08/01/2014

La libre circulation des personnes profite à l'AVS et aux finances publiques!

Il faut une solide mauvaise foi pour remettre en cause l'apport des travailleurs européens dans les assurances sociales, comme le font les partisans de l'initiative UDC "contre l'immigration massive" (sur laquelle nous votons le 9 février). La vérité, c'est qu'en 2012, les ressortissants de l'Union européenne contribuaient pour 22% à l'AVS alors qu’ils ne touchaient que 15,7%.

Les partisans du repli sur soi nous serinent quotidiennement que l'immigration attendue a été largement sous-estimée. C'est une réalité… mais le bilan est largement positif pour les assurances sociales. Preuve en est qu'il y a quelques années de cela, la Confédération s'attendait à ce que l'AVS soit dans les chiffres rouge dès 2015… Grâce à l'immigration, cette échéance est désormais repoussée au-delà de 2020.

Cela s'explique par le profil du personnel étranger recruté par les entreprises suisses: pour la grande majorité, il s'agit d'employés qualifiés, voire hautement qualifiés (on est bien loin des dealers de coke de la Riponne que les initiants agitent souvent comme épouvantails contre l'immigration). Ces travailleurs cotisent bien plus qu'ils ne percevront une fois la retraite venue, ce d'autant plus qu'il leur manquera généralement plusieurs années de cotisations pour avoir droit à une rente complète (il faut en effet pour cela commencer à cotiser à l'âge de 20 ans). Il est donc faux d'affirmer que ce sera la catastrophe le jour où il faudra leur verser leur dû!

Le vrai poison pour l'AVS n'est pas l'immigration. C'est tout le contraire qui est vrai: la fermeture des frontières la tuerait à petit feu. Le nombre d'enfants par ménage suisse n'est pas suffisant pour renouveler la population, tout le monde le sait. Dans un contexte de vieillissement de la population, maintenir la libre circulation des personnes relève donc du bon sens, car il faudra bien trouver du personnel pour prendre notre relève, pour travailler dans les hôpitaux et les EMS. Sans compter qu'il faudra maintenir notre prospérité (que feraient, aujourd'hui déjà, l'industrie horlogère ou l'industrie pharmaceutique sans l'apport des travailleurs européens?).

Cette initiative est complètement à côté de la plaque. Lorsque l'on observe l'évolution des finances publiques vaudoises, on se rend compte que le fort afflux de travailleurs étrangers coïncide avec une nette hausse des rentrées fiscales. C'est un fait, le développement démographique de notre canton a contribué – en partie - à effacer notre dette cantonale. Celle-ci culminait tout de même à 9 milliards de francs il y a moins d'une décennie!

Une acceptation de l'initiative reviendrait à briser la voie bilatérale, qui est un succès économique incontesté et envié par de nombreux pays. Il s'agit là d'un choix de société, d'une tentative de retour dans le passé, que chacun est bien sûr libre de faire. Mais les arguments mensongers ne sont pas acceptables. NON à cette initiative!

Commentaires

Bonjour la mauvaise foi:
"La vérité, c'est qu'en 2012, les ressortissants de l'Union européenne contribuaient pour 22% à l'AVS alors qu’ils ne touchaient que 15,7%."
Réponse:
23,3% d'étrangers en Suisse dont les proportions sont : 47% des chômeurs, 45,4% à l'aide sociale et 46,2% à l'AI. Bien...les cotisations à l'AVS à venir. Rien qu'avec ces 3 pourcent-là on va avoir de la peine à remplir les caisses AVS d'autant que l'AI se sert allègrement dans l'AVS! Et là on ne compte pas les nouveaux arrivants si bien qualifiés qui sont Bulgares ou Roumains!!!!!!

Il n'a jamais été question de dire que l'AVS était en péril avant 2020 c'est une vue de votre esprit mal intentionné!

