UA-64206590-2 UA-101278801-1

15/10/2014

Le regard des Suisses sur eux-mêmes est trop sombre

La Suisse n’est pas inégalitaire. La classe moyenne y est largement représentée et la distribution des richesses y est semblable à celle que l’on observe en Allemagne. Et pourtant, la radio romande RTS relevait la semaine dernière, en se basant sur une étude scientifique, que les citoyens  et les citoyennes la perçoivent bizarrement comme moins équitable qu’elle ne l’est en réalité.

Les Suisses surestiment le nombre de pauvres comme le nombre de très riches, montre cette comparaison internationale publiée tout récemment en Allemagne. Il est vrai que les erreurs de perception sont fréquentes: les Américains surestiment totalement la classe moyenne alors que les Français semblent persuadés que la majorité d’entre eux flirte avec le seuil de pauvreté. Les différences culturelles expliquent évidemment largement ces biais.

La vision faussée des Suisses est plus difficile à cerner, du moins si l’on s’en tient aux chiffres. En comparaison avec d’autres pays, notre pays ne compte que peu de chômeurs (3% en septembre, contre 11,5% dans la zone euro), en particulier chez les jeunes. Il est assez facile de s’insérer dans le marché du travail et de changer d’orientation professionnelle. Les revenus sont largement supérieurs à ceux que l’on observe chez nos voisins. Le tissu économique est largement constitué de PME, proches des employés. Nos conseillers fédéraux pendulent en train, sans gardes du corps. Les limousines avec chauffeurs sont loin d’avoir envahi nos rues…

A force de voter sur des initiatives demandant une fois un salaire minimal, une autre le plafonnement des revenus des chefs d’entreprises, une autre encore une imposition des successions, puis l’abandon des forfaits fiscaux (qui ne concernent que 5600 ménages!), et j’en passe, on en perd nos repères. Et puis non! La Suisse n’est pas un paradis fiscal pour ceux qui y vivent. Qu’ils soient fortunés ou membres de la classe moyenne. Les chiffres le prouvent. 

Commentaires

@Madame Amstein cet article reflète le ras le bol général infligé par les médias qui ne cesseront jamais d'en rajouter tandis que nombre d'élus se complaisent dans la catastrophite aigüe
Ce qui a fait dire à un médecin Français en parlant de la France ou sinistrose et psychose collectives règnent en maitres :le citoyen doit avoir peur,mange de la peur et se fait peur grâce aux rumeurs qui sitôt lues seront avalées et transformées en certitudes
Pour notre pays c'est la même chose et avoir le moral ou se sentir dynamisé en voyant tout ce qui est proposé par les médias,chaines tv compris, être optimiste demande un réel effort et pour autant que vous ayez malgré toute envie de rire pour conserver une jeunesse d'esprit d'autres esprits très chagrins vous le reprocheront
C'est à croire qu'être optimiste pour remonter le moral à d'autre est considéré comme péché mortel
La catastrophite aigüe est un poison très lent qui après avoir intoxiqué votre cerveau détruira même l^envie de voir les bons côtés de la vie et pourtant il y en a ,il suffit juste de savoir choisir des amis qui ont l'esprit ouvert et ne parlent pas que bobos ou actualités
On a connu des hommes qui au plus fort des tempêtes savaient remonter le moral des troupe,hélas trois fois hélas ils sont en voie de disparition
Et celle-ci est une véritable perte pour la gente féminine plus de première fraicheur mais qui malgré tout aura su enregistrer leurs paroles pour en aider d'autres
très belle soirée pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 15/10/2014

souverainete-alimentaire.ch et voilà la troisième. Oui Madame, nos dirigeants sont tellement nuls qu'il faut par trois fois que les Citoyens lancent un initiative pour protéger leur "bifteck", leur environnement!

"A force de voter sur des initiatives...."

Parce que nos représentants sont défaillants, nous devons allez à la rencontre des uns et des autres pour nous mobiliser, pour nous préserver de nos propres dirigeants. Si nous avions des élus qui représentaient vraiment et correctement leurs Electeurs, nous n'aurions pas besoin de faire par-dessus-le-marché-leur-boulot, en lançant des initiatives....et notamment celles pour des besoins VITAUX!

Écrit par : Corélande | 16/10/2014

@Corélande Nos anciens ont su cultiver le don du travail avec son seul subconscient
C'est normal le gens ne se parlant pas,des articles propagandistes ^pour mieux faire croire à n'importe quoi ce moyen qu'ils nous ont légué aura été salvateur pour les citoyens et les entreprises
Ils nous ont appris très vite à ne faire confiance qu'à soi en premier et l'exercice acquis très jeune aura porté ses fruits pour les viennent ensuite
Sans liens extérieurs autre que la famille et encore quand ils ne se jouaient pas des coups tordus et les dimanches de cultes c'était chacun pour soi et l'enfant automatiquement développait cet art qui permettait d'agir en réfléchissant et qui a perduré très longtemps
Vous imaginez peut-être qu'ils écoutaient les politiciens ,s'abreuvaient de leurs discours ? mais non seul le bruit du dernier franc dans le porte monnaie avait droit à leur écoute personnelle
Ce fut et c'est encore et heureusement,le peuple reste souverain dans sa manière d'être et d'agir quand aux discours politiques on écoute d'une oreille et on laisse braire
Grâce au Net ils peuvent s'en donner à cœur joie pour ce que de nombreux citoyens nomment et avec raison , lavage de cerveau
D'où l'adage causes toujours tu m'intéresse!

