UA-64206590-2 UA-101278801-1

27/08/2010

Assurance chômage - Un assainissement est nécessaire.

Le peuple suisse est connu pour voter généralement avec beaucoup de sagesse et dans le sens de l'intérêt général, même si le sujet fait appel à son porte-monnaie et à ses émotions. La révision de l'assurance chômage, qui est soumise à votation le 26 septembre, en est l'exemple parfait.

Notre assurance chômage fait face à un déficit structurel avec une dette de 7 milliards au 30 juin 2010, qui passera à 8 milliards à la fin de cette année! Cette situation est due au fait que la caisse distribue tout simplement plus de prestations qu'elle n'encaisse de primes.

En adoptant la quatrième révision de l’assurance chômage, le Parlement veut stopper cette spirale de déficit. Il présente un projet équilibré qui demande un effort supplémentaire à toutes les parties prenantes. Du côté des recettes, salariés et entreprises verront leurs cotisations augmenter. La cotisation de solidarité de 1% sur les hauts salaires sera réintroduite, sans aucun droit supplémentaire aux indemnités! Du côté des dépenses, les prestations seront mieux ciblées et le principe d’assurances sera renforcé. Ainsi, pour toucher 18 mois d’indemnités chômage, il faudra avoir cotisé 18 mois, contrairement à douze aujourd’hui.

Les opposants mettent en avant le fait que la catégorie d’actifs la plus touchée par les baisses des prestations est celle des jeunes, notamment des étudiants, qui verront leur droit aux indemnités en fin d’étude passer de 12 à 4 mois. C’est vrai, mais il y a deux éléments à prendre en considération. D’une part, la Suisse est le seul pays en Europe qui verse des indemnités chômage aux jeunes qui sortent d'étude. D’autre part, les jeunes actifs sont aussi les personnes qui trouvent le plus facilement un emploi. De plus, les mesures spéciales favorisant leur entrée sur le marché sont conservées. En comparaison européenne, les jeunes Suisses sont même clairement favorisés par notre marché du travail flexible. En effet, le taux de chômage des jeunes n’est que de 4.5% dans notre pays contre 9.5% en Allemagne, 22.2% en France, 29.5% en Italie et même 40.3% en Espagne (chiffres d’Eurostat et du SECO pour avril 2010).

Fruit d’un dur compromis et d’un long travail parlementaire, cette quatrième révision de l’assurance chômage permet de régler le problème lancinant de la dette par des mesures équilibrées. Si cette révision venait à faillir devant les urnes, au lieu d’une augmentation du taux des cotisations salariales de 2 à 2.2% (soit 10% de prélèvement supplémentaires), le Conseil fédéral serait obligé par la loi d’augmenter les cotisations salariales de 2 à 2.5% (soit une augmentation de 25%). Par son équilibre des sacrifices, la solution proposée par le Parlement a au moins le mérite d’être pragmatique et de limiter les dégâts sur le porte-monnaie du travailleur!

Commentaires

Ce que vous oubliez de dire, c'est que la cotisation "de solidarité" de 1% sera plafonnée à un salaire de 315'000 francs. En clair, tout salaire au-dessus de 315'000 francs n'est pas soumis à cotisation! On ne peut donc pas parler de solidarité!
Vous parlez "d'équilibre des sacrifices": on ne voit pas où est l'équilibre lorsque les personnes à haut revenus paient des cotisations proportionellement ridicules comparées à celles payées par les petits salariés.

Vous dites justement que le chômage des jeunes est bas dans notre pays. Cela montre bien que les jeunes n'en abusent pas! Raison de plus de leur octroyer des indemnités, qui les aident pour ce passage vers la vie active.

Autre oubli de votre part: les personnes de plus de 55 ans. Elles ne toucheront plus que 400 jours d'indemnités au lieu de 520 pour une période de cotisation de 18 à 24 mois.

Il ne s'agit là pas de pragmatisme, mais de cynisme car cette révision va réduire les restations aux personnes les plus vulnérables sans vraiment toucher les hauts revenus.

3ème "oubli": les réductions de prestations voulues par cette révision "équilibrée" pousseront les plus démunis vers l'aide sociale. Ainsi les économies obtenues entraîneront des dépenses supplémentaires aux cantons et aux communes...

