UA-64206590-2 UA-101278801-1

16/08/2012

8 millions d'habitants en Suisse, une chance!

Notre pays vient de passer le cap des 8 millions d'habitants. Déjà trop? La limite à ne pas dépasser? Pour les nostalgiques alignés derrière Franz Weber ou les chauds partisans des initiatives Ecopop (limitation à 0,2% de la croissance migratoire) et Stop à l'immigration massive, la coupe serait pleine. Il faudrait fermer les frontières au plus vite. A bien écouter certains activistes, il serait même judicieux d'aller bien au-delà, et de limiter le nombre des naissances. Pas moins. Quelles stimulantes perspectives pour notre pays et surtout pour nos jeunes!

Le monde change. Malthus craignait la surpopulation alors que la planète ne comptait que 1,6 milliards d'habitants. Ce chiffre est à peu près celui de la population chinoise aujourd'hui et quoi qu'en disent certains intégristes, le monde ne s'en porte pas plus mal. A notre petite échelle, pourquoi devrions-nous redouter le cap des huit, neuf ou dix millions d'habitants en Suisse?

Posons la question différemment: où en serait la Suisse aujourd'hui si nos grands-parents avaient décidé que le seuil des 4 millions d'habitants atteints en 1930 était le plafond à ne pas dépasser? Difficile à imaginer, mais tentons l'exercice tout de même: nous aurions sans doute dû construire des murs sur la frontière. Nos entreprises n'auraient eu d'autres choix que de déménager à l'étranger, là où elles peuvent embaucher. Il est peu probable nous abriterions aujourd'hui des champions de la pharma comme Roche ou Novartis, ou de l'alimentaire, comme Nestlé… La plupart des jeunes bien formés auraient quitté le pays. Il n'y aurait plus assez d'actifs pour cotiser à l'AVS et nous serions obligés de travailler jusqu'à 80 ans. En un mot, la Suisse se serait à coup sûr appauvrie.

Notre politique d'ouverture a permis tout le contraire. Si la Suisse attire autant d'immigrants aujourd'hui, c'est parce que notre économie s'est hissée – heureusement, et la tâche n'a pas été aisée – parmi les plus dynamiques du monde occidental. Alors que la crise de l'euro se poursuit depuis trois ans, le chômage ne dépasse pas les 2,7% (juillet) dans notre pays alors qu'un actif sur dix n'a pas de travail dans la zone euro (et même un sur quatre en Espagne). Pour les jeunes, l'offre de places d'apprentissage excède la demande. Que voulons-nous de plus?

Côté immigration, la grande majorité des étrangers qui s'installent en Suisse ont un niveau de formation élevé. Bien loin de coûter à nos finances publiques, ils sont des contributeurs nets tant sur le plan fiscal que sur celui des assurances sociales.

Cela ne va bien sûr pas sans défis. Personne ne les nie. Cette forte croissance nous oblige en particulier à développer nos réseaux routiers et ferroviaires, à intensifier la construction de logements. La croissance doit être accompagnée, mais cette mission est parfaitement réalisable avec une économie saine. Et le cap des 8 millions d'habitants est justement le signe de notre vitalité. Vouloir stopper artificiellement cette évolution serait aussi absurde que de tailler des arbres fruitiers au printemps. Il n'y aurait que des dégâts!

Commentaires

Claudine Amstein

Vous vivez dans un monde de bisounours de langues de bois, à tel point erroné qu’il en est devenu toxique à votre insu – Que savez-vous donc du monde où vous vivez, avez-vous seulement vécu ailleurs qu’en Suisse, pour parler ainsi ?:

Rien, des bienfaits dont vous parlez & qui seraient dus à l'immigration massive, n'existe à Genève,
où tout c'est dégradé
à un tel point que cela fait mal de voir ce qu'en pensent nos enfants devenus adultes
qu’on s’en mord les doigts de les avoir fait grandir au travers de telles galères, pour arriver, si durement, à de tels échecs, à de telles situations sans issue
qu’on n’a plus de rêves, qu’on ne dors plus, qu’on discute et devons nous résoudre à ne plus continuer : des décades de galères, de sacrifices vécus pour le fisc, pour les droits de successions, pour les impôts à qui on payait de quoi acheter une voiture neuve chaque année, tandis que la nôtre date de 1994, une enfance sans vacances imposée à nos enfants qui aujourd’hui adultes mais étudiants sans le sous parce que parents au chômage pas encore à la retraite- ah oui, étudiants suisses résidants chez leurs parents suisses en zone frontalière, qui ne pensent qu’à l’exil, aller là où les années de sacrifice des parents pour les enfants ne seront pas avalées par un gouvernement en un claquement de doigts.

- ce que vous considérez comme "bienfaits" a été / sont bien au contraire délétaires à notre vie ainsi qu'à notre futur

« Si la Suisse attire autant d'immigrants aujourd'hui, c'est parce que notre économie s'est hissée – heureusement, et la tâche n'a pas été aisée – parmi les plus dynamiques du monde occidental. »

Bullshit ! Quelle arrogance ! Certes, mais c’était entre les 2 guerres, les suisses ont expatrié leurs aînés, exerçant leurs compétences ailleurs, employeurs/fondateurs de stés.
Sinon NON, & ici c’est comme ailleurs : c’est la valeur du pognon qui décide !
C’est la même chose ici qu’entre les US et le Mexique, les gens ont les mêmes motiv : faire du blé, et vite !
Avant les bilatérales, c’étaient le 01 et le 74 qui venaient trouver leur multiplicateur de richesse en Suisse, tandis que les saisonniers illettrés de Sicile ou d’Espagne poussaient leurs fifilles à devenir avocates.

Depuis 2002, les bilatérales ont ouvert les portes à la maffia russe ou tchétchenne (les avocats sont les 1ers servis), aux chinois comme aux syriens.

Côté immigration, la grande majorité des étrangers qui s'installent en Suisse ont un niveau de formation élevé.

Car soit vous pensez aux riches (sont contents de vous lire) oligarques, aux fistons de ces maffias,
soit vous pensez aux expates (bravo pour le côté « niveau de formation élevé » qui vous vient à l’esprit, si parler anglais avec 4 ans d’études est le nec+ pour vous…) ne restant pas au-delà de 4 ans (statuts),
c’est Génial ! encore qq’une pour croire que parler anglais veut dire avoir un niveau de formation élevé… oubliant de consulter les statistiques sur l’immigration, que Genève a par ailleurs oublié de mettre à jour depuis quelques années.

D’où tenez-vous vos informations ? Comment pouvez-vous prétendre à de telles fausses vérités ? N’avez-vous donc jamais communiqué avec les services sociaux, de Carouge ou de Servette,
Sans parler de ce qui ce passe auprès d’autres communes, pour ce qui est de Genève ?

Vous semblez ADORER les étrangers vs les suisses, placer tout étranger sur un piédestal culturel/formation professionnelle, bien au-dessus de la hauteur que les suisses pourraient atteindre, à vos yeux… ok, soit. Donc voici pour vous :

De la part de moi, GE suisse d’origine sans autre nationalité, quadrilingue, exp. internationale (jobs s/plusieurs continents), x diplômes, ai subi: x discriminations anti-suisses à l’emploi, à l’accès au logement, xx abus, agressions en emploi par étrangers, chantages, licenciements abusifs, actes délinquants par chefs étrangers en emploi me valant perte d’emploi, sans indemnité, sans défense, le tout en toute impunité pour les auteurs, étrangers.

