19/03/2014

Soins dentaires gratuits dans le canton de Vaud? Le principe de l'arrosoir, par l'absurde

Dentiste gratuit dans le canton de Vaud pour tous les retraités, toutes les personnes sans activité lucrative, tous les étudiants. La facture? A adresser aux employés et aux employeurs qui pourraient se voir prélever une nouvelle ponction de 1% sur les salaires (0,5% pour les entreprises et 0,5% pour les employés). Non, ce n'est pas un mauvais gag, cette idée a été formalisée dans une initiative populaire lancée le 4 mars par la gauche.

Les initiants vont du POP aux socialistes en passant par les syndicats et les Verts. Ils évaluent l'ardoise totale entre 254 et 355 millions, excusez du peu. Leur texte ne mentionne pas un taux précis de cotisation, mais celui-ci pourrait grimper osciller entre 0,47 et 0,65%, selon leurs estimations. Vous noterez que pour un salarié qui gagne 6000 francs par mois, il lui en coûtera 522,60 par an si le taux appliqué est de 0,65% et sur la base de treize salaires (somme à laquelle il faut ajouter les 522,60 francs de son patron, soit un total 1045,20 francs).

N'est-ce pas un peu cher? Selon les initiants, chaque personne dépense en moyenne 450 francs par an pour ses soins dentaires. Le système proposé obligera donc le salarié vaudois ordinaire (celui qui touche le salaire médian et tous ceux qui sont au-dessus, soit 50% des actifs) à payer deux fois plus (2,3 fois pour être précis) que ce qu'il consomme chez le dentiste. Est-ce correct?

Si l'initiative proposait une assurance dentaire obligatoire pour tous, nous pourrions encore entrer en débat sur le fait d'une nécessaire solidarité entre assurés, car c'est ainsi que marchent les assurances (mais je suis d'avis que l'assurance dentaire doit rester facultative). Ce n'est pas du tout la question ici. La gauche nous propose d'offrir le dentiste aux 743'000 habitants du canton et de faire payer la note par les 350'000 emplois recensés dans le canton. Point barre.

Les initiants parlent d'équité. Mais où est-elle? Pourquoi les retraités et les étudiants ne devraient-ils pas payer eux-mêmes leurs soins dentaires? Quelle est la justification? Ils doivent bien payer leur assurance-maladie, non? Sur leur site, les promoteurs de l'initiative expliquent que "dans la région lémanique, 5% des personnes renoncent à des soins dentaires pour des raisons financières". Plutôt que de réfléchir à des moyens ciblés destinés à ces 5%, la gauche nous propose donc de dépenser entre 250 et 350 millions de francs par an. Facile, comme cela on ne ratera personne.

La logique est bien évidemment plus fumeuse, elle vise à étatiser le système des soins dentaires. L'initiative prévoit d'ailleurs de créer des polycliniques dentaires dans chaque région. On imagine sans problème que si un tel texte devait passer, les dentistes devront par ailleurs être agréés par le canton pour que les frais de leurs patients soient remboursés. Le vôtre le sera-t-il? Si ce n'est pas le cas, vous pourrez toujours aller à la polyclinique…

Commentaires

Super idée ! Ainsi tous les vieux et les personnes sans activité auront de belles dents et les bosseurs des dents pourries.

C'est n'importe quoi !

On continue de vouloir distribuer de l'argent gratuit et ainsi faire du clientélisme et acheter des voix ! Sur le dos de la partie active de la population.

Quelle belle gestion !

Écrit par : Olivier | 20/03/2014

Et bientôt les cures thermales et les séjours exotiques aux frais des entreprises d'abord et puis avec un petit coup de pouce par ceux qui travaillent au quotidien, et tout ça pour les RETRAITéS.
Le puits sans fond se trouverait-il tout d'un coup en Pays de Vaud?

Écrit par : zarb | 20/03/2014

Les dents font partie de la bouche, donc du corps humain et leur insalubrité génère des quantités de coûts de santé annexes sur d'autres organes et métabolismes qui en dépendent et de nombreuses maladies.

Leur traitement devrait donc être remboursé pour TOUS par l'assurance maladie de base.