Espérons donc que le peuple fasse preuve de sagesse, comme vous dites, et refuse cette révision. Et qu'ensuite le gouvernement ait le courage d'imposer les cotisations sur l'entier du salaire! Vu que les gros salaires ne manquent pas en Suisse, cette mesure réduirait énormèment le déficit de la caisse chômage. Mais pour cela il faudrait que nos élus aient à coeur les intérêts des personnes à revenu modeste plutôt que ceux des milieux économiques. Ce qui n'est pas gagné.

Écrit par : Serge Pfister | 27/08/2010

rien à cirer de vos propos / propositions:
elles n'ont rien à voir avec la réalité, le marché du travail,

ici, pour les moins de 25 ans, les étudiants,

ou les plus de 45 ans, les séniors et les femmes devant se battre pour survivre en précarité d'emploi licenciées pour être remplacées

et non réambauchâbles, avant leur retraite à l'âge de 64 ans

En ce qui me concerne, cela fait 10 ans que je fus licenciée pour être remplacée par de jeunes non qualifiées,
pour être réambauchée en remplacement temporaire
de ces mêmes jeunes non qualifiées, parties après formation &/ou congé maternité, pour d'autres emplois mieux payés après avoir été formées sur leur 1er emploi!

ABE!!
Une vieille vaut 2 jeunes
Mais à Genève, nos cadres d'entreprises embauchent Une jeune pour 2 vieux...

même si la jeune en question vient de Bretagne ou d'ailleurs...
sachant que ces cadres en question peuvent être eux-mêmes de Bretagne ou des éléments décideurs de la Banque ou de l'entreprise supranationale concernée de Genève: où l'on triche quand on veut, pour employer sous son joug tout chômeur issus d'immigration sud-américaine, sans papier ou sans papier, au chomage ou en sous co-location sur Genève.

ça a marché, pour ce qui est des X chomeurs sud-américains & autres subventionnés par la caisse de chomage de Genève, pour l'entreprise X d'ex onusards,

au détriment de X suisses qualifiés que cette entreprise X décida de reléguer au rang de licenciés (dans le cadre du contrat d'emploi de chomeur avec subventions de réinsertion - américains du sud dont pour l'un des subventionnés la femme était enceinte - et ne pas payer, 3 mois après, de commission à l'agence de recrutement concernée)

au détriment de l'emploi de suisses qualifiés
licenciés à sec
par ces mêmes demandeurs de salariés auprès de l'OFCP

recevant des chômeurs sans qualifications, issus de toutes nationalités, supportés par l'office du chomage de Genève


Vous comprenez?

Écrit par : na...ya | 28/08/2010

Si la cotisation chômage n'avait pas stupidement été baissée de 3% à 2% il y a quelques années, l'AC n'aurait pas de dettes. La politique des caisses vides, ça suffit !

NON à cette mascarade le 26 septembre !

Écrit par : Fufus | 28/08/2010

Bizarre.. bizarre... pour les suisses contribuables genevois

que les français frontaliers ne doivent rien payer,
pour les études en hautes écoles CH de leurs fistons would-be étudiants, dont les parents n'ont payé pour tout impôt à la source CH,
que durant les quelques 2 ou 3 années en continu de leurs emplois en Suisse,

alors que pour les citoyens suisses d'origine, et les études de leurs enfants, nous leurs parents ont payé X impôts CH à la source sur des décades d'emploi

Bizarre que GE aie donné tant de permis de travail à tout frontalier prétendant l'être, qui de ce fait devenu détenteur de permis de travail en Suisse depuis peu et ne s'étant jamais ou presque acquitté d'impôts ch,

puisse prétendre pour leurs enfants à tous droits en non paiement de fiscalité, non paiement des coûts d'étudiants & autres frais de scolarité de leurs rejetons

Tandis que nous citoyens suisses non français, ainsi que nos enfants étudiants CH, même si résidents en zones frontalières où la fiscalité française nous impose à 200% après impôts à la source,

Nous n'avons aucun droit, sauf celui de payer 2 fois en France nos impôts sur le revenu et nos retraites.

Le chômage de nos jeunes
plus notre chômage de séniors qualifiés,
les séniors devant financer la vie et les études de nos jeunes,

Ya combien de cheveux sur la tête à Matthieu?
ou combien de jours de vacances du djeun concerné avec ses parents?
Réponse du djeun: 10 jours de camping, dans toute sa vie
(Ne pas oublier l'effet boomerang....)

