UA-64206590-2 UA-101278801-1

05/10/2011

Allocations familiales: un coup électoraliste irresponsable

Reprendre d'une main ce que l'on donne de l'autre! Est-ce vraiment le bon moment de s'adonner aux petits jeux de la politique pré-électorale cantonale alors que l'économie locale se débat tant bien que mal pour faire face au choc du franc fort et de la baisse de la demande internationale?

 

Le parti socialiste vaudois n'a pas ces états d'âme. A peine son initiative "pour un rabais d'impôt qui protège les assurés plutôt que les actionnaires" invalidée par le Grand Conseil pour violation du principe d'unité de la matière, le voici déjà en campagne pour proposer d'augmenter les allocations familiales de 200 à 300 francs pour les enfants de moins de 16 ans. Coût de l'opération: 200 millions de francs. Pris  dans la poche des entreprises, qui contribuent seules, rappelons-le, au financement de cette prestation sociale.

 

Indolore pour le salarié, politiquement facile, électoralement populaire. Adjugé? Rappelons quelques chiffres pour bien cadrer l'ampleur de l'effort demandé: 200 millions de francs, c'est environ un quart du plan d'aide (nationale!) à l'économie suisse, acceptée récemment par le parlement fédéral. Sur Vaud, 200 millions correspondent à pas bien loin de la moitié de ce que le gouvernement a récemment mis sur la table pour soutenir les entreprises.

 

Un pas en avant avec le soutien, un pas en arrière avec des ponctions… Une telle logique est destructrice d'emplois, contre-productive, néfaste. C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire alors que tous les indicateurs conjoncturels sont désormais négatifs.

 

Il est temps que tous les partis prennent la mesure des risques qui pèsent sur la Suisse: elle n'échappera pas aux conséquences de la crise qui frappe l'Europe. Les chiffres rouges menacent bon nombre d'entreprises: aujourd'hui les exportateurs, demain les sous-traitants, après-demain les commerces, peut-être. Vouloir étendre le filet social alors que la conjoncture se détériore relève de l'aventurisme. Consolider l'acquis impliquera des efforts déjà suffisamment pénibles. Plutôt que de s'écharper, il faudra serrer les rangs, sans dogmatisme!

 

 

 

Commentaires

Parce que les baisses d'impôts, ce n'est pas "électoraliste"?

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 05/10/2011

paroles paroles paroles ,on connait la chanson des belles promesses faites avant élections et disparaissant tout aussi vite une fois le résultat des urnes connu!

Écrit par : lovsmeralda | 05/10/2011

Les socialistes n'ont semble-t-il pas encore compris comment les pays de la zone euro courent à la faillite.

@ JCS,

" Parce que les baisses d'impôts, ce n'est pas "électoraliste"? "

Selon vos propos c'est pas vraiment électoraliste les baisses d'impôts par la droite vu que selon vous; ( et ce que vous dites à chaque fois )les baisses d'impôts ne profitent qu'à une minorité que sont les riches.

D.J

Écrit par : D.J | 05/10/2011

N étant ps de droite ni de la droite moins dur, c est à dire socialiste, je constate que vous prêcher pour votre paroisse. Lorsque le peuple renfloue l UBS pour éviter la faillite d un grand établissement sachez que le nombre de personne licenciées par la crise est loin du chiffre des personne engagées. par conséquent la destruction de l emploi est une réalité organisée par certaines grandes entreprises. Les pme elles, peuvent ramer tout le monde s en fout. Elles sont défendu parfois par le PLR pour sensibiliser la population alors que qu ils s en foutent en réalité. Je vous invité dès lors à oublier l'indexation de 1,75% de votre avs lorsque vous y serez (qui a lieu tout les 2 ans si je ne m abuse) afin que fassiez un effort de guerre pour preserver des emplois fictifs et des bonus réels. Soyez cohérente le système se meurent. Sa migros data était juste plus longue que le communisme.

Écrit par : plume noire | 05/10/2011

" Les pme elles, peuvent ramer tout le monde s en fout. Elles sont défendu parfois par le PLR pour sensibiliser la population alors que qu ils s en foutent en réalité. "

Il y a tout de même plus de patron PLR dans les PME que dans les multinationales. Dire que ce parti s'enfout des PME est un peu fort de café.

D.J

Écrit par : D.J | 05/10/2011

Il faut serrer les rangs, sans dogmatisme dites-vous...

Etes-vous prêt à montrer l'exemple, et abaisser les salaires indécents de patrons tout en commençant à repartir les richesses avec plus d'égalité et de fraternité?

Sinon vos propros Madame sont des mensonges, ou alors du sophime de coachs et autres méprisables manipulateurs à la solde d'un patronat cupide ete cynique.

Écrit par : Force Rouge | 06/10/2011

Le centre patronal ne défend pas du tout les PME, mais uniquement les grosses boîtes. Mme Amstein défend la main qui la nourrit. Elle n'est qu'une fonctionnaire comme une autre, mais au service des patrons...

Dommage que les familles ne bénéficient pas des mêmes aides que les entreprises...parce que quand elles voient tout ce qui augmente sans pouvoir rien faire, elles apprécieraient de temps en temps de ce voir soutenir avec la même énergie que quand c'est l'UBS qui tire la langue, par des conneries qu'elle à elle-même produit en partie.

