UA-64206590-2 UA-101278801-1

12/12/2012

Les mauvaises recettes du Docteur Maurer

"Si vous trouvez toujours des travailleurs pour tous les postes, cela ne vous pousse pas à chercher d'autres solutions, à rationaliser, à vous montrer inventif et innovant." Cette petite phrase d'Ueli Maurer, dans une interview à "24 heures", fait froid dans le dos. A écouter notre président de la Confédération pour 2013, il faudrait organiser une pénurie de main-d'œuvre pour fortifier l'économie. Un bon jeûne ne fait que du bien à l'organisme, c'est bien connu, n'est-ce pas?

Trêve de plaisanterie, et surtout de simplisme! Voyons les choses concrètement: qu'apporterait un manque de main-d'œuvre dans la restauration? Des clients mal servis et donc une baisse de la fréquentation des établissements. A moins qu'Ueli Maurer ait découvert le moyen de servir le même nombre de tables aux heures de pointe avec moins de personnel. On est curieux d'entendre les solutions qu'il a à proposer à nos cafetiers. Sur quoi déboucherait un manque de personnel disponible dans le secteur de la santé? Des attentes plus longues pour être soigné, dans les hôpitaux, les cabinets médicaux. Davantage d'erreurs médicales… je pense qu'il est inutile d'argumenter davantage.

On a moins envie de rire lorsque l'on songe aux conséquences qu'aurait la politique de M. Maurer. Son affirmation, toujours dans "24 heures" (du 23 novembre), selon laquelle "sans limitation sur le marché du travail, le danger est grand que l'efficacité diminue" est une tromperie. En comparaison internationale, la Suisse ne s'est jamais portée aussi bien que depuis que la libre-circulation des personnes est en vigueur. Nous aurons l'occasion d'en débattre de manière plus approfondie l'an prochain, puisque la Suisse sera appelée à étendre la libre-circulation à la Croatie, qui devrait rejoindre l'Union européenne l'an prochain.

Contrairement à ce que dit le conseiller fédéral, des restrictions à l'embauche affecteraient des branches entières de notre économie. Pas seulement celles qui sont intensives en main-d'œuvre, comme les deux secteurs que j'ai cité précédemment. Dans l'industrie, les sociétés en phase d'expansion – parce qu'elles ont découvert de nouveaux produits ou prospecté de nouveaux marchés - seraient contraintes à délocaliser là où le personnel est abondant.

Nous sommes plus prospères que lorsque nous contingentions le marché du travail, c'est une réalité. L'économie de notre pays continue à croître alors que  la zone euro est en récession. Nos finances publiques sont saines. Nous sommes capables d'investir pour soutenir notre croissance. L'ouverture de notre pays à la main-d'œuvre européenne nous est grandement profitable. Nous serions bien fous de tout remettre en cause aujourd'hui! 

Commentaires

On commence à mieux comprendre les attaques des gauchistes contre Ueli Maurer. Il se passe que l'Europe est dans une crise économique majeure, principalement par faute d'une politique monétaire simplement surréaliste. Cette monnaie unique pour des pays aussi différents, il faut être vraiment très con pour le faire et pour y croire.
La Suisse est le refuge de dizaines de milliers de cadres européens très, très bien formés qui fuient leurs économies française ou allemande en détresse. C'est une chance pour la Suisse, à très court terme. Problème : ni les banques ni les multinationales dites suisses ne sont en mains suisses. La Suisse est devenue une sorte de Monaco ou d'Andorre, sauf que Monaco est la pute de la France, Andorre de la France et de l'Espagne mais que la Suisse est la pute du capital international sans frontières donc américain. Une pute, cela a besoin de protecteur. Donc Ueli Maurer, qui pense prioritairement à la population suisse, cherche à limiter l'intrusion de cadres en fuite de l'Europe...

Écrit par : Géo | 12/12/2012

Madame faites-nous plaisir, laissez aux Suisses avoir enfin un Président qui donne la priorité aux Siens.....et vous taisez-vous 12 mois!
D'avance merci à la garde-malade, pour la suspension du traitement à la morphine que vous infligez à vos patients "allopathisés"!
Une bonne médecine douce et naturopathique en 2013, va faire le plus grand bien à ces bons Suisses aux bras noueux que nous sommes!
Unis Déjà Crânement. (syn. Hardiment)

Écrit par : Corélande | 13/12/2012

Nous voilà bien. Voilà que les fanatiques UDC se voient comme une sorte de médication homéopathique. Si La France s'est fait envahir par des millions d'Algériens impossible à intégrer, c'est parce que la défense identitaire française était tenue par une sorte de débile, Le Pen. Et le problème de l'UDC, c'est qu'elle a recruté un maximum de tarés du même genre. Corélande, merci d'avoir apporté votre témoignage, volontaire ou non...