"que feraient, aujourd'hui déjà, l'industrie horlogère ou l'industrie pharmaceutique sans l'apport des travailleurs européens".
Réponse:
Un peu moins de bénéfice car des salaires plus élevés diminuent à l'évidence le résultat positif du profit!

"le fort afflux de travailleurs étrangers coïncide avec une nette hausse des rentrées fiscales."
Réponse:
Dites-nous alors pourquoi en 2014 vous avez budgétisé 312 millions de plus pour les prestations sociales en terre vaudoise?

Voulez-vous encore nous étouffer un peu plus chaque jour par des constructions à tout va, en faisant fuir sur le chablais valaisan des gens qui ne peuvent plus vivre sur la riviera! Tout cela pour faire venir des français qui fuient leur pays pour cohabiter avec leurs capitaux ayant fui avant eux!

Qui dit des mensonges ?!?!?!

Écrit par : Corélande | 08/01/2014

Suisses ! Regardez bien les derniers mètres de pré qui restent ! Le programme du PLR va les faire disparaître pour construire partout des HLM en vue d'accueillir toute la misère du monde pour payer votre AVS...
Vous vous serez suicidé avant de la toucher ? Dommage! Les gens du PLR veulent s'enrichir en six mois et foutre le camp de ce pays maudit, vous auriez dû les suivre...

Écrit par : Géo | 08/01/2014

Madame, diriez-vous des mendiants roms qui mendient dans les rues qu'ils sont des "travailleurs européens qualifiès"? Qui remet en question la venue en Suisse de travailleurs européens (et non européens) qualifiés? S'agissant des personnes qui ne trouvent pas d'emploi, quid s'il en venait toujours, et toujours davantage? Dans une famille, peut-on se permettre d'avoir autant d'enfants que l'on peut, toujours plus, sans tenir compte des "moyens" d'une telle famille? Trouveriez-vous inqualifiable, devant le désordre, bordel ou chaos croissants, en l'occurrence, qu'un proche, ou travailleur social, dise à de tels (parents) responsables: maintenant "STOP"! non pas "contre" les requérants ressortissants de l'UE mais en de telles conditions de désordre et privation d'avenir concernant ceux qui ne trouvent pas où se "caser"...et, à redouter, au détriment des habitants, suisses ou non, du pays?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2014

«Il faut une solide mauvaise fois pour remettre en cause l'apport des travailleurs européens dans les assurances sociales»

Comment est-ce qu'on dit ? L'hôpital qui se f...

Exemple fictif simple:
un Portugais 40 ans, marié, 3 enfants en âge de scolarité, n'a plus de travail dans son pays.
Il vient en Suisse (d'abord seul), se débrouille bien, trouve rapidement un job moyennement rémunéré (4000 francs brut). Il obtient le permis B, trouve un appartement dans la perspective de faire venir sa famille.
La famille débarque et les enfants vont à l'école. Madame ne travaille pas. Heureux, le nouvel arrivant apprend qu'il va toucher environ 800 francs d'allocations familiales (le montant du dal de sa femme au Portugal). Résultat des courses: contribution AVS, pas grand-chose. Contribution fiscale, presque rien. À la charge des la société, les allocations familiales et les infrastructures scolaires, etc.

Vous multipliez cet exemple par plusieurs milliers et vous aurez le bonjour de la mauvaise foi des initiants.

«La vérité, c'est qu'en 2012, les ressortissants de l'Union européenne contribuaient pour 22% à l'AVS alors qu’ils ne touchaient que 15,7%.»

Cessez d'enfumer le monde avec des éléments statistiques - d'abord invérifiables -, que l'on peut interpréter et arranger n'importe comment. Vous citez 2012, quels pourcentage en 2013, 2014, etc.? Tout dépend du nombre de cotisants, de leur "qualité", des montants versés et des montants perçus. Si on se trouve devant un afflux de travailleurs faiblement rémunérés (peu de cotisations et beaucoup de rentes), ce n'est pas la même chose que: grandes cotisations et peu de rentes.