-un français cadre employeur d’une big multi informatique GE me proposant son contrat & sous salaire: «vous êtes seule, vous vivez en France avec un seul enfant: ça devrait vous suffire ce salaire»
- un hollandais, vp finance niveau mondial d’un big 4 dont j’étais le bras droit me disant « tu me fais ce doc et tu le faxe maintenant, disant que la boîte me garantit & me doit 35’000CHF, à l’attention de Mastercard. Ou t’es virée/ grillée & tu retrouves plus un job sur la place», à 19h un soir, après qu’une collègue des RH soit venue me supplier de l’aider parce qu’elle avait avancé 28’000CHF à cet hollandais + oublié de lui faire signer ...
Je fus donc virée. En 1 semaine. Puis le VP RH, suisse, fut viré. Ascenseur pour le sous-VP RH, américain (j’avais informé les 2). Une espagnole frontalière, aide-comptable sous mon dept/vp établit mon certificat de travail – bien sûr faux, que je dus refuser, sans en obtenir de véritable.
- qq tps +tard, 1 frontalier ex-comptable de mon ex hollandais de boss offrit ses services à une grosse de nos multi GE où j’avais trouvé 1 job tempo.
Devinez: il obtint le job de DRH, en faisant virer la DRH suisse, et tous les employés tempos à qui depuis 1 an on promettait de finaliser leurs contrats en emplois fixes, en proposant la réambauche de djeunes new frontaliers venus de xy, à si bas coûts admin qu’irresistibles, en remplacement de tous - temporaires, suisses ou pas.
- un avocat nord africain me disant « je vous siffle si j’ai besoin de vous » devant la réceptionniste sud-américaine qui éclata de rire se moquant ouvertement de moi / pourtant je présentais pour la nième x le signataire d’un accord que j’avais tb négocié, pour paiement de tous frais & honoraires dus à ses partenaires depuis x tps concernant ttes ces stés offshore etc, sachant que mon job tempo était pour contrôle LBA.
- le pire étant lorsque les comportements délictueux & autres abus de pouvoir de ces étrangers ont conduit/ impliquent la mort de collègues. Ce fut le cas avec ce français établit dans un canton suisse, visant la place du big boss même en l’absence de diplômes & autres connaissances, que tous cours d’anglais payés par son employeur n’ont jamais compensé. Profitant de son poste / des restructurations des années 1990, ce français plaça des collaborateurs à des postes stratégiques : telle aide-comptable devint comptable directrice adjointe au dpt dont il était le chef, telle ex secrétaire devin dir-adjointe aux rh de la nouvelle sté achetante, tel ex collègue licencié, fondant sa propre Sté d’agence de placement en informatique, devint le partenaire privilégié dans le recrutement de « frontaliers » (c’est ainsi que la compagne du gérant de l’agence de placement obtint un poste dans le dept où j’étais resp principale – y inclus du recrutement d’informaticiens, mais jamais mon boss ne me dit quelle était le job de cette Madame qu’il avait dans ses rangs, dont il me demandait de gérer les ressources, les budgets… ce boss étant NL, laissant son collègue, ce fr installé en VD ou ailleurs en Suisse, me faire bosser, la 1re, sur cette base de donnée globale internationale de comptes clients codés, qu’un fr italo monégasque repris pour en faire des offres en France – sauf que c’est le suicide d’une collègue sud-coréenne, poussée à cette mort par le harcèlement de ses collègues françaises, dont elle m’avait fait part, et l’aide que je lui apportais, ainsi que la demande que j’ai faite aux RH de ces groupes de chinois venus, sur demande de ce chef fr à son collègue de Hong-Kong, d’agences temporaires chinoises, travaillant non déclarés en Suisse mais y travaillant, y résidant depuis des mois, à la résidence des Alpes, payée par la bque).
etc

dsl. Claudine Amstein: vos propos ne concernent pas l'ensemble des suisses

Écrit par : graphycs | 16/08/2012

Et conclure que les années de chômage imposées par les choix permettant à ces cadres de multis de virés des suisses atteignant un certain âge, pour les remplacer par de plus jeunes moins coûteux venus de tous coins d'UE,