Écrit par : grandmère | 30/08/2010

La jeunesse est une situation difficile. ils veulent toujours gagner beaucoup et ils sont en constante recherche de travail.

Écrit par : Semenax | 31/08/2010

@ Serge Pfister: La cotisation de solidarité payée sur 315'000 francs par les salariés à haut revenu n’est pas une cotisation mais un versement à fond perdu! En effet, au-dessus d'un certain revenu, 126'000.- si mes souvenirs sont bons, le montant des allocations chômage n'augmente plus. Tout ce qu'on verse en sus est à fonds perdu.
Deuxième point: en Suisse et ailleurs, les jeunes n'ont pas besoin de commencer leur vie professionnelle comme rentier de l'État. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un emploi! Les inciter à se mettre au chômage comme peut le faire la rente pour les étudiants non cotisants est le pire des cadeaux à leur faire.
Troisième point: les personnes de plus de 55 ans n'aurait droit qu'à "plus que" 400 jours d'indemnité? Ce qui donne pour les vingt jours ouvrables par mois de chômage 20 mois. Où est l'égalité de traitement avec les jeunes que vous vouliez protéger quelques lignes plus haut?
Et quatrième point: les études menées en Suisse romande et notamment par le Centre Patronal (c'est amusant, je vous entends déjà fulminer...) montrent qu'au contraire, si l’on n’a pas trouvé d'emploi dans les trois premiers de chômage, plus on arrive en vue de la fin de droit, plus on a tendance à retrouver un emploi. Intéressant, non? De là à dire qu'en diminuant le nombre d'indemnités, on augmente les chances de retrouver un emploi, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas.
Comme vous dites, j'espère que nos concitoyens fassent preuve de sagesse et n'avalent pas n'importe quoi.
@ na... ya Je pense qu'il ne faut pas mélanger le problème structurel de l'assurance chômage nationale avec la problématique du marché du travail genevois et des frontaliers. Il n'y a pas de liens directs.

Écrit par : Johnny Cash | 31/08/2010

Eh Johnny! ne pas mélanger les torchons et les serviettes, ça fait des décades de tournois en ce qui me concerne. Sauf que l'un de ces paramètre, que vous Johnny n'incluez pas,
est que bon nombre d'étudiants, chomeurs de première génération, sont financés par nous les séniors, chomeurs de dernière génération.

le comble étant, de votre part, d'avancer un argument tel celui du mélange torchons-serviettes (même si c'est ma traduction de votre argument) dans ce sujet des assurance chômage dans notre canton

Faudra bien un jour appeler un chat, un chat, même à Genève.
GE où au contraire, bien des suisses voyent depuis avant 2002 tant de scolarisés enfants de frontaliers salariés sur 2-3 ans à GE (les trams/bus TPG sont pleins aux frontières)
indiquant que GE paye pour la formation de X enfants de XXX frontaliers, qu'ils le soient depuis 1 ou moins de 3 ans

tandis que bien des suisses séniors, licenciés malgré eux pour être remplacés par de jeunes frontaliers sans expérience, survivent en précarité de sous emplois temporaires &/ou restent chomeurs avec charge de leurs jeunes étudiants suisses sans bourse ni autre soutien ou allocation, devant faire face aux frais d'études de ces jeunes CH futurs bachelors & autres exigences d'impôts du canton aux suisses résidents frontaliers, du fisc français aux suisses résidents frontaliers.

A ne plus pouvoir payer,
MDR.



Écrit par : na...ya | 01/09/2010

A rajouter que GE ne tient pas compte du chomage de ses jeunes ressortissants helvètes étudiants sur GE où,

étudiants finançant pour 1 toute petite partie leur vie, il sont employés exerçant des petits boulots d'étudiants, mal payés, à l'appel, et ce à tout moment, en toutes vacances, travaillant de nuit, en week-ends, aux congés de noël, du nouvel-an etc,

durs jobs dont le fisc CH leur retire leurs impôts à la source au max comme tout célibataire,
tandis que le fisc FR ne les épargnent pas, France voisine, résidence de ces jeunes étudiants frontaliers dont la France continuera de bénéficier de tous impôts sans participer aux frais de leurs formations

et qui n'accorde aucun droit à ces jeunes travailleurs avant leur 25ème année ou leurs 3 ans d'emplois sans interruption...