«Cela s'explique par le profil du personnel étranger recruté par les entreprises suisses: pour la grande majorité, il s'agit d'employés qualifiés, voire hautement qualifiés»

Il faudrait peut-être détailler ce que vous entendez par "qualifié", voire "hautement qualifié». Selon un documentaire d'Antenne 2 diffusé récemment, une des raisons de la prospérité de la Suisse est due au haut degré de formation dispensé dans les filières de l'apprentissage et dans les hautes écoles.

Selon ce documentaire, la Suisse occuperait les premières places mondiales dans la formation des élites. Et vous, vous prétendez que la Suisse a un cruel besoin de personnel hautement qualifié provenant de l'étranger… C'est hallucinant, lorsqu'on sait qu'un nombre conséquent de diplômés niveau master et doctorat doivent s'expatrier pour éventuellement trouver un job correspondant leurs compétences.

Ce qui est certain, c'est que le personnel "hautement qualifié" que vous souhaitez importer est assurément moins cher que le personnel indigène disponible. En cela, vous tirez les revenus, cotisations sociales et recettes fiscales vers le bas. Economiquement, votre raisonnement est une absurdité. La déflation n'est pas dans l'intérêt de la Suisse.

Écrit par : petard | 09/01/2014

@Pétard vous n'avez pas tout tort cependant en parlant des doctorats,masters qui doivent s'exiler quand on sait que pour vider un pot de chambre dans un hôpital il faudra si on continue ainsi à universaliser toutes les professions exiger une maitrise fédérale pour ce geste simple et si habituel depuis des lustres et connu chez tout un chacun.
C'est là que le bât blesse ce d'autant qu'on met à l'index des entreprises pharma qui elles emploient des universitaires ,faut aussi savoir ce qu'on
veut
Combien d'universitaires sont sortis de l'EPFL à une époque pas si lointaine avec projets mirobolants à l'étranger et une fois tous les papiers et vaccins en ordre ils ont appris que les dits projets avaient disparus on ne sait ou comme quoi avant de ruer dans les brancards en mettant des oppositions contre l'article du jour,faut tout analyser
On sait aussi que le Portugal,l'Espagne comptaient aussi sur les Universitaires pour travailler dans leur pays,on voit le résultat.Ils sont beaucoup trop et doivent aussi s'exiler

Écrit par : lovsmeralda | 09/01/2014

Bonjour,

@Corélande

Vous dites: il y a "23,3% d'étrangers en Suisse dont les proportions sont: 47% des chômeurs, 45,4% à l'aide sociale et 46,2% à l'AI".

C'est un exemple typique de désinformation:

S'il y a bien 23,3% d'étrangers en Suisse, il ne sont pas 47% à être au chômage. Ce 47% correspond à la proportion d'étrangers parmi les chômeurs (sur environ 140'000 chômeurs fin novembre, cela fait 65'313 étrangers - pour être précis – en novembre, source: http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00384/?lang=fr).

Idem pour les bénéficiaires de l'aide sociale (250'000 bénéficiaires en Suisse en tout en 2012, dont moins de 120'000 étrangers, source: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/13/03/03/key/02.html) et de l'AI (236'000 rentes versées en 2012, dont 113'000 à des étrangers, source: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.html?publicationID=5205).

Si l'on cumule tous ces chiffres, on arrive à 298'000 étrangers au bénéfice du chômage, du social ou de l'AI. Sachant qu'ils étaient 1,865 million en Suisse à la fin août dernier (source: https://www.bfm.admin.ch/content/dam/data/migration/statistik/auslaenderstatistik/2013/auslaenderstatistik-2013-08-f.pdf), on arrive à 15,6% pour la proportion globale de prestations. On est bien loin des données alarmistes brandies dans le matériel de propagande des initiants, truffé de contre-vérités.