Écrit par : Jmemêledetout | 20/03/2014

Une façon d'être équitable pour tous les habitants Suisses, sachant que les requérants d'asile et autres clandestins en terre vaudoise, sont aux bénéfices de bons pour se faire soigner les dents gratuitement!

Écrit par : Corélande | 21/03/2014

A Zarb et à Olivier : rassurez-vous un jour vous serez aussi des "retraités" !

Écrit par : Marie | 21/03/2014

Je ne viens pas masqué: je suis médecin-dentiste, responsable de l'information pour la SSO (société suisse des médecins-dentoste).
On peut discourir longuement sur ce thème, et nul doute qu'on aura l'occasion de le faire ces prochains temps, mais pour l'heure je ne veux relever qu'un seul point: notre association professionnelle est fondamentalement opposée à cette initiative, demandez-vous pourquoi?!
En apparence nous devrions l'applaudir des deux mains, nous avons en effet estimé que en cas d'acceptation notre volume de travail devrait augmenter de un tiers! Génial!
Mais non, l'examen attentif et non idéologique (la SSO n'est pas un part politique) des modèles environnants (France, Allemagne, Angleterre), nous montre sans équivoque que ce genre de système ne fonctionne pas, ou mal. La santé bucco-dentaire est moyenne à mauvaise (en comparaison internationale celle de Suisse est très bonne) et les coûts à charge de la collectivité sont élevés.
Certains groupes défavorisés, au plan socio-économique et sanitaire car cela est lié, doivent être aidés, cela est incontestable pour nous. Cela se fait déjà très bien dans le canton de Vaud et se fera encore d'avantage. Mais une action universelle telle que proposée est très coûteuse pour les salariés, et peu efficace.
Pour citer une journaliste de la RTS, "un idée bonne de loin, loin d'être bonne".

Écrit par : olivier marmy | 21/03/2014

Une citation d'un journaliste de la RTS c'est loin d'être une bonne référence ou un argument crédible pour orienter une votation M. Marmy!
Pour le reste à l'évidence cela ferait baisser les prix de vos honoraires et de fait plus de boulot pour moins de rémunérations.
Dans l'intervalle cela vous rapporte plus de soigner des gens; détenteurs de bons pris en charge par la communauté!

Écrit par : Corélande | 22/03/2014

A Corélande,
rassurez-vous, je suis un retraité, depuis !
Mais j'ai aussi été entrepreneur pendant plus de 30 ans et considère que c'est à chacun de préparer son futur. L'on ne peut indéfiniment soutirer des impôts, taxes, etc. sans que des conséquences néfastes voient le jour.
A chacun de se prendre en charge d'abord, et ensuite d'assurer que le 1.5% de "laissés pour compte" soient eux pris sous l'oeil attentif de nos autorités. Le solde des "sans travail" reste malgré tout préoccupant surtout s'il augmente.

Écrit par : zarb | 22/03/2014

@ Corélande.
Vous pouvez sans autre effacer la citation de la RTS, c'était pour égayer le propos, l'argument est en dessus.
Vous semblez fascinée par cette histoire de bons pour requérants: je peux vous dire que cela représente une portion absolument marginale de notre activité, que cela concerne essentiellement des soins d'urgence, strictement plafonnées, et qui plus est rémunérés à un tarif dit social arrêté il y a plus de 20 ans! Autant dire qu'économiquement cela n'a aucun intérêt pour nous. C'est une prestation sociale de notre part, aussi bien en tant que praticien qu'en tant que contribuable.
Fondamentalement ce qui m'interpelle est la complexité du système appelé par les initiants, l'immense et coûteux appareil de pilotage à mettre en oeuvre, la prévention d'abus, les risques de surtraitements inutiles sollicités par les "ayant droits", etc.
Et surtout, et là ce n'est pas le médecin dentiste qui parle mais le citoyen, la ponction de 1% voire plus sur la masse salariale, sans compter la charge fiscale pour assurer les non salariés, est inacceptable. Pour les très riches ça ne changera pas grand chose à leur train de vie et les très pauvres ne paieront rien, ce qui est normal. Alors qui au tourniquet? la classe moyenne et moyenne sup. A mon avis c'est injuste.

