UA-64206590-2 UA-101278801-1

18/07/2012

Franc fort: il n'y a pas d'alternative au cours plancher de l'euro

L'industrie ne peut se passer d'un arrimage du franc à l'euro. Près d'un an après sa décision de fixer le cours plancher de l'euro à 1,20 franc, la Banque nationale suisse (BNS) lutte au quotidien pour défendre cette marque. Et tout indique que ce combat durera encore des mois, peut-être des années. Tant que la zone euro n'aura pas trouvé le mécanisme capable de restaurer les finances publiques des Etats surendettés sans compromettre la monnaie unique, les investisseurs continueront de se réfugier dans les quelques dernières valeurs refuges que compte la planète financière. Le franc figure au sommet de cette courte liste.

Depuis le début de la crise financière, les réserves monétaires de la BNS ont déjà été multipliées par plus de sept, passant de 50 milliards de francs à plus de 360 milliards actuellement. Durant le seul mois de juin, la BNS a virtuellement imprimé pour 100 milliards de francs de nouveaux billets pour tenir la marque. Et cela pourrait continuer au même rythme, tant l'Europe du Sud semble encore loin d'être sortie des soins intensifs.

Pire, la tendance pourrait même s'accélérer si les Suisses commençaient à douter le la politique de la BNS. C'est donc maintenant qu'il faut serrer les coudes, d'autant plus que les grandes économies européennes, France et Allemagne en tête, ont tout intérêt à affaiblir la monnaie unique. Attention à ne pas tomber dans le piège! Il faut se résoudre au fait que la politique de la BNS  engendre des risques qui se matérialiseront par une grande volatilité de ses résultats.

Il n'y a aucune alternative dans un horizon prévisible. Si la banque centrale lâchait le taux plancher, notre place industrielle courrait le risque de s'effondrer en l'espace de quelques mois. Même à 1,20 franc l'euro, bon nombre d'entreprises exportatrices peinent à rester rentables. Certaines ont déjà dû se restructurer. Elles sont contraintes de compresser encore et encore leurs coûts ou de miser davantage sur l'innovation et de se réorienter sur des niches de marché. Ce qui engendre de nouvelles dépenses. Des pans importants de l'économie intérieure souffrent eux aussi, par exemple les commerces, victimes du tourisme d'achat.

L'économie suisse joue serré. Tout comme la BNS. Il suffit pourtant de regarder où en sont les économies de nos principaux partenaires commerciaux pour se rendre compte que notre stratégie a plutôt bien marché jusqu'ici. Il faut garder le cap!

Commentaires

Vous avez entièrement raison: la BNS n'avait pas le choix ! La raison profonde de cette unique façon de procéder tient aux émissions par milliers de milliards, d'abord du USD, ensuite de l'€.
Reste à se demander ce que les détenteurs de tout ce papier vont en faire: comment les empêcher de prendre le pouvoir industriel ici, par exemple ?

Il est vrai que la BNS les tient par les petits cheveux: en émettant encore plus, elle peut les ruiner ... Donc nous nous trouvons dans une sorte de guerre froide: c'est inconfortable.

Écrit par : Courage dit-il | 20/07/2012

D'autant plus inconfortable, que nous n'avons pas au CF des Politiques capables de gérer des situations aussi tangeantes.
Le gros souci à se faire est de ce côté-là, car nous sommes "un noeud au milieu de l'Europe" que tout le monde veut défaire.
Y compris des parlementaires au sein de notre institution.
Dommage, la vraie soidarité et le désir d'unité des "très anciens" n'existent plus et c'est certainement cela qui nous perdra!
Ce matin on peut lire (Blick)que des Suisses ont reçu la résiliation de leurs baux afin d'y loger des requérants d'asile.......!?!?!?!?
Comme de bien entendu, la presse romande ne relaie pas l'information.
Oh.....Esprit Suisse....ton aura fout-le-camp!

Écrit par : Corélande | 20/07/2012

Je suis d'accord avec vous, le BNS n'a jamais trop le choix dans cette affaire.
Comme dit précédemment nous entrons dans une guerre froide inconfortable... N'y a t'il aucune autre alternative ???

Écrit par : souscrire mutuelle santé | 15/08/2012

Non je ne pense pas qu'une alternative soit possible dans cette affaire malheureusement ....
Nous ne sommes pas dans une bonne posture ^^

Écrit par : choisir sa mutuelle | 24/08/2012

c'est sûrement un site web bon. En conséquence je post cette actualite sur sur mon billet dédie

Écrit par : assurance voiture | 29/08/2012

Si je pense qu'il y a des alternatives, je ne suis pas d'accord avec vous du tout. Il faut juste se donner la peine ...

Écrit par : mutuelle | 03/09/2012

J'aime ce que vous les gars sont trop. Ce genre de travail intelligent et l'exposition! Continuez les gars de très bons ouvrages que j'ai ajoutés vous les gars à ma liste de liens.

Écrit par : Sonja | 18/09/2012

Il y a toujours des alternatives possibles, il faut juste réfléchir autrement ... et là c'est pas gagné ;-)

Écrit par : Guadeloupe | 12/04/2013

Les commentaires sont fermés.