Notons que la part élevée des chômeurs étrangers en Suisse (qui ont au passage droit à cette prestation parce qu'ils ont cotisé comme les autres à l'assurance-chômage) tend à montrer que les employeurs usent d'une préférence nationale à l'embauche.


@Mme Belakovsky

Les mendiants Roms ne relèvent pas de la libre circulation des travailleurs. Le principe de base de cette libre circulation est que les personnes qui ont un contrat de travail en Suisse ont le droit de venir s'établir en Suisse pour y travailler (et inversément). Ce n'est manifestement pas le cas des Roms qui mendient. La réintroduction de contingents de travailleurs (ce que propose l'initiative UDC) ne changerait rien à ce phénomène, qu'il convient donc de traiter avec d'autres mesures.

Écrit par : Claudine Amstein | 09/01/2014

Madame,
Vous savez pertinemment que cela dérape depuis 2-3 ans! Que les chiffres qu'on donne actuellement sont simplement le premier seuil. La tendance est
haussière au possible.
1 mois de travail, voire moins et puis v'lan plus de job; le qualifié ne donne pas satisfaction! Alors v'lan à l'aide sociale communale, car il ne veut pas rentrer au pays!
3 mois de travail puis v'lan au chômdû!
6 mois de travail puis v'lan malade....plusieurs mois. Top au bout de 6 mois l'AI vous demande déjà si vous voulez être sous sa coupe!

Alors ne vous moquez pas de nous, nous avons tous des exemples précis à vous fournir. C'est vrai que c'est peut-être peu encore (oups!) mais c'est clair comme de l'eau de roche....c'est le début de l'abus et l'enfer pour Nous qui allons payer sur tous les tableaux!

Je vois que vous vous êtes abstenue de me répondre sur les 312millions VD!!!
C'est parlant pour le dérape du futur tout proche que vous avez planifié.

Vous vous en foutez que les contribuables paient la casse, pourvu que les entreprises s'en mettent plein les poches avant!

Sachez Madame que l'on est débordé, tout le monde se sent concerné. Je rêve même d'une participation de 78,74 % idem à la votation N° 388, mais le résultat ne sera pas aussi serré, croyez-moi!
Même les Européens nous supplient de faire blocage à cette immigration massive couplée à la libre circulation qui les effraient au plus au point.....vu leurs situations, bien moins bonne que la nôtre!

Nous sommes Souverains, eux ne le sont plus depuis longtemps et ils comprennent que le piège s'est refermé sur eux!

Écrit par : Corélande | 09/01/2014

@Géo, dans le débordement, je me suis trompée!
M. Christoph Blocher sera à Conthey/VS le 21 janvier bien sûr et pas février.
Le coup de froid c'est pour les amerloques et les profiteurs de haut vol.
Les clins d'œil du soleil de ces jours sont de bons prémices pour de belles cultures et des champs préservés à l'avenir!

Écrit par : Corélande | 09/01/2014

Corélande@ Les assemblées de convaincus ne m'intéressent pas trop. Je m'étais décidé à sortir de mon trou et d'aller dans une assemblée à majorité pro-PLRS (=UMPS) pour voir si j'avais le courage de faire une grosse gueulée en public. Pas du tout sûr que je l'aie, loin de là. Au cas où, j'aurais repris l'analogie avec la diligence (la Suisse) et ses chevaux emballés (l'économie) avec un cocher impuissant (le conseil fédéral)...
A ceux qui critiquent l'initiative UDC, je dis que quand on voit une diligence avec six chevaux fous se diriger vers la falaise, on ne choisit pas le bâton à lancer dans les roues. Il n'y en a que deux : l'initiative UDC et Ecopop. Ils feront des dégâts, la diligence va se coucher sur le flanc mais elle ne passera pas dans la falaise...
La falaise, c'est le système de Ponzi, la cavalerie, le jeu de l'avion que nous impose le PLRS. Qui fait que si le CF arrive à gagner par la peur, la Suisse ne s'en remettra jamais. Les Français y seront chez eux et les singes suisses dans des zoos. Ils viendront peut-être nous jeter des bananes le dimanche, comme le fait la suisse romande avec les Valaisans ?

