UA-64206590-2 UA-101278801-1

16/01/2013

Magasins de stations-service: le référendum de l'immobilisme

Quel rigorisme! Les syndicats viennent de lancer le référendum contre l'ouverture 24h sur 24 d'une vingtaine de shops de stations-service, situés le long d'axes très fréquentés ou sur des aires de repos d'autoroute. Peu importe que les touristes en transit doivent se contenter de gaufres au distributeur et de boîtes de sodas entre 1h et 5h du matin. "Le règlement c'est le règlement. En Suisse, on ne transige pas sur les principes. Il n'y a pas de droit humain fondamental à consommer la nuit", ont expliqué leurs représentants et sympathisants la semaine dernière (je condense leurs propos). Et pour les gens qui ont des horaires très décalés? "Ils n'ont qu'à s'organiser, que diable. Non, nous ne changerons rien."

Est-ce bien l'image que nous voulons donner de notre pays? Continuer à empêcher à des voyageurs d'acheter quelques denrées de base sous prétexte que la loi est immuable. De nombreuses professions déploient déjà leurs activités 24h sur 24h: dans les hôpitaux, les homes médicalisées, les permanences médicales, la police, la sécurité privée, la surveillance du ciel, la presse, l'hôtellerie… A l'heure où des centaines de chaînes télé sont accessibles en permanence 24 heures sur 24 (y-a-t-il donc un "droit humain fondamental" à regarder la télé à 3h du matin?), ce serait bien la moindre des choses que de pouvoir acheter quelques produits de première nécessité la nuit aussi, qui plus est uniquement sur des axes très fréquentés.

On ne parle pas ici d'ouvrir 24h sur 24 partout… La "libéralisation" décidée par les Chambres ne concerne, répétons-le, que les régions très urbanisées et quelques endroits très fréquentés. Les collaborateurs qui devront travailler dans ces shops seront au minimum couverts par la loi sur le travail, qui prévoit des salaires plus élevés la nuit ainsi que des compensations en repos. Les syndicats pourraient d'ailleurs négocier des conditions meilleures que ces dispositions de base. Mais non! Pourquoi vouloir créer des emplois? Pourquoi permettre aux commerçants de vendre quand il y a des acheteurs? Mieux vaut continuer à interdire, à réglementer, à imposer un mode de vie unique. Peu importe qu'il y ait des volontaires pour la vente: ils ont tort! "Forcément exploités", ils ne comprennent pas!

C'est ubuesque! L'extension de l'horaire d'ouverture des quelques shops rendrait service à beaucoup de monde. Nous améliorerions du même coup l'accueil réservé aux touristes. Mais les syndicats préfèrent s'arc-bouter et tout bloquer, sous le prétexte fallacieux que ce ne serait qu'un premier pas vers une "libéralisation sauvage". Davantage de cohérence et de réalisme ne feraient pas de mal.

Commentaires

Le socialisme c'est l'organisation collective de l'individu. Seul les apparatchiks des partis de gauche et des syndicats sont censés savoir ce qui est bon ou mauvais pour l'individu.

J'espère qu'un jour on chopperas un faux-cul de socialiste de chez nous en train de faire des achats dans un schop à 3 heure du matin à l'étranger. Tout comme ceux qui votent contre l'ouverture des commerce le dimanche mais qui le même jour traversent la frontière pour faire leur course.

D.J

Écrit par : D.J | 16/01/2013

Vous êtes volontaire pour aller bosser entre minuit et 6h du matin sur une aire d'autoroute, Mme Amstein ?

Je trouve magnifique ces chantres du libéralisme qui poussent à flexibiliser des emplois sous-payé, alors que dans leurs jobs archi-payés, ils fixent eux-même leurs horaires.

Les gens n'ont qu'à prévoir ce qu'il leur faut à l'avance. Quand on part en voyage, on sait qu'on va avoir faim. On n'attend pas minuit pour s'acheter un sandwich, non ?

Quand à vos comparaisons avec la police, les hôpitaux, etc., elles sont ineptes.

Écrit par : Fufus | 16/01/2013

Ben moi, quand je pars en vacances à 1 heure du matin, j'aime bien trouver une aire de repos ouverte où l'on peut manger et boire quelque chose vers 4 heures.

Les syndicats veulent parler au nom de tous les travailleurs. Mais de quel droit ? Je suis persuadé que certains ne seraient pas dérangés à travailler de nuit sur ces aires de repos. De plus, comme le dit Mme Amstein, la loi sur le travail prévoit des salaires augmentés pour le travail de nuit.

Les syndicats seraient plus utiles en essayant de négocier des améliorations des conditions de travail (et en continuant donc de prôner le dialogue social et la paix du travail) plutôt que de partir en guerre. Personne ne sortira vainqueur d'une guerre. Ni les patrons et encore moins les travailleurs.

