UA-64206590-2 UA-101278801-1

18/12/2013

Enseignement de l'économie à l'école: une suspicion incompréhensible

L'enseignement des notions de base de l'économie a toute sa place à l'école obligatoire. Au même titre que la sensibilisation aux problèmes environnementaux et que la prévention routière. Les questions liées à la consommation et à la publicité, le fonctionnement des entreprises ainsi que le financement des collectivités publiques sont en effet des thèmes au moins aussi importants que le tri des déchets!

Dans cette optique, associer les milieux économiques à l'élaboration des thèmes à enseigner tombe sous le sens. Les entreprises ont en effet l'avantage d'être sur le terrain. Elles peuvent identifier les besoins en information, rendre attentif aux dernières évolutions, aux changements auxquels elles sont confrontées. Leur partenariat ne peut être que profitable.

Il n'est bien sûr pas question de faire dispenser l'enseignement de l'économie par les entreprises elles-mêmes. Ce n'est pas leur rôle et malgré toutes les précautions imaginables, il ne serait pas possible de dissocier totalement l'aspect commercial de l'aspect éducatif. Mais leur implication dans des organismes chargés de donner des cours est en revanche une bonne piste. A ce titre, les cours intitulés "ma commune" dispensés par Young Enterprise Switzerland (YES) allaient dans le bon sens. L'école vaudoise ne les veut malheureusement plus (malgré la demande de nombreux enseignants), suite à la plainte des parents d'un seul élève (!), qui contestaient que des partenaires privés appuient YES (24 Heures du 30.11.13).

Espérons que cette "affaire" reste une exception. La meilleure des écoles est celle qui donne aux enfants les clés qui leur permettront d'avancer par leurs propres moyens dans la société, qui leur permettront aussi de comprendre le monde qui les entoure. Quelques éléments de base sur l'économie de marché (les prix, leur formation, la concurrence), la prospérité ou encore le chômage leur permettront de mieux aborder l'actualité diffusée par les médias, actualité qui les touche aussi, tôt ou tard. Crise de la dette, développement économique en Afrique, fabrication des ordinateurs en Chine… Pourquoi les choses sont-elles aujourd'hui telles qu'elles sont? Ecole et économie ont tout intérêt à collaborer intelligemment!

Commentaires

Je vous suis complètement sur cette problématique, et comme vous l'avez dit, ces cours ne sont pas dispensés par l'entreprise elle-même, mais par un enseignant, qui y apporte aussi son éclairage et son "esprit critique" s'il y a lieu d'être.

Écrit par : Manuel Donze | 18/12/2013

D'autant plus convaincue que vous avez raison que l'"économie à l'école" serait la preuve même du soin et de l'attention portés par les responsables de l'enseignement au futur, comme présent, bien-être social des citoyens et habitants de ce pays...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/12/2013

Je ne comprend pas cette levée de bouclier contre le monde économique, de plus comme vous le metionnez, "d'un seul parent d'élève"!! on croit réver qu'une personne ait le pouvoir de supprimer ce type de cours. Navrant.

Écrit par : philippe cottet | 19/12/2013

Bien. Compte tenu du fait que le monde de l'économie repose également et sûrement plus encore sur les salariés, il serait normal, dans votre optique, de permettre aux syndicats de jouer le même rôle :)

Écrit par : Marc Bertholet | 20/12/2013

Je partage également complètement l'avis de Mme Amstein; j'ai personnellement eu l'occasion de m'impliquer dans le programme YES et j'ai eu la chance d'animer des ateliers sur le thème de "ma commune"; dans une approche très interactive, ludique, j'ai énormément apprécié ces échanges avec les élèves âgés d'une douzaine d'années et cela a été très apprécié tant par les élèves que leurs professeurs;

Écrit par : Gaemperle Philippe | 20/12/2013

@Marc Bertholet

Merci pour la remarque. La représentation de l'économie comprend bien entendu tous les acteurs, donc également les syndicats.

Claudine Amstein

Écrit par : Claudine Amstein | 23/12/2013

Les commentaires sont fermés.