Écrit par : Géo | 09/01/2014

Géo! Pour moi c'était un plaisir de faire cette correction ici sur ce blog!
Car c'est l'occasion de démontrer qu'un homme comme lui, qui est du sérail des entrepreneurs s'est tellement investi pour guider la Suisse sur les bons rails.

Revoyez les résultats du 6.12.1992 - 50,3% de non!

Les 2 Bâle(s) et la Suisse romande massivement oui!

Mais où serions-nous, en Suisse Romande, sans lui????

Demandez aux Tessinois ce qu'ils vivent depuis une décennie? Exactement ce qui nous attend si nous sortons du rail?
Même ce matin on entend les Socialistes tessinois recommander le OUI...Enfin!
Nous avons déjà gagné 20 ans contre la descente aux enfers que les Européens connaissent! Je suis plus optimiste que vous, je pense que l'on a fait un bout du chemin de l'exemple et que nous allons cette année avec nos votations, montrer que le chemin n'est pas celui de l'union-cerclée des peuples, mais l'union du commerce et de la défense des Nations Européennes.

Le système Ponzi a été élaboré par les bilderberger des amériques et voulu et imposé aux européens par l'instauration de l'UE!

Le seul peuple qui gouverne peut faire tout capoter! Tant pis pour les vagues, on surmontera, mais nos libertés, notre indépendance, nos souverainetés en Europe sont au bout!

Écrit par : Corélande | 09/01/2014

Il y a quand-même quelque chose qu'il faut dire ici en relation avec cette politique de croissance à la Ponzi. Il y a une "niche dorée" dans le secteur de la construction qui depuis pas mal de temps engrange un maximum de profits rapidement, au détriment de l'économie réelle: je veux dire la promotion.

Ce ne sont évidemment pas les entreprises qui font le boulot réel (PME, artisans, etc.) qui sont montrées du doigt. Ces dernières doivent limer sur les prix et parfois même se retrouvent en faillite (il y a eu un exemple éloquent avec Géopolis sur le campus de l'UNIL).

Il n'est pas rare que les magiciens de la promotion - en raison de la rareté et de la demande -, multiplient par deux, voire par trois les prix de revient du bâtiment. En finalité, les clients, les investisseurs institutionnels (caisses de pension), qui acquièrent ces biens ne s'y retrouvent plus en matière de rendement. Mais c'est pas grave puisque c'est l'argent de la LPP.

D'ailleurs, les grandes entreprises que l'on dit "totales" ou "générales" ont bien compris qu'il valait mieux faire de la promotion que de se salir les mains avec la soupe à béton. Elles laissent ça précisément à celles qui font du dumping salarial ou qui violent les réglementations sur le travail pour s'en sortir.

Ce système finira comme aux USA avec les supprimes, lorsque plus personne ne sera en mesure de payer. Merci centre patronal et economiesuisse !

Écrit par : petard | 09/01/2014

Le retour des contingents... et ses conséquences.

Chers tous, cette initiative est tout simplement inutile car l'introduction de contingents pour la main-d'oeuvre étrangère en Suisse n'a jamais freiné l'immigration. Lorsque l'économie a besoin de bras elle se débrouille toujours pour les faire venir, quitte à ce que ce soit illégalement. Ce qui est vrai c'est que la gestion d'un système de contingent par l'administration implique du travail supplémentaire puisqu'il faut analyser chaque dossier soumis (priorité de la main-d'oeuvre indigène, niveau de salaire, disponibilité des contingents, etc.). Il faudra dès lors engager plus de fonctionnaires pour traiter ces dossiers. Résultat des courses : les employeurs seront mécontants car les procédures seront rallongées, les finances publiques en souffriront car il faudra engager des fonctionnaires. Une initiative de l'UDC qui va faire augmenter les tracasseries administratives et le nombre de fonctionnaire, voilà un autre paradoxe!

