UA-64206590-2 UA-101278801-1

12/10/2010

Réforme des retraites: nécessité d'agir

Le quatrième jour de contestation de la réforme des retraites en France m'a fait penser à un graphique d'une étude de l'OCDE. Ce dernier présente une comparaison de la participation à la vie active des 55 à 64 ans dans divers pays. Il prend en considération les personnes occupées ou au chômSans titrebis.JPGage et qui, par conséquent, ne bénéficient pas d'un régime de retraite. Les différences sont impressionnantes. En Italie, seul un tiers de cette population travaille encore, en France on s'approche des 45%, alors qu'en Suède, ce sont les trois quarts qui travaillent. Il est facile de comprendre que, face à l'évolution démographique – un allongement certain de la durée de vie – la France n'a pas d'autre choix que de réformer son régime de retraite si elle ne veut pas foncer dans le mur.

Et la Suisse? Selon l'OCDE, les deux tiers de cette tranche d'âge de la population sont sur le marché du travail, soit un peu moins qu'en Suède. Il n'y a cependant pas de quoi pavoiser. En effet, le capital actuel de l'AVS, soit 42 milliards, devrait fondre comme neige au soleil dans les  vingt ans à venir. En raison de l’allongement de la durée de vie – nous avons la chance de vivre plus longtemps –de notre faible natalité et de l’arrivée à la retraite de l’ensemble des baby boomers.

Le Parlement fédéral le sait, mais l'approche des élections l'a conduit à refuser une réforme qui aurait permis de stopper la fuite en avant. En 2012, il faudra bien qu'il empoigne le problème si l'on veut garantir les retraites sans devoir casser le système des trois piliers.

Commentaires

Comme toujours, ceux veulent réduire les prestations de l'AVS prétendent qu'elle va mal... et se trompent lourdement. Pour 2009, Conseil fédéral et partis bourgeois prédisaient que l'AVS ferait un déficit de 4 milliards de francs. En réalité, elle a fait un bénéfice de 3,9 milliards et ne s'est jamais aussi bien porté. Avec de telles erreurs, comment prendre au sérieux ces prévisions alarmistes?
N'oublions pas que la démographie n'est qu'un des aspects d'un système de retraites par répartition. Grâce à la progression de la productivité du travail, l'AVS a pu passer sans problèmes d'un ratio d'un retraité pour neuf actifs (à ses débuts) à un retraité pour trois actifs (aujourd'hui). Prétendre que l'allongement de la durée de vie coulera l'AVS n'est donc pas exact. La réalité est beaucoup plus compliquée.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 12/10/2010

merci pour l'info ! ...

Écrit par : Marthe | 12/10/2010

A quand un système de retraite flexible réellement viable, par exemple sur la base des quotisations "accident" à la CNA (SUVA) ?

Eh oui, pour un employé du batiment la primme accident est déterminée et elle est plus haute que pour un banquier... A 55 ans, l'employé du batiment est "mort" professionnellement, et il mérite sa retraite (autrement c'est l'AI qui doit le prendre en charge...).

Par contre le banquier peut aisément travailler jusqu'à 70 ans sans se ruiner la santé, ni hypothéquer sa retraite. En effet son espérance de vie porte jusqu'à près de 90 ans, tandis que dans le cas précédent l'espérance de vie ne dépasse pas 75 ans... Donc tous deux ont une retraite théorique de 20 ans!

Le risque accident serait donc une bonne base pour une retraite flexible, non?

PS je suis plutôt banquier...