MDR devant tant d'hypocrisie, de part et d'autre...

Écrit par : na...ya | 01/09/2010

Une assurance est une mutuelle, la prime est payée par CHACUN DES ASSURÉS. C'est EN CAS d'accident, que l'assurance intervient, et utilise les primes de ou une part de chacune! Mais la LACI ancienne ou nouvelle, ne tient plus du domaine de l'assurance, mais de la surveillance, de l'oppression, et de la répression pour celui qui se retrouve au chômage!Et c'est bien fait pour lui, "l'avait qu'à pas naître" pauvre! Et puis, finalement, votez OUI! Vous ferez explosez la délinquance (parce que le jeune "prolo", dont les parents "prolos" sont au chômage, déjà fauché, l"argent de poche"... Hum, donc...) et la subversion, car un jour, les masses d'appauvris et d'exclus pourraient avoir envie de se payer sur la "bête"!Donc votez OUI au chaos! C'est ce qu'il y a de plus sûr!Une alternative consisterait à construire des camps, de travail et "autres", mais regardez partout dans le monde, dans ces grandes villes occidentales aussi, le camp est à ciel ouvert...Bonne continuation dans votre monde injustifiable et dormez sur vos deux oreilles.VOTEZ OUI! VOTEZ OUI! VOTEZ OUI!

Écrit par : Trio/Octet infernal | 02/09/2010

Bravo pour vos propos sur les "mesures équilibrées" qui démontrent un sens particulièrement aiguisé des notions d'équilibre et de solidarité.
Que pensez-vous notamment de Daniel Vasela qui paie 2 520,- de cotisations chômage par an, malgré un revenu annuel (avec bonus) de 40 millions, il reverse donc 0,003 % de son revenu, contre 2% pour un salarié gagnant 60 000,-).
C'est ça l'équilibre ? C'est ça "un projet équilibré qui demande un effort supplémentaire à toutes les parties prenantes".
Triste conception de la solidarité.
Sauf votre respect, je trouve votre prise de position tout simplement affligeante de corporatisme égoïste et aveugle.
Pour ma part, je voterai "non" sans hésiter et inciterai tous mes proches à en faire de même.

Écrit par : Claude Jabès | 02/09/2010

Au sujet de Vasella: il ne touche pas non plus de rentes sur son salaire astronomique soit dit en passant, donc la comparaison en pourcentage n'a pas lieu d'être.
@ Na..Ya j'ai bien compris que vous aviez une dent contre les frontaliers. Je n'ai pas de position déterminée à ce sujet. Ceci dit, je répète que trouver une solution à la dette de l'assurance chômage qui est le but, disons espéré, de cette votation SUISSE ET NATIONALE n'a rien à voir avec les applications cantonales de cette même loi et les GENEVOISERIES que vous citez. Si vous voulez un changement dans ces dossiers c'est au niveau de l'application cantonale qu'il faut les chercher pas au fédéral. Votez, tapez sur vos politiciens, lancez des initiatives cantonales! En résumé, votez contre la LACI ne résoudra pas du tout le problème des frontaliers et des rentes payées par la République et Canton. Soit dit en passant, je trouve aussi scandaleux que vous qu'un frontalier ou que toute autre personne touche des rentes indues parce que c'est aussi mon pognon que l'on balance par les fenêtres!

Écrit par : Johnny Cash | 02/09/2010

mais avec vos traductions approximatives que vous n'avez même pas le courage d'assumer entièrement en utilisant le pointillé, vous perdez en crédibilité ce que vous gagnez en visibilité.

Écrit par : tiffanys | 14/09/2010

Je pense qu'il est nécessaire de réformer l'assurance mais sans que cela soit dommageable aux assurés. Il faut donc trouver le juste milieu entre assainissement et préservation des droits de personnes concernées.

Écrit par : assurance auto | 08/09/2011

En effet, c'est en fait toutes les institutions liées à l'Etat providence qu'il est nécessaire d'assainir. Tous les types d'assurances et lorsque l'on y regarde de plus près même les privées.

Écrit par : changer assurance auto | 05/01/2012

Les commentaires sont fermés.