Écrit par : Rémi | 09/01/2014

Bien vu, petard. A cela s'ajoute la destruction du droit et de sa sûreté après l'acceptation de lois telles que la lex Weber et la LAT. On peut donc maintenant exproprier des gens qui n'ont pas construit sur leurs parcelles, comme au Mozambique, pays socialiste aux mains d'une petite nomenclatura de profiteurs. Pour loger les millions d'Européens prêts à nous envahir, il ne sera plus question de zones agricoles, de respect de simples normes de bon sens comme de savoir s'il y aura assez d'eau pour tout le monde, s'il est vraiment normal de laisser les gens construire en-dessous de falaises prêtes à s'effondrer ou sur des dolines. Je vous envoie les photos quand vous voulez...

Écrit par : Géo | 09/01/2014

"Une initiative de l'UDC qui va faire augmenter les tracasseries administratives et le nombre de fonctionnaire, voilà un autre paradoxe!"

Vous me faites marrer, Rémi. Est-ce que l'initiative en question sera appliquée ? Bien sûr que non, comme toutes les autres initiatives UDC. Mais le signal sera donné, et c'est cela qui compte...

Écrit par : Géo | 09/01/2014

Madame, vous ne devez pas souvent descendre sur le terrain pour y voir la réalité ;) Pour être pragmatique en politique, il faut avoir de l'expérience et non des concepts.

Ceux que nous devons protéger, ce sont les suisses et les étrangers qui travaillent sur notre sol depuis des décennies. Hors, ceux-ci n'ont aucune protection.

Pour citer quelques exemples :

Un délinquant étranger ou un immigré a droit à :

Un avocat et l'AJ dans l'heure qui suit gratuitement !
Etre nourri, logé aux frais de la princesse
Des quantités d'aides sociales + associations + fondations diverses qui vont gérer pour eux toutes les démarches administratives
Aux soins adaptés à leurs pathologies
Au logement

Un handicapé suisse a droit :

Au refus de l'assistance judiciaire gratuite
Au refus, malgré la nouvelle loi plus souple, d'une simple curatelle administrative parce que nos magistrats n'ont pas appris à lire
Au refus d'intervenir du CASS même sur le plan administratif
Au refus de l'aide à domicile nécessaire à sa survie
Au refus des médicaments dont sa pathologie dépend
A des harcèlements constants de l'AI et du SPC dont les erreurs motivent d'incessantes oppositions, voire recours avec un avocat à min 400.00 de l'heure
A l'absence de logements avec simple accès leur permettant de sortir ! Et ce malgré des années de cotisation
Des décisions de l'OFAS et de Swissmedic liées aux décisions de l'UE dont ne nous ne faisons pas partie qui mettent en danger la vie de milliers de personnes en péjorant leur santé et par conséquent leurs coûts !

Nos étrangers, ceux qui ont participé à la prospérité de la Suisse pendant des années sans pourtant avoir aucun droit de vote, ont droit après 40 de travail sur le sol et avoir commencé à travailler en suisse à l'âge de 15 ans ont droit à :

A un licenciement avant la retraite à partir de 50 ans
Au chômage jusqu'à fin de droit les obligeant à retourner dans leur pays avec une retraite partielle qui ne leur permettraient pas de vivre en Suisse sans faire appel aux services sociaux avec leur famille pourtant totalement intégrée dans ce pays et ayant fait leurs études ici, les obligeant à quitter un pays dans lequel ils ont quasiment toujours vécu.

Cette liste est loin d'être exhaustive. Je pourrais citer bien d'autres cas, dramatiques, qui ont fait de ce pays ce qu'il est et qui n'en ont strictement aucune reconnaissance, ni respect.