font que non: les AVS ne sont pas payées, mon ex étant que je dois travailler jusqu'à je ne sais quel âge, 68-70 ans, - le tout étant d'avoir un job! puisque je suis discriminée à l'embauche de par mon âge: les employées /fr en l'occurrence, d'agences de placement me riant au nez en guise de refus de mes candidatures... pourtant tout dans mon dossier concorde, sauf l'âge, qui n'est pourtant pas celui de la retraite
et cela n'est que l'un des XX points d'amertumes, en ce qui nous concerne

cherchez l'erreur -dans votre intention, madame

Écrit par : graphycs | 16/08/2012

«A bien écouter certains activistes, il serait même judicieux d'aller bien au-delà, et de limiter le nombre des naissances. Pas moins. Quelles stimulantes perspectives pour notre pays et surtout pour nos jeunes!»

Madame Amstein, vous êtes vraiment la championne ès "propagande et langue de bois". Et puis cette empathie incommensurable vis-à-vis des jeunes... tsss !

Vous savez à quelle époque les jeunes de ce pays avaient de l'espoir et des perspectives d'avenir? Il y a QUARANTE ans !

Alors s'il vous plaît un peu de décence. Je veux bien que vous défendiez les intérêts des spéculateurs et des amateurs de maxi profits à court terme, c'est votre droit le plus strict, mais dites-le clairement, ayez l'honnêteté d'annoncer la couleur. Les gens de gauche qui partagent avec vous le frisson du "grand pique-nique amical" ont au moins le respect de leur étiquette.

Les "actvistes" comme vous dites, et bien, ils n'ont vraiment pas les mêmes valeurs que vous. Ils voient bien plus loin que votre petit bout de nez, votre pré-carré, ou la brillance des jantes de vos Mercedes classe S !

Écrit par : petard | 17/08/2012

Votre billet a au moins un grand avantage, celui de dévoiler les positions du parti radical. Et cela démontre qu'en France, Marine le Pen a raison de parler de UMPS. Vous voulez de la main-d'oeuvre taillable et corvéable à merci, des impôts de multinationales au rabais mais à votre avantage. Des prix immobiliers tendus à l'extrême vers le haut pour vos copains spéculateurs. Les autoroutes impraticables à la moindre touchette, les trains comme des bétaillères turques, la foule partout, au travail comme pour les loisirs : comment font les gens pour être assez cons pour prendre leur voiture le week-end pour aller skier en Valais en famille et bouffer des frites immondes plus chères que le caviar donne une idée de l'Infini...
Les socialistes eux, le parti des fonctionnaires, vos alliés objectifs, veulent des cas. Des cas pour les fonctionnaires de ceci, les fonctionnaires de cela. Des psys, des socio-trucs et des socio-machins. L'année passé, 7 millions en Suisse. Cette année 8 millions. L'année prochaine, combien ? 10 millions, 12, 15 ou plus ? Les socialistes et les UDC, comme par hasard toujours d'accord pour yoyoter, veulent nationaliser les terrains non-construits, que les propriétaires voulaient probablement garder comme trésor de guerre pour leurs enfants (l'amour des parents pour leurs enfants est-il prohibé aussi chez les radicaux ?). Vous êtes prête à sacrifier votre logement, votre maison pour les accueillir ? Cela vous rendrait plus crédible, plutôt que de vous foutre comme de l'an 40 des paysans valaisans envahis par les gitans, notre avenir à tous si on vous laisse faire, vous et vos copains socialo-écologistes.
J'en profite pour exprimer mon indignation sur la manière que le journaliste de 24 heures, Fabian Muhieddine, encore un bon Vaudois bien de chez nous, a utilisé pour dégommer Franz Weber, que je n'aime pas. "on croyait que c'était un humaniste..." confirme très exactement mes intuitions sémantiques. Aujourd'hui, "humaniste" est devenu équivalent à "socialiste".
Roch, insupportable PDC qui peut aussi dire des conneries, prétend que l'humanité ne devrait pas dépasser 3 milliards d'individus, et il n'est pas le seul.
Il y a 50 mille ans, nous étions 100'000. En l'an 0, entre 50 et 500 millions. En 1940, 4 milliards. En 2010, 7 milliards. Dessinez la courbe, il n'y a plus besoin d'ergoter très longtemps après...

