pour presque rien!... Sans pour autant dénigrer le vote des citoyens. Mais ceux-ci ont le droit de savoir à quoi va servir leur voix!... À presque rien. Sinon on ne leur aurait rien demandé!
Et que vive la démocratie! Allez voter... Ils feront le reste.

Écrit par : Père Siffeur | 24/11/2009

Père Siffleur: effectivement, j'ai mal lu votre dernière phrase, pardon.

Écrit par : Nicolas | 25/11/2009

Oulalalah, on a super peur ... alors du coup, on va voter comme des moutons, en suivant à la lettre les recommandations du patronat.

Écrit par : Djinius | 25/11/2009

« Dois-je le rappeler ? Une entreprise qui ne peut pas produire pour cause de coupures de courant, est une entreprise qui ne livre plus ses clients, fait des pertes, puis licencie, et fini par faire faillite. Multiplier ça par le nombre d’entreprises suisses et vous obtiendrez un chômage de masse historique».

Je ne compte plus le nombre catastrophes auxquelles nous aurions du faire face et qui nous étaient annoncées par ces oiseaux de mauvais augure du style de Madame Amstein.

Mühleber, c’est 5% de l’électricité de Suisse pas le 95%.

Écrit par : cali | 25/11/2009

Plus sérieux que votre armageddon climatique, il y a bel et bien un fantôme qui parcourt l'Europe, plus sournois que le précédent, mais tout aussi totalitaire.
Au lieu de voter, il vaut mieux se casser avant fermeture de la chape de plomb idéologique...

Écrit par : P.A.R. | 25/11/2009

Le scénario suivant serait peut-être plus réaliste. Il toucherait certainement plus de monde, mais le Conseil Fédéral désire-t-il vraiment en parler sérieusement ? Il s'agit de la faillite de l'UBS et de certaines autres banques. Nous n'en sommes pas passés loin et c'est encore bien plus probable que le scénario présenté !

Écrit par : JRE | 27/11/2009

Les commentaires sont fermés.