Écrit par : lovsmeralda | 16/10/2014

Donc: la Suisse n’est pas un paradis fiscal pour ceux qui y vivent, sauf pour 5600 ménages et quelques centaines de multinationales.

Écrit par : Fufus | 18/10/2014

Le titre attire toujours autant mon attention et voici ce qu'il faudrait au peuple surtout de Romandie
Un bon chef Scout mais comme ceux nous ayant enseigné à nous sortir du mouroir des années 40- 50 .Un petit peu de religion pour surtout ne pas déplaire aux anciens,remarquez de nos jours ils ne sont plus légion ,le courage de s'affirmer soi ,dire non quand d'autres aimeraient entendre un oui et surtout passer moins de temps à blablater pour ne rien dire et éviter de crier sur les toits ce que nous allons entreprendre
On en parle après et si réussite il y a eut et surtout si ce qui a été tenté à porté ses fruits pour simplifier et non compliquer davantage la vie à d'autres ce qui de nos jours semble se généraliser
A croire que le mot simplicité a disparu du langage humain
Finalement les Romands souffrent de nombreux complexes quand ils ne somatisent pas les images du virtuel ou tout simplement la météo
Pour motiver les gens il ne faut pas sans cesse leur montrer les plus mauvais côtés de la vie
C'est à croire que notre génération aura été la seule a sentir que pour exister il fallait absolument dépoussièrer par des rires et bêtises les épaules de nos anciens trop murés dans leur anschuss et pour autant qu'on sache observer le monde il faut peu pour comparer 2014 à 1944
Ce n'est pas en reculant dans le temps d'on rattrapera l'économie Américaine c'est du moins ce qu'un scientifique indépendant avait sorti comme théorie et elle n'est pas archifaux
Mais peut-être que nos mises en quarantaine suite à des intoxications médicales ou erreurs peu s'en fallait en ces temps là aura permi à de tous jeunes enfant d'avoir très vite une vision plus libérale sur le monde les ayant accueilli ,qui sait!

Écrit par : lovsmeralda | 19/10/2014

Chère Madame,

Je ne pense pas qu'on puisse prendre l'Allemagne comme référence de société égalitaire, lorsqu'on voit que ce pays a toute une couche de la population, en général émigrée, qui ne gagne guère plus de 500 euros par mois.

On ne peut pas dire que la Suisse soit une société inégalitaire en comparaison d'autre pays développés, mais il faut placer cette sensation d'inégalitarisme de la société Suisse dans une perspective à long terme. Si on observe par exemple les écarts salariaux entre hauts et bas revenus, ceux-ci n’ont cessé d'augmenter depuis 30 ans. Si on prend le pouvoir d'achat d'un ouvrier en Suisse en 1980 et celui d'aujourd'hui, on constatera que celui-ci a fortement régressé. Cette régression n'est pas aussi forte pour les métiers dit techniques ou manuels, comme p.e. les métiers qui requiert un CFC, mais elle existe. La différence de revenus entre salariés de niveau CFC et de niveau universitaire ou HES ne cesse de croître, c'est bien cela que perçoivent les Suisses, ils ne se comparent pas avec les Allemands ou les États-uniens, mais bien avec ce qu’ils ont vécus il y a 10, 20 ou 30 ans.

Ceci est encore pus marqué si on observe la répartition des fortunes, on ne peut que constater que le décile le plus riche des Suisses possède une part de plus en plus grande de la richesse nationale. Pour ceux qui s’intéressent à cette problématique je recommande vivement le livre de l'économiste français Thomas Piketty "Le capital au XXI siècle", un ouvrage remarquable qui analyse en profondeur l'évolution de la concentration des revenus et fortunes dans le monde depuis la révolution industrielle.

Meilleures salutations

Écrit par : Gabriel Maillard | 21/10/2014

Madame,

La "sombritude" du regard des Suisses n'a d'égal que la "blanchitude" toujours parfaitement objective du vôtre sur la réalité du monde.
Vous en désirez une preuve?
Vous ne parlez que des classes fortunées et moyennes... Les autres n'ont qu'à se débrouiller seules. Seul l'économie et la finance ont droit à une aide... Euh!... Pardon! C'est vrai, je suis un parfait malhonnête, j'oublie sciemment de parler des "pauvres"... banquiers ont bien reçu une aide, eux !

Et pourtant, il doit y avoir encore moins de "pauvres banquiers" que de "pauvres" pauvres!... Non?... Quand l'économie ou la finance va mal, c'est le devoir de tous de la relever. Lorsqu'elle va bien ce n'est que le privilège de certains d'en profiter!... Vôtre libéralisme serait parfait si l'homme l'était aussi! Malheureusement, nous en sommes bien loin!... Vous et moi compris!

Écrit par : Père Siffleur | 21/10/2014

Bravo, merci pour le partage, très interessant..
excellent sélection ! je vais tous les lire

Écrit par : cialis | 22/10/2014

Les commentaires sont fermés.