PS. On ne va pas en rester là. Même si je ne suis pas sûr que vous en êtes consciente, vous avez déclenché la guerre et elle n'est pas près de s'arrêter. J'habite le Chablais et votre politique fait que le Valais et le Chablais vont devenir complétement coupés du monde. Les hôpitaux d'Aigle et de Monthey vont être fermés et les gens qui auront un problème sérieux n'auront aucune chance de survie si leur problème advient le dimanche, jour où aucune ambulance ne peut circuler de Martigny à Rennaz, lieu choisi pour le nouvel hôpital, dans des temps raisonnables. Les hélicoptères, trop nombreux en temps normal mais tout aussi indisponibles le dimanche puisque utilisés pour amener des foulures du petit doigt des skieurs au CHUV.
Vous voulez notre peau, ce sera la guerre. Bien entendu, vous ricanez parce que vous vous croyez sûre de la gagner. Autour de moi, je n'entends que des gens qui au bout du bout sont d'accord avec moi. Vous voulez détruire ce pays et les gens ne peuvent plus ne pas le voir.
PS 2. Si vous ne publiez pas ce commentaire, je le reprendrai sur mon blog.

Écrit par : Géo | 17/08/2012

dès la parution de ces chiffres une infographie de Vaud à la TSR indiquait un taux de mortalité la plus élevée de Suisse dans la région de Villeneuves et Vevey,étonnant tout de même/rire

Écrit par : lovsmeralda | 19/08/2012

Très étonnant en effet, quand on sait que l'institution "Rives neuves" se trouve à Villeneuve. Les Vaudois vont mourir à Villeneuve, lovsmeralda. Tant mieux si cela vous fait rire.

Écrit par : Géo | 20/08/2012

@Geo,ok me suis trompée de région mais je ris en constatant le volte face de la TSR pour contrer ces chiffres
C'est pareil dans bien d'autres domaines,les catastrophistes sont de plus en plus contrés par d'autres qui sont fatigués par ces intimidations ,chantages et autres inventions style torchon poubelle Le Matin et 20 min
On a eut la preuve avec Ringier qui avant hier a dû s'excuser de ne pas avoir vérifié une allégation avant de la distribuer comme info tous azimuts

Écrit par : lovsmeralda | 20/08/2012

Chère Madame vous planer en plein délire! Et on vous paye pour ça semble t'il!

Écrit par : Ueli Davel | 20/08/2012

Mme Amstein @ Extrait de l'interview de Georges Minois par Pascal Bertschy, "La liberté" d'aujourd'hui 20 août, page 29.
Merci aux gens de la revue de presse de RTS 1 ce matin...

"Le journaliste : - L'ennui, c'est que nombre d'idéologues et d'experts contestent la notion même de surpeuplement...
Georges Minois : - Il existe un discours rassurant. Bon nombre démographes (sic!) assurent, par exemple, que la planète peut nourrir dix milliards d'habitants et que la population mondiale va se stabiliser vers 2050. On entend aussi que les pays déshérités auront le même mode de vie qu'en Europe d'ici à 2100, où la courbe alors redescendra, et que le développement est la clé de tout. Or le développement du niveau de vie accélère l'épuisement des ressources. Et puis l'entassement de dix milliards d'individus, même bien nourris, reste un entassement. Le qualitatif importe autant que le quantitatif. Après tout, les hommes ne vivent pas que de pain. Nous ne sommes pas que des poules à qui il suffit de jeter des graines, nous avons également besoin de vivre dans des conditions décentes."

Georges Minois: "Le poids du nombre" Perrin(2011)

(Commentaire déjà envoyé sur le blog de P-A Ruffieux)

Écrit par : Géo | 20/08/2012

Les commentaires sont fermés.