UA-64206590-2 UA-101278801-1

16/05/2012

Gaz, nucléaire, éolien… en finir avec les faux-semblants

La valse hésitation continue de plus belle autour de la stratégie énergétique de la Suisse. Selon la presse dominicale, la sortie du nucléaire claironnée il y a plus d'un an pourrait être repoussée à 2044. On parlait jusqu'ici de 2034…

Tout se passe comme si le Département de l'énergie (Detec) de Doris Leuthard procédait par ballon d'essai. Un week-end on laisse entendre que l'on veut construire 5 à 7 centrales nucléaires. Devant le tollé, on dément et on n'en promet plus qu'une ou deux. Trois semaines plus tard, "on teste" l'idée d'un prolongement du nucléaire.

Assez! Les projections présentées par Doris Leuthard elle-même il y a trois semaines sont claires: la Suisse ne sera pas autonome en électricité – et de loin – à l'horizon 2034. Même en faisant le maximum pour économiser l'énergie et développer les nouvelles énergies renouvelables, nous serons à la merci de l'étranger. Un maximum dont il faut par ailleurs souligner qu'il sera très difficilement atteignable lorsque l'on voit la levée de bouclier que suscite le développement de l'hydraulique ou l'énergie éolienne. Impossible dans ces circonstances de garantir une quelconque stabilité des prix, ni même une sécurité de l'approvisionnement.

Le flou n'a que trop duré. Une transition vers le renouvelable ne sera réalisable que si la croissance économique permet de financer cette évolution. Or cette croissance ne sera possible que si la Suisse – qui gagne un franc sur deux à l'étranger - ne se fixe pas des objectifs énergétiques inatteignables et reste compétitive face à la concurrence étrangère. Une flambée incontrôlée des prix de l'électricité est en quelque sorte le plus sûr moyen de tuer dans l'œuf notre nouvelle politique énergétique.

Cette question est trop grave pour être abandonnée aux guéguerres politiciennes. Le Detec ne peut plus se comporter comme un institut de sondage qui reflète chaque dimanche les opinions du moment. Il s'agit de définir comment la Suisse produira son électricité en 2020, en 2025, en 2030, etc. Et pas seulement en 2050. Nous ne sommes pas dans un exercice académique: les décisions déploieront leurs effets à l'échelle 1:1.

S'il faut construire plusieurs centrales à gaz, qu'on le dise clairement. Et que l'on établisse des conditions économiques viables pour le faire. S'il faut prolonger le nucléaire pour éviter les centrales à gaz et leurs émissions de CO2, qu'on le dise aussi. Il n'y aura pas de miracles, ces changements vont se faire dans la douleur. Les demi-vérités et faux-semblants doivent cesser!

Commentaires

Ma pauvre dame! En somme, vous demandez aux politiciens... d'être honnêtes!
Un beau programme...

Écrit par : Zamm | 16/05/2012

@Zamm honnête serait la moindre des choses mais après le coup de lunettes non remboursables par monsieur Burkalter beaucoup ont compris qu'il était préférable d'avoir des stentors comme Blocher/ et nul besoin d'être UDC/ pour être représentés et surtout entendus.Nos politiens actuels sont très bons mélomanes et apprécient comme tout bon connaisseurs ces hélices ne tournant surtout plus par grands vents ,mais imitant à souhait les fameux soupir à 4 temps permettant alors de lire en toute tranquillité les Lettres de mon Moulin.On a trop d' intellectuels voilà ,rien ne sert de chercher midi à 14 heures pourquoi notre pays tourne en rond comme l'aiguille perdue dans la meule de foin
On a rien contre les intellectuels il en faut mais tout le monde n'a pas envie de faire partie de l'élite qui sait faire dépenser des milliards qui ne serviront à rien ,excepté qu'ils seront remboursables par vous et moi ,et nos conseillers fédéraux feraient bien de s'en souvenir

Écrit par : lovsmeralda | 17/05/2012

Chère Madame,
Vous devriez vous renseigner aux sources au lieu de vous baser sur la presse dominicale. Vous auriez une toute autre impression de la stratégie du DETEC et de l'Office fédéral de l'énergie. J'étais mardi parmi les 300 participants de la Journée annuelle de l'association Energie-cluster.ch, à Berne. Le Directeur de l'Office fédéral de l'énergie, Monsieur Walter Steinmann, économiste de formation, nous a expliqué cette stratégie en détail. En même temps, il a montré du doigt la désinformation pratiquée par la presse dominicale. Commandez à Energie-cluster.ch ou à l'Office fédéral de l'énergie le fichier PowerPoint de M. Steinmann et vous verrez!
Permettez-moi en outre de vous signaler une grossière erreur dans votre article: au paragraphe 2, vous parlez de 5 à 7 centrales nucléaires. Il s'agit évidemment de 5 à 7 centrales à gaz.

Écrit par : Jean-Marc Suter | 17/05/2012

Pro Crètes a édité une carte des futur parc éoliens montrant la sauce à l'arnaque qui nous est destinée avec chiffres à l'appuis pour la consommation réelle.Bizarre de 3000 ménages on passe à environ 200 et seulement 7 jours par mois ,pour les hopitaux la même chose! ou comment arriver à faire des économies en milieu hospitalier ,avec ce système sûr qu'on y arrivera mais c'est peut-être aussi le but recherché,un robot à heures précises durant 7 jours et juste un personnel pour l'accueil,on dit ce siécle celui des arnaques,mais on est pas obligés non plus de foncer tête baissée dans tous les pièges qui nous sont tendus

Écrit par : lovsmeralda | 18/05/2012

Mieux qu'une présentation PowerPoint - la réalité:
http://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/voerdal-aus-fuer-aluhuette-alarmiert-wirtschaftspolitiker/6596302.html
Comme disait V.I., les faits sont têtus...

Écrit par : zamm | 19/05/2012

Merci pour la parution de cet excellent écrit ! C'est très intéressant. Je prends plaisir à parcourir votre website et je suis constamment à la quête de news similaires.

Écrit par : panneau solaire thermique | 18/08/2012

Très intéressant je dois dire que cette parution m'a pas mal fait sourire et fortement intéressé. Étant plus ou moins proche de la nature (vu que je suis dans le tourisme) toute la problématique autour de l'hypocrisie du gaz me touche particulièrement. Bravo !

Écrit par : Hotel Corse | 15/09/2012

Les commentaires sont fermés.