UA-64206590-2 UA-101278801-1

16/11/2011

Soutien aux jeunes entreprises: du concret!

Les périodes de marasme économique contraignent les entreprises à s'adapter. Les restructurations en série qui frappent le canton de Vaud et la Suisse depuis le début de l'automne nous le rappellent presque quotidiennement. Le problème du franc fort se superpose à "la crise de croissance" des Etats-Unis et de l'Europe, nos principaux marchés d'exportation. Même la recherche et le développement sont désormais menacés de délocalisation.

 

Réagir au coup par coup, en tentant de préserver l'acquis dans l'attente de la fin de la tempête, est certes nécessaire, mais insuffisant. Il faut voir plus loin, penser à régénérer le tissu industriel local dans un horizon de 10 à 15 ans. L'une des solutions passe par l'encouragement à l'innovation. Ce n'est pas un scoop – tout le monde en parle depuis des années – mais il est temps de transformer les paroles en actes: tout, ou presque, reste à faire pour inciter à investir dans les secteurs porteurs de nouveautés.

 

Des solutions existent. Mon collègue Guy-Philippe Bolay, directeur adjoint à la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie, vient de déposer une motion au Grand Conseil pour booster les investissements des particuliers dans les start-up. La recette: réduire à 1% seulement le taux d'imposition de l'argent injecté dans de nouvelles entreprises qui développent un produit, une technologie ou un processus jusqu'ici inconnu ou inexploité. Condition de base: que ces sociétés soient basées dans le canton, ou y emploient la majeure partie de leur personnel. Cette imposition à taux privilégié pourrait grimper jusqu'à concurrence de la totalité du revenu imposable.

 

Avec son Uni, ses HES, l'EPFL, Vaud dispose d'un vivier d'inventeurs et de scientifiques de très haut niveau. Dans les biotechnologies par exemple, la région s'est hissée dans le trio de tête des centres de compétence mondiaux, aux côtés de Boston ou de Thousand Oaks, en Californie. Et ce n'est qu'un domaine parmi d'autres. Les projets et les idées fourmillent, en informatique, dans les technologies médicales, la chimie... Un coup de pouce fiscal sera le bienvenu pour les faire éclore, pour trouver des gens prêts à investir.

Commentaires

C'est très bien mais sur le lomg terme s'il vous plait,on a eu trop d'exemples de petites entreprises créées qui rendaient d'énormes service surtout à ceux n'ayant pas de voiture et qui une fois bien habitués à des services de qualités c'est vrai les ont vu disparaitre,des dettes ayant été remboursées.C'est une mode désagréable ,il suffit qu'on s'habitue à quelque chose qui aide aussi les personnes âgées et hop tout le monde disparait.Ensuite on s'étonne du nombre de gens dépressifs,y'a beaucoup trop de changements .quand aux fameux y'a qu'à prendre les transports collectifs les citoyens en ont marre d'entendre ce genre de litanie,les personnes âgées ont besoin de stabilité.Elles ne sortent plus entend-on c'est normal elles ont déjà vécu 39,faut tout de même pas exagérer les humains n'ont rien à vivre la transhumance qui elle est réservée au bétail

Écrit par : lovsmeralda | 17/11/2011

Excellente idée! C'est ce genre d'initiatives qui nous permettront de sortir de la crise.

Écrit par : electrik23 | 14/01/2012

Les commentaires sont fermés.