Écrit par : olivier marmy | 22/03/2014

Ce qui m'énerve c'est de savoir que des personnes, souvent âgées, aux revenus très moyens ne peuvent pas se faire soigner, alors que des requérants le sont et à nos frais! C'est totalement injuste et inacceptable.

Je vous propose alors, de faire une journée mensuelle de soins, ouverte à tous, et à des -prix sociaux-! Ainsi vous ferez un acte citoyen dans la pratique de votre activité relevant d'une vraie équité sociale.

Sachez qu'actuellement je suis affairée avec les déclarations d'impôts, et pour tous ceux qui n'ont que l'AVS je ne fais rien payer, alors que les communes ont le culot de demander 30.-- minimum, tout comme l'Avivo et consorts!

Écrit par : Corélande | 22/03/2014

Cet échange est très intéressant.
Puisque vous êtes en contact bénévolement avec des rentiers AVS -et soyez en remerciée- profitez de leur dire de bien vérifier s'ils sont ou non bénéficiaires des prestations complémentaires PC. Beaucoup ne font pas la démarche, alors que c'est un droit inscrit dans la loi, qui n'a rien à voir avec la charité. Les PC prennent en charge les frais dentaires, et bien d'autres choses (frais médicaux, lunettes, prime LAmal, orthèses, prothèses auditives etc...).
je signale au passage que dans le régime PC nous exerçons à un tarif "social" (voir mon précédant commentaire), et pas seulement un jour par mois.
L'initiative ne tient pas compte du fait que dans notre canton les structures d'aide sont efficaces et plutôt généreuses en comparaison intercantonale. Il y a aussi les nouvelles prestations complémentaires familles qui peuvent entrer en compte. Bref, le dispositif existant peut être renforcé de façon ciblée, et non détruit comme prévu par les initiants.

Écrit par : olivier marmy | 22/03/2014

"Sachez qu'actuellement je suis affairée avec les déclarations d'impôts, et pour tous ceux qui n'ont que l'AVS je ne fais rien payer, alors que les communes ont le culot de demander 30.-- minimum, tout comme l'Avivo et consorts!"

A Lausanne, la commune offre chaque année ce service gratuitement aux contribuables modestes.

Pour ce qui est de l'AVIVO, une modeste participation financière est demandée en fonction du revenu.

Écrit par : Matts | 23/03/2014

Je le sais parfaitement que les PC donnent droit au paiement des frais de dentiste. Il se trouve très malheureusement que des Rentiers AVS (vous savez la "vieille école") avec une petite maison qu'ils ont laborieusement payée une vie durant rentre dans un pourcentage de fortune (5%) et que cela les met hors de portée des dites-PC qui servent outrageusement à des gens à l'AI et qui en plus bossent au noir!

Je ne suis pas révoltée pour rien savez vous! Et cette année c'est pire que les autres; entre les galères des "vieux" maltraités dans les immeubles surabondés d'étrangers qui se permettent tout; jusqu'à mettre des vélos devant les portes d'entrée personnelles! Les insultes et autres menaces histoire de régner par la peur!

Dans les grandes surfaces, les pressions pour faire éjecter des employés qui sont là de longues dates, des climats invraisemblables; jusqu'à dire aux employées suisses qu'elles allaient payer pour leur vote du 9 février.

Des femmes seules avec enfants, se retrouvent en Valais avec des augmentations de + 400.-- sur leur budget mensuel pour compenser la baisse des subventions de primes d'assurance maladie. Par contre les 1897 requérants d'asile en Valais sont couverts par la communauté pour leur prise en charge de soins médicaux!

Un pays qui s'occupe de prendre soin des étrangers avant des Siens m'est insupportable et je n'ai aucun scrupule à le dire haut et clair en m'engageant avec l'UDC pour retrouver un jour, une équité juste et de droit primordial aux nationaux! (y.c. les permis C et autres totalement intégrés; mais là on pourrait aussi allez plus loin, car souvent ces derniers ont des biens immobiliers dans leurs pays qui ne sont pas pris en compte dans leur fortune -ils ne les déclarent pas-....comme les Suisses).

Écrit par : Corélande | 23/03/2014

mes compliments pour ce blog, c'est un plaisir de lire vos articles

Écrit par : Assurance | 31/03/2014

Les commentaires sont fermés.