Écrit par : Pascal D | 17/01/2013

En quoi les comparaisons avec la police, les hôpitaux sont-elles ineptes ?
Le travail de nuit répond chaque fois à un besoin, que cela soit dans l'hôtellerie, l'imprimerie, la navigation aérienne .... etc
Si on discute de l'ouverture élargie de certains commerces situés dans des endroits stratégiques, c'est qu'il y a une demande.
Maintenant, c'est clair qu'on peut pas demander à la gauche de savoir ce que la demande signifie puisque celle-ci se contente uniquement d'"offrir" des prestations (qu'elle ne pourra financer, cf François Hollande)
On pourra toujours en rediscuter dans quelques temps, le jour où le monde sera vraiment en récession, et je pense que le boulot de minuit à 6h du matin sur une aire d'autoroute deviendra une opportunité pour beaucoup de monde...

Écrit par : SAP | 17/01/2013

" Je trouve magnifique ces chantres du libéralisme qui poussent à flexibiliser des emplois sous-payé, alors que dans leurs jobs archi-payés, ils fixent eux-même leurs horaires. "

Le libéralisme c'est le respect du libre arbitre de l'individu. A quoi demander à Claudine Amstein si elle serait volontaire pour bosser entre minuit et 6 heures du mat puisque vous êtes de toute façon contre ce volontariat.

" Les gens n'ont qu'à prévoir ce qu'il leur faut à l'avance. Quand on part en voyage, on sait qu'on va avoir faim. On n'attend pas minuit pour s'acheter un sandwich, non ? "

Beaucoup de gens voyage de nuit pour éviter les bouchons le jour. Ce n'est pas seulement question de bouffe. Les gens qui voyagent aiment faire des étapes. Après plusieurs heures de route, Il est plus agréable et plus relaxant et surtout pour sa propre sécurité vis-à-vis des agressions de nuit de trouver une station ouverte pour manger et boire que de faire son repas entasser à cinq dans la voiture dans des endroits non surveillé et non éclairé.

D.J

Écrit par : D.J | 17/01/2013

Attention! Le débat devient émotionnel et c'est bien là-dessus que comptent ceux qui l'ont lancé.
Objectivement, ce combat est un combat d'arrière-garde et là, c'est la gauche qui devient réactionnaire et conservatrice.
A l'heure où n'importe qui peut effectuer n'importe quelle transaction à n'importe quelle heure, pourquoi faire des exceptions pour le commerce de détail? Avec la mondialisation, il est toujours midi quelque part et de plus en plus de travailleurs vivent à une autre heure que l'heure locale. Il suffit d'observer nos autoroutes où le trafic devient de plus en plus continu à n'importe quelle heure. Nombreux sont et ont toujours été ceux qui ne voient aucune objection à travailler en dehors des heures dites traditionnelles, quitte à profiter des dispositions syndicales pour être mieux payés.
Pourquoi les en empêcher?

Écrit par : Marc | 17/01/2013

"En quoi les comparaisons avec la police, les hôpitaux sont-elles ineptes ?"

Il est des services pour lesquelles la fourniture 24h/24 et 7j/7 est indispensable. Les hôpitaux et la police en font évidemment partie. A contrario, la fourniture de farine et d'huile de colza en pleine nuit n'est pas indispensable. On peut imaginer que le citoyen saura en faire provision en journée, même s'il souhaite en user la nuit. Mais l'exemple vaut aussi pour un sandwich.

Les syndicats sont-ils des tortionnaires ? Non, ils sont le rempart de la folie des grands patrons et leurs sbires qui se droguent à l'argent et en veulent toujours plus, oubliant dans leur dépendance la cohésion sociale. Car malgré l'aisance moyenne en Suisse, les inégalités n'ont jamais cessées de se creuser ces trente dernières années. Qui donc accepterait un poste de caissier-e de nuit sur une aire d'autoroute sinon les personnes les plus précarisées, qui non seulement auront un salaire de misère, mais en plus l'interdiction de fait d'une vie sociale ou familiale. Joli programme !

La cohésion sociale, certains s'en foutent vraiment ! Sauf quand c'est pour pousser des aboiements sur l'insécurité. Un peu de cohérence ne nuirait pas.

Écrit par : Fufus | 17/01/2013

J'étais passé à côté de cette perle présente dans ce billet:"Pourquoi vouloir créer des emplois?"

Houhouhou ! (2sec, je me roule parterre de rire..)

Comment vont faire les gens pour dépenser plus que ce qu'ils dépensent déjà si les magasins étaient ouverts plus longtemps ??! De l'argent va-t-il tomber du ciel ? Préparez tous vos filets à papillons !

Écrit par : Fufus | 17/01/2013

Lente mais sûre dérive vers le barbarisme libéral à l'américaine et sa société 24h/24 de dégénérés... Société dérégulée et inégalités qui se creusent. Augmentation du trafic nocturne (comme si le trafic diurne ne suffisait pas). Emplois dans la vente parmi les moins qualifiés et les moins protégés par des conventions collectives. Le dernier rempart des syndicats est précisément d'interdire la vente durant la nuit.
Cela a déjà été dit, ces emplois seraient occupés par celles qui n'ont pas le choix (donc pas exactement libre-libéral). Et on se demande comment finiront les enfants de celles et ceux qui travailleront la nuit en station service. Le garderies devront-elles ouvrir la nuit également ?