Mais le refrain est toujours le même...aide aux familles = trop cher!!
Et vive les 7 milliards de pertes grâce aux réductions proposées par notre très chère droite.
Taxe sur les bonus??? Mais vous rigolez, c'est mauvais pour la compétitivité...c'est les patrons des PME qui doivent apprécier, eux qui prennent tout les risques et qui n'ont pas les moyens de se verser de bonus extravagant...n'est pas manager sans risque qui veut...

Merci la droite, merci le centre patronal, Merci la chambre commerciale vaudoise, Merci Mme Amstein.

Écrit par : lefredo | 06/10/2011

@ Lefredo,

" Le centre patronal ne défend pas du tout les PME, mais uniquement les grosses boîtes. Mme Amstein défend la main qui la nourrit. Elle n'est qu'une fonctionnaire comme une autre, mais au service des patrons... "


C'est n'importe quoi vos insinuations. La centre patronal regroupe plus de 180 associations essentiellement de PME et d'artisans.

D.J

" http://www.centrepatronal.ch/index.php?page=fr/pratique/associations "

Écrit par : D.J | 06/10/2011

Et voilà que ça recommence! Qu'est-ce qui motive le monde? L'argent, la politique pour le pouvoir ou la conviction de construire sur le long terme et sur une base juste et solide, afin que les intentions des entreprises soient axées sur des valeurs et des qualités plus altruistes?
Il ne faut pas "peindre le diable sur la muraille", surtout avant les élections!
L'argent n'est pas toujours la solution...
Pensons juste, pensons bien et plus loin que le bout du nez si possible!! Nos pensées créent le monde dans lequel nous vivons car on attire à soit ce que l'on est. A bon entendeur!

Écrit par : Pingoo | 06/10/2011

A mon humble avis, ils auraient mieux fait de prolonger les allocations familiales pour les jeunes ayant plus de 25 ans et encore aux études et à la charge des parents.(Bien entendu je ne parle pas des éternels étudiants)
Car augmenter les allocations pour les enfants jusqu'à 16 ans ne va faire qu'augmenter l'arrivée d'enfants de nouveaux imigrés.
Souvent, c'est pas les leurs, mais pour toucher davantage tout est permis dans ces milieus !
En étant au social, cela leur permettra d'avoir un plus grand appartement à des prix que les Suisses et les permis C ne peuvent pas se payer.
Et le solde sera à disposition pour payer le leasing de la BMW ou l'Audi quatro!
Belle image de la solidarité, qu'il faut dénoncer tout de suite.
Vous avez entièrement raison de réagir à cette propagande électorale!

Écrit par : Jean-Francois Chappuis | 06/10/2011

@D.J
Regrouper ne veut pas dire défendre...regarder bien le genre de décisions qu'ils prennent et qui est systèmatiquement bénéficiaires de ces décisions.

@Chappuis
En tout cas, vous n'avez pas peur des clichés et de la mauvaise foi de boulevard.
On est sur de vous trouver au comptoir du café du commerce vous.

Écrit par : Lefredo | 07/10/2011

Aider les familles, c'est avant tout veiller à ce que chacun trouve un emploi. Vouloir augmenter les allocations familiales de 50% en sachant que ce sont les entreprises qui financent seules cette prestation sociale, c'est se comporter comme si l'économie allait connaître un essor considérable ces prochaines années. Or personne ne prédit cela, ni la droite, ni la gauche. Et surtout pas les syndicats. Il y a unanimité sur le constat.

Il faut être logique. Tout le monde doit en tirer les conséquences de la situation actuelle. Les entreprises du canton de Vaud sont à 95% des PME, et ces dernières regroupent 85% des emplois. Ce n'est pas le moment de leur peser sur la tête. Il faut au contraire les aider, leur enlever des charges, leur permettre de passer le mauvais cap. Encore une fois: c'est l'emploi qui en profitera. Donc les familles en premier lieu!

Claudine Amstein

Écrit par : Claudine Amstein | 07/10/2011

@ Lefrédo,

Payeriez-vous des cotisations dans une association qui se fout de vos intérêts?

D.J

Écrit par : D.J | 07/10/2011

@Lefredo, vous êtes très fort pour dire ou commenter les choses!

Au fait pourquoi vous utiliser un pseudonyme pour vous exprimer?

Est-ce par manque de courage ou tout simplement parce que vous n'avez pas envie d'assumer vos propos...

A bon entendeur

Écrit par : Jean-François Chappuis | 09/10/2011

@Chappuis

C'est par simple prudence Monsieur Chappuis.
Comme il est toujours conseillé de le faire sur des forums dont la sécurité n'est absolument pas garantie.
D'ailleurs, vous avez une adresse mail où me contacter si besoin.

Si d'autre part c'est tout ce que vous trouvez à me dire, je crois que vous vous trompez de débat.

Je vous souhaite, monsieur le réac', bien du plaisir.

Écrit par : lefredo | 12/10/2011

Ce que vous dîtes est très vrai. Je le dis, le répète, je m'époumone. Mais cela ne suffit pas à ce que les gens comprennent vraiment ces coups électoralistes qui, au fond, ne profitent, qu'à certains.

Écrit par : best office chairs | 26/12/2011

Les commentaires sont fermés.