UA-64206590-2 UA-101278801-1

25/05/2010

"Mühleberg : agitprop à Genève"

Je vous soumets, aujourd’hui, un édito de ma collègue Nathalie Hardyn, directrice adjointe de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, qui exprime encore mieux que je n'aurais pu le faire les méthodes utilisées par certains élus qui manquent pour le moins d'objectivité en matière énergétique!

"La tournée des vieilles gloires du combat antinucléaire démarre fin mai à Genève. Au programme : une manif de propagande, pardon, une « conférence sur les risques posés par la centrale de Mühleberg ». Sur la scène : un physicien inconnu, président de l’association Fokus Anti Atom, et une « ex-star » des années Contratom. De qui émane cette initiative ? Pas d’une obscure association militante, mais bien du Conseil administratif de la Ville de Genève. La différence ? La réunion ne se tiendra pas sous une tente, mais sous les lambris du Palais Eynard et sera suivie d’une réception chic.

La Ville avait prévenu : elle combattrait la centrale nucléaire de Mühleberg, à la suite de la décision prise par le Conseiller fédéral socialiste Moritz Leuenberger d’accorder à la centrale une autorisation d’exploiter de durée indéterminée. Cette décision est importante. Il est extrêmement regrettable que les autorités municipales aient opté pour la propagande plutôt que pour une information objective, pourtant nécessaire. Le sujet est en effet controversé, qu’il s’agisse de la technologie nucléaire en général ou des fissures sur le manteau de la centrale. Sur ce dernier sujet, mieux vaut – pour qui est ouvert à un autre son de cloche – consulter le site des FMB, propriétaires de Mühleberg.

Quant à la décision prise par le Département fédéral de l’énergie fin 2009, elle n’est pas tombée du ciel, puisqu’elle se fonde sur le rapport établi par l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire et la loi sur l’énergie nucléaire. Du reste, cette centrale peut être arrêtée en tout temps si sa sécurité d’exploitation n’est plus garantie. Cela tombe sous le sens.

Quand nous allumons la lumière, nous nous demandons rarement d’où provient le courant. Qui sait que les centrales nucléaires fournissent dans tout le pays, y compris à Genève, 40% de l’électricité consommée ? De plus, la Suisse dispose de 40 ans d’expérience dans cette technologie et ses installations font l’objet d’une surveillance de tous les instants.

Soyons clairs. Il ne s’agit ici pas de faire l’apologie du nucléaire, mais plutôt de réclamer de la part des autorités, même municipales, un minimum d’objectivité. Dans le cas présent, cela aurait pu se faire en donnant aussi la parole aux exploitants de la centrale de Mühleberg. Mais la Ville préfère visiblement l’agitprop.

Nathalie Hardyn
Directrice adjointe de la CCIG"

Commentaires

Nathalie hardyn aurait pu écrire;

"... pour qui est ouvert à un autre son de cloche FISSURÉE – consulter le site des FMB, propriétaires de Mühleberg Qui, EUX, SONT D'UNE OBJECTIVITé SANS FAILLE.
Et plus loin,
"Mais la Ville préfère visiblement l’agitprop POUR UN GITE PROPRE, PLUTÔT QU'UN COUVERT LÉZARDÉ "

C'est tout le problème du nucléaire, chez les pro aussi bien que chez les anti, personne ne cherche à être objectif. Tous n'ont qu'un objectif, démolir les arguments de l'adversaire avec du "n'importe quoi" bien ficelé. Et comme il s'agit de technologie de pointe, les citoyens Lambdas que nous sommes devrions prendre le tout pour argent comptant.

Mais, malheureusement, il en est de même pour tout. Dans le cas des plateformes offshores, il est absolument évident que les pétroliers (ou les pétroleurs?) n'ont pas été tout à fait objectifs!
Par contre une Chambre de Commerce et de l'Industrie vaudoise ou genevoise sont toujours d'une objectivité parfaite.