Écrit par : Tchento | 13/10/2010

Frères, parents, amis, et mes ennemis même Dans le mal triomphants,

Écrit par : ugg | 13/10/2010

@Monsieur J-Chr.Schwaab,en effet ce que vous écrivez est tout à fait juste, il serait temps de faire comprendre à certains jeunes ayant l'outrecuidance d'affirmer qu'en suisse, les vieux dès 65 ans coutent trop cher,ce sont des travailleurs eux mêmes ayant cotisé toute leur vie ,qui reçoivent leur AVS,beaucoup de ces jeunes s'imaginant qu'une partie de leur salaire est pour notre AVS,c'est la leur qui est en jeu,et non l'inverse.Et n'oublions pas la taxe prélevée sur le tabac pour l'AVS,un peu d'instrution civique ferait du bien à beaucoup de ceux jamais contents et prétendant la crise alors qu'elle n'est que dans la tête de ceux la désirant vraiment.Toute peine mérite salaire et ce n'est pas en se levant à 10h et se couchant à passé minuit,qu'on peut travailler sereinement ,y'a des choix à faire,la plupart des empécheurs de tourner en rond sont des rouspéteurs patentés à deternem.Trop de vacances trop de ceci ou cela fait une société d'enragés face au pouvoir,le confort a tué jusqu'au respect des valeurs essentielles,la fameuse fessée tant redoutée et distribuée a l'époque avait un sens ,soulager le parent face à un enfant arrogant et l'empécher de se transformer en jeune adulte tyrannique,et lui apprendre le respect face à l'argent et des autorités!la preuve combien de jeunes devenus plus âgés disent eux-mêmes pourquoi nos parents n'ont-ils pas été plus sévères?Hé oui tout s'apprend,mais avant trois ans,les années les plus importantes se jouant jusqu'à 4 ans,et avec des adultes sachant toiser le gosse en disant non,mais un non autoritaire,pas ambivalent comme beaucoup de parents le font!

Écrit par : line.bielmann | 14/10/2010

@JC Schwaab : vous nous reservez votre rengaine habituelle de la théorie du complot patronal « de droite pas bô ». Avez-vous des solutions au changement démographique autres que d’augmenter les taxes et/ou les prélèvements salariaux ou encore l’immigration massive? @ Tchento : bonne idée. La question sera de déterminer qui devra travailler jusqu’à quel âge et selon quelle pénibilité. Si on prend, par exemple, la paysannerie, c’est nettement moins pénible de moissonner un champ à la moissonneuse batteuse qu’à la faux. Or, dans la génération à la retraite, certains ont travaillé avec les deux outils. Change-t-on l’âge de la retraite suivant les améliorations technologiques?! Je m’interroge. @ Line : dans les faits, les jeunes paient uniquement pour votre retraite et pas pour la leur. Les cotisations AVS (premier pilier) sont reversées aux retraités actuels. Alors que les prélèvements de prévoyance professionnelle (deuxième pilier) sont censé aller sur un « compte » avec votre nom pour vous être reversé à la retraite. C’est en cela que les jeunes paient pour leurs retraites. Et bien qu’il y ait un problème d’éducation chez certains « jeunes » souvent fraichement arrivés dans nos contrées, la majorité travaille dur pour payer les cotisations sociales et les factures… Souvenons-nous que si nous écrasons les jeunes de taxes et autres, ils ne feront plus d’enfants. Et si ils ne font plus d’enfants, plus personne ne paiera pour l’AVS! Alors arrêtons de cracher sur une génération qui bosse dur malgré ce que les media, friands de faits divers, racontent.

Écrit par : Johnny Cash | 15/10/2010

Vous devriez boire un coup de chasselas d'Ollon, ça remet les idées en place...

Écrit par : Géo | 15/10/2010

Si vous prétendez modérer votre blog, pourquoi tolérez-vous le commentaire ci-dessus ?
Pourquoi tenez-vous un blog si vous y laissez faire ce genre de forfanterie ?

Écrit par : Géo | 10/11/2010

@Géo , Sachez Monsieur, que les forfanteries des autres font parties de ce qu'on appelle en outre ici la liberté d'expression. Cela ne vous plait pas ? Eh bien ! Les gens n'en on que faire. On s'exprime comme on veut et "Johnny Cash" n'a pas tord.
En tout cas ici, votre commentaire, On adore.

Écrit par : Mélina | 15/11/2010

J’ai passé un agréable moment et une chouette lecture sur votre site internet.

Écrit par : implants capillaires | 25/02/2011

Une réforme des retraites est en fait nécessaire dans la plupart des pays. Cela n'est pas étonnant puisque la plupart ont opté pour un système par répartition.

Écrit par : marine | 14/02/2012

Les commentaires sont fermés.