UA-64206590-2 UA-101278801-1

03/01/2013

Gaz ou mazout pour se chauffer: pourquoi discriminer?

Vous connaissez l'expression: "c'est l'arbre qui cache la forêt". Elle s'applique parfaitement à la révision de la loi vaudoise sur l'énergie (LVLEne), au menu du Grand Conseil d'ici peu. A son propos, on a jusqu'ici presque exclusivement entendu parler de l'interdiction des chauffages électriques. Mais vous pouvez lire tous les comptes-rendus que vous voulez: vous ne trouverez pas un mot sur les chaudières à mazout.

Et pourtant! Le Conseil d'Etat propose d'augmenter drastiquement les exigences techniques pour tout agrandissement de bâtiments chauffés au mazout (et tous les bâtiments neufs recourant à ce combustible par la même occasion). Prenons un cas pratique: si vous ajoutez une pièce à votre maison, votre chaudière ne pourra plus couvrir que 60% des besoins en chaleur, les 40% restants devant provenir de renouvelable ou d'une sur-isolation. Renseignement pris auprès de spécialistes: cette disposition disqualifie tout bonnement le mazout. Et obligera les propriétaires qui agrandissent à changer tout leur système de chauffage!

Le gaz n'est en revanche pas soumis à cette exigence aussi draconienne qu'incongrue. Tant mieux, on ne peut que s'en féliciter. Les propriétaires qui ont misé sur ce type d'installation pourront en effet assurer jusqu'à 80% des besoins en chaleur avec cette énergie. Une norme déjà techniquement en vigueur (mais non inscrite dans la loi), pour le gaz comme pour le pétrole.

Cela dit, les deux énergies ne sont-elles pas fossiles? La discrimination introduite dans la loi fait peu de cas des progrès technologiques réalisés dans le domaine du chauffage au mazout. Saviez-vous qu'il suffit de 4 litres de pétrole par an pour chauffer un mètre carré dans un bâtiment neuf, contre 20 dans un immeuble ancien? Quel est le bilan écologique d'un remplacement par une pompe à chaleur, alimentée en électricité, dont on veut parallèlement diminuer la consommation? Un logement sur deux étant chauffé au mazout dans le canton de Vaud, le dogmatisme anti-pétrole de la révision de la LVLEne va toucher beaucoup de monde.

Le traitement différencié du mazout et du gaz n'a pas lieu d'être, et même d'autant moins lieu d'être qu'aucun canton n'impose légalement une telle règle. On notera enfin que cette disposition n'a pas été soumise à consultation, mais introduite après coup dans la révision de la LVLEne!

Le Grand Conseil peut heureusement corriger la situation. Il doit le faire! 

Commentaires

Chère Madame,
Désolé vos propos ne tiennent pas debout. Gaz et pétrole sont fossiles ok, mais ça n'a rien à voir.
Brûler du pétrole pour se chauffer est une aberration dans la mesure où il est devenu une substance "rare" et qu'il présente des propriétés essentielles à l'industrie chimique. Brûler du pétrole alors qu'il y a d'autres alternatives relève de la connerie pure et simple. C'est sûr que vous allez me dire que je suis carré, excessif, et tout et tout. Tant pis, mordicus, je ne suis pas un écolo inféodé à une quelconque chapelle, brûler du pétrole pour se chauffer en 2013, c'est crétin.
D'abord, on besoin de pétrole pour les bagnoles, les avions et puis pour tant d'autres choses où il est indispensable. Alors, il faut l'économiser et l'utiliser à bon escient. Pas pour se chauffer.
Pour se chauffer, il y a suffisamment de gaz et de bois. Le gaz ne peut pas servir à autre chose que de se chauffer, que de cuire, ou de fabriquer de l'électricité. Et il y en a assez pour un bon bout de temps. D'ailleurs, les réserves mondiales exploitées à ce jour, c'est même pas 5%...
Alors, j'attends une réaction ou une correction de votre part. Si vous avez besoin d'infos sur le gaz, je ne manquerai pas de vous informer. Je connais parfaitement le sujet :))

Écrit par : petard | 03/01/2013

Précision:
Je n'ai jamais travaillé pour le lobby du gaz, c'est d'ailleurs pour ça que je suis "pauvre". Et je trouve indéfendable l'alignement du prix du gaz sur celui du pétrole. C'est une magouille instaurée par les pétroliers qui dominent l'exploitation du gaz. Et si je suis "pauvre" c'est aussi parce que je tiens ce raisonnement... N'empêche qu'à choisir entre les deux pour se chauffer, y'a pas photo!

NB
Mais pour faire ch... le lobby machin, optez plutôt pour les pellets.

Écrit par : petard | 03/01/2013

Avoir demander l'arrêt des chauffage électrique est d'une stupidé ahurissante!

L'electricité, qui pourrait être presque inépuisable. Mais la plus grande stupidité, c'est de voir que l'on demande d'interdire le chauffage electrique mais de l'autre côté on ne fait rien contre l'invasion d'appereil électronique inutile (style gadget rechargeable) qui ne servent à rien!

Mais personnelement, je préfère attendre le réchauffement climatique, comme ca, plus de raison de se chauffer l'hiver! On aura besoin ni de chauffage au gaz, au mazout et encore moins au chauffage electrique :-)

Question subsidiaire, savez-vous si nos step, nos stations d'éurations récupère le biogaz?

Écrit par : DdD | 07/01/2013

Les commentaires sont fermés.