Alors après avoir payé de nos deniers des banques par milliards pour les exonérer de leurs exactions, des services sociaux pour leur incompétence notoire, d'autres milliards d'AVS partis dans les limbes on ne sait où par manque de transparence, d'autres encore partis dans des assurances dont les édifices sont en marbre de carrare, lorsque ce n'est pas dans la poche de dirigeants pharmaceutiques en pré-retraite, d'autres milliards encore dans une formation totalement inadéquate de nos médecins qui ne savent plus ouvrir que leur manuel de pharmacopée à la deuxième page, il est grand temps que le citoyen se réveille.

Si vous voulez vraiment subvenir aux besoins de délinquants passant notre frontière dans tous les sens sans sourciller, faites-le de votre poche !

Mais tant, que le simple respect des droits humains les plus élémentaires ne seront pas accordés aux suisses ou aux étrangers qui auront contribué à notre pays, je voterai oui à ce genre d'initiative, qu'elle vienne de gauche, de droite, du centre.

La raison économique intelligente internationale de laquelle nous dépendons aussi, voudrait que l'on aide ces pays à refonder leur propre économie, avec un droit de regard et d'intervention sur ce qu'ils en font et non dilapider des sommes chaque année sans savoir où elles vont, plutôt que dans les poches d'une mafia et d'aider ces peuples à se reconstruire dans leur pays, même si cela implique d'organiser cette reconstruction.

Cela reviendrait certainement beaucoup moins cher que des prisons sur-occupées, des services sociaux qui oublient nos citoyens, des magistrats payés pour libérer des criminels qui reviendront deux jours après, pendant que nos petits vieux crèvent chez eux, sans aucun soutien, de suisses qui sont obligés d'aller vivre à l'étranger, d'étrangers compétents dans leur domaine et là depuis longtemps privés de leurs droits.

Ceci, Madame, est un manque de vision à long terme, dont nous avons été habitués depuis trop longtemps de la part de technocrates intellectuels qui ne voient même pas ce qui se passe au coin de leur rue.

Écrit par : Jmemêledetout | 09/01/2014

"La vérité, c'est qu'en 2012, les ressortissants de l'Union européenne contribuaient pour 22% à l'AVS alors qu’ils ne touchaient que 15,7%."

Cet argument n'a aucune validité en lui-même.

Les cotisations que paient aujourd'hui les immigrés devront leur être reversées demain.

Et la question est alors mme amstein, qui les paiera ?

Le système que vous montrez là est juste un système de fuite en avant et de sauve qui peut, qui consiste juste à repousser sur d'autres, demain, la facture.

je ne suis pas sûr qu'à long terme ce soit responsable

pour un avis différent

http://adimante.blogspot.ch/

http://www.youtube.com/channel/UChxTE4-dI7enZRLtf-SE3FA


la démocratie vous protège aussi mme amstein, prenez soin d'elle.

Écrit par : Rapport adimante | 11/01/2014

Serait-il envisageable que la CVCI mette sur pied, puis dispense des cours de syntaxe - voire d'orthographe - aux intervenants du blog de Claudine Amstein?

Écrit par : Jean-Pierre Jenni | 12/01/2014

En voilà une proposition qu'elle est intelligente ! .

Écrit par : Géo | 12/01/2014

Mme Amstein, cette arrivée massive d'immigrés contribuent actuellement au financement de l'AVS, c'est logique. Mais quand ils pourront à leur tour bénéficier de leur retraite, qui cotisera ? Cela ne fait qu'aggraver le déséquilibre, cela s'appelle le système de Ponzi. Même l'OFAS l'a reconnut (à un horizon de 20-30 ans, je peux vous retrouver le communiqué). Ma question est : Pourquoi propager vous ce mensonge ? A. Par égoïsme (votre retraite sera effectivement financée), quand aux générations futures, on s'en fiche. B. ?

Écrit par : César Martoud | 23/01/2014

Les commentaires sont fermés.