Mais si vous voulez un aperçu de ce futur cauchemar: un petit tour en Italie dans leurs stations service autoroutières et voir combien leurs conditions de travail sont enviables... Avez-vous d'autres métiers de rêve de la sorte à proposer? Pompistes? Cireurs de chaussures sur le trottoir? Beau projet de société…Non à la déliquescence de la Suisse !

Écrit par : Frank | 18/01/2013

J'ai pour principe de dire (de quoi ce mêle-t-il, ces syndicats ?)
- Laissons le libre horaires d'ouvrir à tous les commerces qui veulent ouvrir 24h/24.
- Laissons travailler tout employé qui veut travailler la nuit. (Pour certaines familles, serait mieux adaptés à leurs situations).
- Laissons vivre toutes personnes de bonnes meurs, comme bon lui semble, tout en respectant les autres.
J'estime que les syndicats ont tendances à réinventer un nouveau genre de dictature.
A bon entendeur.

Écrit par : Michael M. | 18/01/2013

Sérieusement, y a vraiment des gens qui croient que tout le monde vit au même rythme, ça fait peur quand même...
Bien sûr que les stations services doivent ouvrir 24h/24! Pourquoi est-ce-que ce serait au consommateur de prévoir pour faire ses courses? Ceux qui tiennent ce discours n'ont sans doute jamais eu avoir affaire à des imprévus dans leur vie, ni voyager de nuit...

Je pense aussi aux chauffeurs de car et de poids lourds qui, eux, doivent bien travailler de nuit pour des salaires pas forcément très élevés, et qui seraient sans doute bien contents de trouver un lieu éclairé où ils puissent faire une petite halte. Surtout lorsque l'on sait le nombre d'accident de poids lourds qui sont dûs à la fatigue, il semble plus qu'évident que d'ouvrir les stations la nuit permettrait d'éviter une partie de ces accidents car cela fait beaucoup de bien psychologiquement d'être dans un lieu animé lorsque la fatigue nous gagne.

Et pour répondre à la question: qui serait d'accord de travailler de nuit dans les stations services? Je dirai: beaucoup de monde, et en premier les gens au chômage qui cherchent absolument du travail. Car oui, étendre la durée d'ouverture des magasins permet de créer de l'emploi, ça paraît tout de même évident!

Et pour finir, à tous ceux qui pensent que le nombre de clients n'augmentera pas même avec des horaires rallongés, je leur dit: de un, qu'est-ce que vous en savez? Vous êtes capables de prévoir le comportement de huit millions de gens? Et il n'y a pas que les Suisses qui iront dans ces stations services, mais tous les touristes qui viennent ou traversent notre pays, et qui seront bien contents de trouver des magasins ouverts la nuit pour faire une pause et reprendre des forces.
Pour les derniers sceptiques: allez sur l'autoroute vers 2-3h du matin, vous verrez que vous ne serez pas tout seul sur la route... Eh oui, tout le monde n'a pas forcément le même rythme de vie, il faut donc que les services s'adaptent en fonction des besoins de chacun.

Écrit par : Simonaioros | 20/01/2013

d'autant qu'il y a tout de même des gens qui aiment travailler la nuit.Ces syndicalistes n'ont bientot plus rien à envier aux fanatiques .Il n'y a qu'à on connait cette expression et le peuple en a marre d'entendre toujours et toujours les rengaines.Beaucoup ont compris qu'ils étaient manipulés par certains partis qui jouent en effet sur le coté émotionnel du citoyen payant même les syndicats grâce peut-être à l'argent récolté suite à la récupération des déchets.De nos jours tout est envisageable surtout depuis l'arrivée des Verts et autres gauchistes

Écrit par : lovsmeralda | 21/01/2013

La question de l'ouverture des shops de nuit est plus complexe. En inscrivant cette autorisation dans la loi. Le travail de nuit devient obligatoire pour les intéressés. Ne serait-ce qu'en regard de l'assurance chômage. Un vendeur ou une vendeuse au chômedu, devra accepter n'importe quel emploi, fût-il de nuit. Et ceci contre son gré. Au même titre, que les chômeurs doivent accepter quatre heures de déplacements quotidiens. Ce qui devrait être inacceptable.

Écrit par : petard | 23/01/2013

Mais c'est un autre problème ! Si le problème, c'est la loi sur l'assurance chômage, qu'on cherche à la modifier. Il serait faux de refuser une ouverture des stations service parce qu'on ne veut pas travailler à l'amélioration d'une autre loi.

Écrit par : Pascal D | 23/01/2013

«c'est la loi sur l'assurance chômage, qu'on cherche à la modifier»

Mais c'est le principe du saucisson, on prend une rondelle, puis, deux, puis trois.

Qu'on change donc la loi sur l'assurance chômage et on verra après.

Pour moi, on peut tout ouvrir 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, mais il faut des garde-fous.

C'est comme avec la majorité à 18 ans: deux ans d'allocations familiales en moins!

Écrit par : petard | 23/01/2013

Ben moi, quand je pars en vacances à minuit, j'aime bien trouver une aire de repos ouverte où on peut manger un bout.

Écrit par : site web | 11/02/2013

Les commentaires sont fermés.