UA-64206590-2 UA-101278801-1

07/05/2014

La promotion économique vaudoise s'essouffle? Il faut l'intensifier

L'attrait de la place économique vaudoise tend à s'essouffler depuis plusieurs années. Les dernières statistiques du Développement économique du canton de Vaud (DEV) le montrent: 36 entreprises installées ont bénéficié de son appui l'an dernier, contre 39 en 2012, 40 en 2011, 42 en 2010… Un encéphalogramme plat. Avant 2008, le DEV accueillait presque le double d’entreprises chaque année!

Les raisons de cet essoufflement trouvent des explications assez logiques: fin de l'arrêté Bonny, puis crise économique en 2009 et 2010. Mais la reprise de la conjoncture ici et là depuis deux ou trois ans ne s'est concrétisée par aucun soubresaut dans les chiffres du DEV. Les incertitudes liées à une rafale d'initiatives populaires ont sans doute fait hésiter plus d'une société à choisir la Suisse – et plus spécifiquement Vaud – comme site d'implantation. Dans cette rafale: l'initiative demandant six semaines de vacances pour tous, l'initiative Minder, l'initiative 1:12, l'initiative pour des salaires minimums à 4000 francs, l’initiative Ecopop (qui veut pratiquement geler l’immigration).  Les inconnues en matière de fiscalité se sont greffées là-dessus.

N'oublions pas que le canton a en plus décidé lui-même, délibérément, de renoncer à démarcher des sièges de multinationales. Dans un contexte cantonal où certains milieux remettaient ouvertement en cause la croissance. Bref, l'investisseur qui voulait venir en Suisse se rendait vite compte que:

  • le pays était en chantier réglementaire potentiel
  • son arrivée n'était pas forcément aussi bienvenue qu'elle pourrait l'être partout ailleurs dans le monde.

Dans ces cas-là, la prudence l'emporte souvent… Au niveau suisse les statistiques montrent d’ailleurs une perte d'attractivité de notre pays depuis plusieurs années également. 379 sociétés s'étaient implantées dans le pays en 2010, contre 298 seulement l'an dernier.

Voilà pour le passé et les explications. Mais que faire pour demain? Tout d'abord un constat: les incertitudes sont encore plus grandes aujourd'hui que ces dernières années. L'acceptation de l'initiative anti-immigration de l'UDC le 9 février oblige notre pays à renégocier avec Bruxelles ce qui était acquis depuis plus d'une décennie. A l'heure actuelle, personne n'est en mesure de promettre que nous parviendrons à sauvegarder l'essentiel des Bilatérales 1. Des Bilatérales qui ont tout de même assuré une santé conjoncturelle presque sans faille depuis l'éclatement de la bulle Internet en 2001.

La Suisse s'est engagée dans des mois, voire des années de négociations (l'initiative nous donne trois ans… mais trois mois ont déjà passé, le temps file…). Avec les moments d'espoir et de découragement, donc d'incertitude, qu'elles supposent. Qu'on ait soutenu ou non l'initiative UDC le 9 février ne change rien à la nouvelle réalité: la Suisse est dans une situation internationale plus fragile aujourd'hui qu'elle ne l'était avant cette votation. Elle est moins attractive. 

Dans un tel contexte, la promotion économique vaudoise garde tout son sens. Elle doit même être renforcée! En matière fiscale, le canton de Vaud a récemment annoncé envisager un taux unique d'imposition des entreprises à 13,8% (contre 23% actuellement). Une incertitude a été levée, mais ce taux est plus élevé que ce que paient actuellement les entreprises à vocation internationale. Il est également plus élevé que ce que prévoit Genève (13%) ou que ce qui pratique en Irlande (12,5%). Le DEV devra redoubler d'effort et d'entregent pour attirer des investisseurs internationaux. Ou, à tout le moins, pour rester dans leur radar.

Commentaires

Madame,

Le Canton de Vaud se présente mal aux sociétés étrangères voulant s'implanter en Suisse et pourtant nous avons tant d'avantages à offrir. Le récif principal est la fiscalité cantonale qui traîne loin derrière celles de nos canton voisins, d'où la tendance à chercher meilleur ailleurs. Je ne pense pas que la votation contre l'immigration "en masse" soit une raison du désistement, car il est évident que toute société cherchant de la main d'oeuvre, la trouvera soit sur le marché local ou, à défaut, à "l'importation".

Vous avez raison lorsque vous dîtes que d'autres pays européens attirent les investisseurs en offrant des conditions fiscales imbattables, profitant du fait que le Conseil Fédéral cherche à être plus catholique que les Papes. La Suisse se trouve ligotée par des règlements qui nous handicappent par rapport à d'autres pays de l'U.E., lesquels ne sont pas constamment visés ni par Bruxelles ni par Washington. Le Canton de Vaud a aussi quelques longueurs de retard par rapport aux cantons voisins, donc nous sommes doublement pénalisés.

Personne ne viendra plus s'installer dans le canton de Vaud en raison de nos merveilleux filets de perches, ni pour la beauté du paysage. Nous vivons dans un monde où le comptable est roi. A nous de créer des avantages fiscales qui pourront embellir nos avantages naturelles tels que l'espace vital, la disponibilité de logements, la qualité de vie, notre situation géographique,etc. Il est grand temps que nos élus fassent leur travail!

Écrit par : Colin MIESCH | 13/05/2014

Les commentaires sont fermés.