UA-64206590-2 UA-101278801-1

23/04/2015

Allô, y a-t-il un interlocuteur disponible à l’administration cantonale?

Les entreprises estiment qu’il y a du progrès dans l’administration cantonale vaudoise. Interrogées sur leur niveau de satisfaction envers différents services, dont le fisc et l’aménagement du territoire, les PME les notent mieux qu‘il y a deux ans, selon la dernière enquête des Chambres de commerce et d’industrie de Suisse latine. Vaud décroche une note de 6,9 points (sur 10). Il pointe ainsi au 2e rang, ex-aequo avec Fribourg. Le Tessin reste premier avec 7,2. La tendance est donc bonne, mais l’administration vaudoise doit maintenir ses efforts, car le potentiel d’amélioration demeure important.

Les entreprises vaudoises restent plus d’une sur deux (55%) à estimer que le délai pris par l’administration (aménagement du territoire et environnement) pour rendre une décision est trop long. Elles sont pratiquement la même proportion (53%) à considérer que les compétences ne sont pas clairement réparties entre le canton et les communes… lesquels ne collaborent pas bien entre eux aux yeux de 40% des sondés. Tous ces chiffres compilés par l’institut M.I.S. Trend sont meilleurs qu’il y a deux ans, tant mieux, mais cela reste nettement insuffisant. D’ailleurs pour ces deux services, Vaud n’arrive qu’en 4position. En-dessous de la moyenne.

En matière d’inspection du travail (ICT), l’administration vaudoise contrôle apparemment de manière toujours plus intensive. 56% des entreprises estiment avoir reçu davantage de visites de surveillants de l’Etat qu’en 2009 (date du dernier sondage sur ce service). Pour quel résultat? Quatre sondés sur dix jugent ces contrôles inutiles. La moitié les décrivent comme coûteux en temps et en argent, notamment parce qu’ils occasionnent une charge de travail administratif importante. Bref, le formalisme est trop courant. Et c’est surtout la compétence des collaborateurs de l’ICT ainsi que leur amabilité qui permettent à ce service d’atteindre pratiquement la moyenne.

Globalement, si presque tous les services de l’administration sont mieux évalués, on notera la stagnation de l’administration cantonale des impôts. Qui présente toutefois un visage contrasté: 37% des entreprises la jugent totalement satisfaisante, contre 24% il y a deux ans, mais 23% n’en sont pas satisfaite, contre 20% lors de la précédente enquête. Difficile à expliquer ces évolutions divergentes...

Une chose est sûre, la serviabilité et l’amabilité des employés de l’Etat n’a rien à voir là-dedans. On note par contre que l’un des principaux reproches formulés par les entreprises à l’administration vaudoise en général est la difficulté à trouver un interlocuteur disponible. 41% des sondés l’affirment. Et seul Genève fait pire. La piste pour améliorer la situation semble toute trouvée! 

Commentaires

Madame Amstein si elles sont évaluées en fonction de nombre de touches à pianoter pour trouver le service concerné on comprend mieux l'engouement pour gagner des points
La robotisation déshumanise de plus en plus les contacts entre humains
La machine doit être au service de l'espèce humaine mais elle n'a pas pour mission de protéger les employés d'Administrations en tous genres face à des questions urgentes et qui demandent explications logiques ce que la machine ne saura jamais faire n'en déplaise à ceux qui prétendront le contraire
on peut même renvoyer la balle aux anti nucléaires qui sont les premiers à faire confiance les yeux fermés a l'informatique et qui vantent tous ses mérites mais qui paradoxalement ne font pas confiance aux centrales nucléaires
De deux choses l'une ou on prend le peuple pour un troupeau d'oies car n'ayant pas de cursus universitaire ou alors on s'imagine pouvoir le manipuler sans qu'il en prenne conscience
Et malheureusement il reste encore de nombreux citoyens qui eux ont vécu leurs 20 première années de vie sans le virtuel , qui savent réfléchir et surtout savent prendre le temps d'analyser
Très belle journée pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 23/04/2015

Lovejoie a tout à fait raison

déshumanisation.

Essayez d'appeler l'impôt à la source.

Vous en serez quitte pour une perte de temps colossale et l'impossibilité de laisser un message puisqu'on vous racroche au nez et on vous demande de rappeler plus tard (et évidemment personne ne répondra pas non plus)

Écrit par : Olivier | 23/04/2015

La Promotion économique du canton de Vaud est remarquable également...

En tant que responsable d'une PME d'une trentaine de personnes, vous aurez beau adresser un courrier au chef du service dans le but de pérenniser les 30 emplois de votre entreprise (ce n'est pas beaucoup d'accord , mais quand même), relancer par téléphone, puis tenter un email afin de quémander au moins un accusé de réception, sait-on jamais, hé bien non, pas de réponse après six mois déjà.

Bon, les grandes firmes américaines sont peut-être prioritaires mais qu'on nous le dise au moins, dans ce cas...

Écrit par : Robert | 23/04/2015

tout est tordu, les pratiques changent régulièrement, l'interprétation differe entre les administrations, les délais courent sur plusieurs années, les courriers restent sans réponses durant des mois, etc..
On nous fait des lois pour lesquelles il faut 5 juristes et 4 fiscalistes pour les appliquer et y comprendre quelque chose, tout ça pour accoucher d'une souris le plus souvent. Et du formalisme, du formalisme, du formalisme....A titre d'exemple, être convoqué à Lausanne (30 minutes aller, 30 minutes retour, 40 minute pour se parquer) pour UNE question de 20 seconde dont la réponse aurait pû être donnée par courrier ou téléphone... On nous dit aussi de regarder sur le site de l'administration, site qui contient un disclaimer précisant que tout ce qui est sur le site n'engage aucunement l'administration.....En cas de procédure, on a 10, 20 ou 30 jours pour réagir, l'administration elle dispose de 5 ans avec une armée de juristes payée par nos impôts...ça énerve, ça énerve....et un tribunal cantonal qui bosse pour l'administration et force systématiquement pour avoir gain de cause, à aller au TF

Écrit par : phil | 23/04/2015

Ou quand le citoyen devient pion pour compétition entre administrations
On croit rêver car s'il y a bien un domaine ou la compétitivité ne doit pas être c'est bien au niveau social
L'Etat se doit d'être un fidéle serviteur envers le Peuple et non l'inverse
Faut pas croire aux horoscopes et imiter les astres en pensant qu'ils sont les détenteurs de la vérité universelle
Il y a fort à parier que nombre de technocrates se laissent mener par le nez par les astres oubliant que tous reculent 6 moins par année pour ensuite avancer à nouveau de 6 mois .
Ce que fait admirablement le chef de l'Etat Français ,trois pas en avant et 6 pas en arrière et quand on sait que les Socialistes de notre pays aiment imiter la France cela n'augure rien de bon pour le futur
Il est temps de remettre les pendules à l'heure non ?

Écrit par : lovejoie | 24/04/2015

C'est le fonctionnement boulimique de l'administration: plus y a de tordus, plus il y a de lois tordues, plus il faut de tordus pour les appliquer...on ne s'en sortira jamais.
A quand une génération d'anarchistes? (au moins un peu).

Écrit par : phil | 30/04/2015

Les commentaires sont fermés.