Écrit par : Père Siffleur | 25/05/2010

Pourrait-on aimablement demander aux membres du Conseil exécutif de retourner élever leurs chèvres sur le Larzac en attendant l'Armageddon ?

Écrit par : Rabbit | 26/05/2010

"Nathalie Hardyn, directrice adjointe de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, qui exprime ENCORE MIEUX que je n'aurais pu le faire"...

c'est dire.

Écrit par : non | 26/05/2010

La constitution du canton de Genève dans son article 160 E stipule que le canton agit de facon a contrer la menace nucléaire civile dans son voisinage. Cela peut vous déplaire mais voila les faits. A longueur d'année le lobby pro nucléaire qui malheureusement trouve un relai chez vous inonde les médias de publicités unilatérales en faveur de l'industrie nucléaire. Cela ne semble pas vous déranger.

Madame Hardyn invoque un choix fédéral qui repose sur l'Inspection fédérale de la sureté nucléaire. Mais savez vous que les avis de cet institut est le seul qui est écoouté par Berne ? En Allemagne la pluralitéé des opinions est respectée, les rapports de l'Oko Institut de Darmstadt étant également pris en compte. Ce qui explique la politique de Sortie du nucléaire de ce pays.

Enfin, je vous cite: "cette centrale peut être arrêtée en tout temps si sa sécurité d’exploitation n’est plus garantie". Cela n'est pas sérieux ! Par définition, quand un problème survient dans une installation induutrielle, vous n'êtes pas prévenu à temps pour "l'arrêter à temps".

Les débats contradictoires sont intéressants, notamment pour les médias, mais ils ne constituent pas la seule facon de faire de la lumière sur un sujet. Lorsque le lobby nucléaire finance des annonces dans les médias, les opposants ne sont jamais invités à donner leur avis. Résultat, cest le poids des moyens financiers qui ouvre la porte à l'information, payante.

Il va faloir vous habituer à entendre d'autres sons de cloche sur le nucléaire et pas seulement "sous des chapiteaux".

Avec mes meilleures salutations,

Philippe de Rougemont

Écrit par : Philippe de Rougemont | 31/05/2010

La constitution du canton de Genève dans son article 160 E stipule que le canton agit de facon a contrer la menace nucléaire civile dans son voisinage. Cela peut vous déplaire mais voila les faits. A longueur d'année le lobby pro nucléaire qui malheureusement trouve un relai chez vous inonde les médias de publicités unilatérales en faveur de l'industrie nucléaire. Cela ne semble pas vous déranger.

Madame Hardyn invoque un choix fédéral qui repose sur l'Inspection fédérale de la sureté nucléaire. Mais savez vous que les avis de cet institut est le seul qui est écoouté par Berne ? En Allemagne la pluralitéé des opinions est respectée, les rapports de l'Oko Institut de Darmstadt étant également pris en compte. Ce qui explique la politique de Sortie du nucléaire de ce pays.

Enfin, je vous cite: "cette centrale peut être arrêtée en tout temps si sa sécurité d’exploitation n’est plus garantie". Cela n'est pas sérieux ! Par définition, quand un problème survient dans une installation induutrielle, vous n'êtes pas prévenu à temps pour "l'arrêter à temps".

Les débats contradictoires sont intéressants, notamment pour les médias, mais ils ne constituent pas la seule facon de faire de la lumière sur un sujet. Lorsque le lobby nucléaire finance des annonces dans les médias, les opposants ne sont jamais invités à donner leur avis. Résultat, cest le poids des moyens financiers qui ouvre la porte à l'information, payante.

Il va faloir vous habituer à entendre d'autres sons de cloche sur le nucléaire et pas seulement "sous des chapiteaux".

Avec mes meilleures salutations,

Philippe de Rougemont

Écrit par : Philippe de Rougemont | 31/05/2010

Les commentaires sont fermés.