UA-64206590-2 UA-101278801-1

20/06/2012

Développement économique: le psychodrame vaudois doit prendre fin

 

Le dénigrement gratuit a assez duré. Il est grand temps que la promotion économique cantonale recommence à travailler sereinement. Le Grand Conseil a débattu hier du rapport des commissions de gestion et des finances sur la politique menée par le canton de Vaud en matière d'exonérations fiscales. Principale leçon: la loi a été respectée en tous points. Il n'y a jamais eu de cadeaux, contrairement à ce qui été insinué tout au long de l'hiver. Les entreprises qui ont bénéficié d'allègements fiscaux –quatre sur cinq sont des sociétés suisses - ont créé des emplois et investi dans la région.

Le principal reproche adressé au Conseil d'Etat porte sur la communication et des questions de procédures. Cela peut et doit être corrigé, c'est évident. Mais sur le fond, tout le monde devrait avoir l'élégance d'admettre que la promotion économique vaudoise est un succès. C'est malheureusement bien loin d'être le cas!

Je l'expliquais déjà en février dernier dans mon blog, mais une nouvelle étude publiée la semaine dernière par la société Boston Consulting montre à quel point la présence de sociétés étrangères et de grandes multinationales est bénéfique pour notre canton. Entre 2000 et 2010, ce ne sont pas moins de 24'000 emplois que les grands groupes internationaux – suisses ou étrangers – ont créé en terres vaudoises. Et ce chiffre ne recense que les emplois directs: toute l'économie en profite, des commerçants aux entreprises de constructions.

Toujours au cours des dix dernières années, la part des multinationales dans le PIB vaudois est passée de 33 à 41%. Cette évolution est incontestablement le fruit d'une promotion économique efficace. Un travail de fond grâce auquel le canton a pu diversifier son économie – il en avait grand besoin -, rattraper son retard en termes de croissance, et surtout assainir ses finances.

Reprocher aujourd'hui à notre promotion économique sa réussite a quelque chose d'indécent. Oui, indécent, lorsqu'on met en relation ces critiques avec le chômage qui frappe un jeune sur deux en Espagne ou en Grèce. Ou irresponsable: comment qualifier autrement ces attaques répétées, alors que bon nombre de nos proches voisins et partenaires n'ont pour futur proche que des promesses d'austérité?

 

Commentaires

Si le rapport conclu que tout est ok, tant mieux.
Il n'empêche que cela ne devrait pas empêcher d'assortir aux avantages négocier au moins des clauses éthiques.
On ferait oeuvre de pionnier, ce qui, pour une fois, serait une bonne chose.
Il est de mon point de vue inacceptable de permettre à des entreprises d'exploiter sans vergogne des pays dont le PIB est inférieur à leur chiffre d'affaire et de soutirer au fisc de ces pays des impôts parce que notre législation est trop laxiste.
Battez vous pour cela et vous rendrez quelques lettres de noblesse à votre groupuscule lobbyiste économique.

Écrit par : lefredo | 20/06/2012

@Claudine Amstein,on ne peut qu'être de votre avis.En plus y'a strictement rien de constructif et l'on retrouve l'ambiance des commentaires du torchon Le Matin qui font fuir de nombreux lecteurs n'ayant qu'une envie ,ne plus rien savoir du monde extérieur.Et qui s'ils ne peuvent trouver détente par la lecture sur des blogs finiront par tomber en déprime,on cherche les causes des nombreux problèmes affectant l'être humain de nos jours,mais à trop vivre dans un monde fait de scandales de meurtres souvent imaginés,de peurs inventées de toutes pièces de salissures envers de grands patrons,sûr que les hopitaux psy dès l'automne auront non pas un baby boom ,mais un papy's ou mami's boom d'humains complètement dépressifs à soigner.
Pour autant qu'entretemps des églises sectaires n'aient pas embobiné par d'autres salades des gens mal dans leur peau

Écrit par : lovsmeralda | 21/06/2012

J'abonde totalement dans le sens de Madame Amstein. Je suis très choqué de l'auto-mutilation qui est faite dans ce canton où il est désormais habituel de critiquer la réussite, surtout si elle est source de richesse !!!.
Ne devenons pas en Suisse identiques à ce qui se passe maintenant en France où la réussite économique est très mal perçue car elle devenue uniquement synonyme de gros salaires très jalousés!!
Ouvrez les yeux et regardez un peu les autres pays proches commes la Grèce et l'Espagne qui n'auront que de l'austérité pour les années à venir.
Remercions ceux qui font la promotion et qui réussissent dans leurs développements car la richesse c'est assurer l'emploi, le développement économique de nos régions, l'avenir de nos enfants.

Écrit par : Frédéric Raffeneau | 22/06/2012

@M. Raffeneau

Oui il ne faut pas s'automutiler vous avez raison.
Mais il ne faut pas non plus, sous prétexte de réussite économique, tout accepter.
trouvez vous normal qu'il soit permis à des entreprises bénéficiant de réductions d'impôts chez nous, de soutirer à des pays en développement des impots somme toute légitime, de polluer sans vergogne car les législations des pays sont inexistantes ou inappliquées?
Personnellement non. Des Rabais d'impots pourquoi pas, mais associé à des clauses éthiques strictes. On verrait alors bien les entreprises dignes et les salopards qui ne méritent que de disparaitre.

Écrit par : lefredo | 25/06/2012

Je veux bien. Il est d'ailleurs préférable que ces multinationales soient établies en Suisse, où elles font ''avancer le chmilblick'', plutôt que dans le foutoir européen.
Je serais toutefois nuancé quant à la réciprocité qu'elles nous témoignent: en dehors du très gros oeuvre (fondations, terrassements), la plupart de ces firmes ont travaillé avec des esclaves importés. Donc peu d'impact pour nos entreprises locales. En ce qui concerne l'emploi, je peux me tromper, mais j'ai également le sentiment que les collaborateurs indigènes y sont rares. Seuls le concierge et le magasinier peut-être...

Écrit par : Jean-Pierre Jenni | 25/06/2012

Les commentaires sont fermés.