Écrit par : Géo | 13/12/2012

à GEO.
La France s'est fait envahir par des millions d'Algériens... rien que ça ?
Faut-il rappeler le passé colonialiste de la France qui a étendu ses frontières bien au-delà de la métropole. A cette époque, ces populations étaient françaises puisque "envahies" et exploitées par la France. Idem pour l'Afrique et certaines régions asiatiques.
Pour le cas des Algériens, au moment de l'indépendance (1962), choix leur a été fait entre l'Algérie ou la France.
Après, on peut débattre des heures durant sur l'imputabilité de leur non-intégration (ces gens-là ou l'état) - je ne m'y aventurerai pas.
En tout cas, l'idée de la France comme territoire envahi de milliers, millions d’immigrés est fausse. Il s'agit juste d'un passé colonialiste (mondialiste ?) porté aux nues en phase de croissance économique et qui prend un tout autre sens en période de crise.

Aujourd'hui, l'économie suisse se porte à merveille, grandement aidée par l'afflux de travailleurs étrangers qui répondent à une demande. Qu'en sera-t-il demain ? Finalement, la Suisse est dans la même situation que la France des années 50'

Écrit par : Vu de France | 14/12/2012

Vu de France@ Je vois que nous sommes parfaitement d'accord. Cet afflux de cadres européens quand l'économie suisse va bien, ce qui ne va pas durer, est bien le danger majeur que je voulais dénoncer.
Sur le plan de l'Algérie, je crains que vos connaissances historiques soient quelque peu limitées, ce qui à mes yeux, est le défaut principal de notre civilisation du tout tout de suite. Un million de Français a du fuir l'Algérie en 1962 et ils ont été très mal reçus en métropole. Méprisés, rejetés, ils ont mis très longtemps à s'en remettre. Ce n'est pas pour rien qu'ils haïssaient de Gaulle, il faut bien l'avouer. Mais il y a plus grave, beaucoup plus grave. Les soldats algériens qui combattaient aux côtés des Français, les harkis, ont été abandonnés en Algérie sur ordre de de Gaulle et ont tous été massacrés par le FLN. 80'000 sauf erreur. Les Algériens qui sont venus en France travailler au développement de ce pays n'ont rien à voir avec eux, au contraire. Ils sont venus en France avec toujours le même sentiment anti-Blancs, anti-Français et anti-chrétiens de ceux qui ont combattu la présence française en Afrique. A mon avis, cela a été une très grande erreur de la part de la France de chercher sa main d'oeuvre dans ce pays. Mais Hassi Messaoud...L'Algérie avait du pétrole, découvert et exploité par les Français. Et donc, le marché a été pétrole contre ouverture des frontières à notre main d'oeuvre.
Cette situation a perpétué le psychodrame colonisateurs - colonisés et cela fait 50 ans que cela dure...
Cela dit, je me suis souvent retrouvé comme Suisse en terres africaines à défendre la politique française mieux que les Français le font en général.
Au nom de quoi, je ne me gêne pas de critiquer la France et les Français...

Écrit par : Géo | 14/12/2012

à Geo
J'abonde à 100% dans vos propos.
Ce que l'on peut alors reprocher (aux gens en général et aux politiques en particulier), c'est de chercher à stigmatiser des populations, minorités... alors qu'ils n'ont été que l'instrumentalisation d'un cynisme économique - ce que vous rappelez fort justement à travers le pétrole, la reconstruction de la France.
Enfin, je ne me résous à considérer que l'intégralité des personnes venues en France nourrissaient tous le même sentiment anti-français.
Il faut être franchement masochiste pour émigrer dans un pays que l'on hait.
Maintenant, en tant que suisse, défendre la politique étrangère de la France relève de la gageure - je vous en félicite (c'est peut-être vous le masochiste).
En d'autre temps, je m'étais retrouvé à l'étranger lors de la reprise des essais nucléaires (1996) sous l'ère Chirac. Fichtre, le quotidien n'était pas simple.

Écrit par : Vu de France | 15/12/2012

"Il faut être franchement masochiste pour émigrer dans un pays que l'on hait."
D'où le regroupement en ghettos, pour se soutenir les uns et les autres. Quoi de plus naturel ? Mais il y a des effets pervers...
A mon avis, l'islam joue un grand rôle dans cette situation. En raison des contradictions mondiales, fortement aggravées par l'attitude de G.W. Bush et ses "croisades" (il a utilisé le terme...).

Écrit par : Géo | 15/12/2012

Post intéressant et merci pour le partage

Écrit par : generico | 17/12/2012

Les commentaires sont fermés.