UA-64206590-2 UA-101278801-1

21/10/2015

Etats-Unis et UE parlent libre-échange depuis trois ans: que fait la Suisse?

La Suisse ne doit pas rester les bras ballants face aux négociations en cours entre l’Union européenne et les Etats-Unis sur un accord de libre-échange transatlantique (TTIP). Un tel projet, s’il aboutissait, supprimerait – ou diminuerait fortement – les droits de douanes frappant les produits des entreprises de ces deux zones commerciales. Ces sociétés auraient donc un avantage concurrentiel supplémentaire, tout particulièrement dans l’industrie.

Bien sûr, rien n’est joué. Le TTIP est un chantier diplomatique gigantesque, qui cristallise des oppositions tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Les agriculteurs ont des craintes, tout comme les défenseurs des services publics, car l’accord en cours d’élaboration tente d’inclure les services, au sens large (y compris La Poste et la distribution d’eau par exemple), dans son champ d’action. Tous manifestent bruyamment, et en nombre. Le parlement européen veut davantage de transparence… et le deal pourrait échouer. Peut-être temporairement. Ou être limité à quelques secteurs d’activités seulement.

Peut-être… Mais une stratégie ne consistant qu’à miser sur l’espoir d’un échec n’est pas défendable. Quelles que soient leurs réticences, les Européens, Français et Allemands en tête, ont un intérêt évident à ce qu’un accord soit trouvé. Car le libre-échange favorise la croissance, toutes les études le prouvent.  Et la croissance est exactement ce dont l’UE aura besoin ces prochaines années. Un regain d’activité des échanges commerciaux permettrait à la France d’inverser enfin sa courbe du chômage. Cela soutiendrait également l’économie allemande, qui semble ralentir. Les finances publiques de tous les Etats en seraient soulagées. Bref, les arguments en faveur d’un TTIP sont au moins aussi solides que ceux des opposants.

Inquiétude des entreprises

Bon nombre d’entreprises exportatrices suisses s’inquiètent à juste titre. Notre industrie des machines, pour qui les Etats-Unis sont le deuxième marché d’exportation, seraient discriminées par rapport à ses rivales européennes si ces dernières ne payaient plus de droits de douane pour écouler leurs produits outre-Atlantique. Le constat est le même pour la chimie, l’alimentaire, les instruments de mesure… Pour rester concurrentielles, elles devraient encore abaisser leurs marges, alors qu’elles viennent de le faire en réaction au franc fort. Au point de passer souvent dans les chiffres rouges.

Mais l’impact négatif ne se limiterait pas à cela. Les investisseurs américains et européens seraient dissuadés de choisir la Suisse pour y produire des produits et services destinés à l’exportation. Sachant que bon nombre d’entreprises suisses sont en mains étrangères, ou des filiales de sociétés étrangères, ce risque est loin d’être négligeable.

Le TTIP pourrait donc ne pas se faire. Mais il pourrait tout aussi bien être ficelé dans quelques mois. Et entrer en vigueur dès 2017. Il est minuit moins cinq pour la Suisse, dans ce dossier. 

Commentaires

On peut penser outre le PLR, que le PDC est favorable à ce genre d'accord. A l'opposé, l'UDC sera comme à son habitude contre tout accord.
Reste le PS, je suppose que sous conditions, ils accepteraient.

Ce sera probablement donc au PLR de faire un effort, car avec l'UDC, ils ne vont pas hésiter, à l'image du premier ministre anglais Cameron, de diminuer le social ( prestation chômage, AI, AVS, ...), le nombre de fonctionnaires, et imposer une austérité. Moins par nécessité que par réflexe idéologique.

Pour une fois, le PLR a toutes les cartes en mains pour que la Suisse ne reste pas à l'écart de ce genre d'accord. Néanmoins, le PLR devra être moins idéologique et plus pragmatique avec ses alliés potentiels.

Écrit par : Glob | 21/10/2015

Quelle naïveté !!! Mais quelle naïveté !!! C'est hallucinant et consternant ! Laissez l'UE s'intoxiquer avec les produits américains et soyez contents que la Suisse échappe à ça ! Si vous croyez que les Américains se soucient du bien-être de leurs partenaires, vous croyez au Père-Noël ! Il n'y a que leurs profits à eux qui comptent quitte à écraser les "alliés" ou "partenaires" commerciaux étrangers.

Je suis allé sur le site de notre confédération où ils disent que l'économie américaine est en pleine expansion !!!! Que de mensonges !!! Tout ça pour signer le TTIP ! L'économie américaine est au bord de la faillite et personne ne vous dira qu'officieusement, il ont 100 millions de chômeurs !! Un tiers de la population ! Vous voyez bien que tous les pays européens sont en train de couler, même l'Allemagne et vous voulez qu'on adhère à ça ??? Et en plus au TTIP pour avoir des produits américains toxiques chez nous ?

Vous, les Européastres europhile, vous êtes soit inconscients, soit débiles, soit benêts ou alors retors parce que vous savez ! L'Eldorado américano-européen que vous imaginez dans vos petites têtes, N'EXISTE PAS !

Écrit par : Pierre Henri | 24/10/2015

@Pierre Henri
Lorsqu'on affirme des choses, on cite ses sources ?

Au fait, si le monde s'écroule comme vous l'annoncez, la Suisse coulera avec, TTIP ou pas. Alors autant y participer, si par hasard le monde ne s'écroule pas...

Écrit par : motus | 25/10/2015

TTIP égale droit d'intervention dans notre ordre juridique par les amerloques! Donc pas question que ceux-ci puissent venir avec leur maniaco-manie-juridique et nous imposer leurs lois et leur justice dans notre pays s'il est signataire et c'est pour cette raison première que l'UDC refuse!
(motus et glob, jusqu'à maintenant personne n'a pu encore prendre connaissance de ce traité....Une pétition au niveau européen est en cours de signatures contre ce traité)

Les votations de l'an prochain sur l'autosuffisance alimentaire (4)seront un
nouveau déclic pour bien montrer ce que nous voulons comme origine de notre approvisionnement alimentaire. (il faudra faire fort, car nos Paysans "se retrouvent sur la paille" les uns après les autres.)

Le cassis de dijon a démontré une mascarade (même darbellay a dû le reconnaitre) et il faut que les gens se réveillent!

Écrit par : Corélande | 26/10/2015

Voilà une référence.....bien informée:

http://www.bilan.ch/myret-zaki/redaction-bilan/indignes-transatlantiques

Écrit par : Corélande | 26/10/2015

@Corélande
On pourra parler de ce traité lorsqu'il sera publique. Critiquer à l'aveugle me semble déplacé, quant à la pétition, du n'importe quoi, pour cette même raison.
Vous voyez les choses de manière unilatérale. Aux USA aussi, il y a de la méfiance, aussi sans rien connaître...

Mais que ces inquiétudes soient visibles est un bien. L'accord devra être signé par les 28 de l'UE. Probablement, pour certains pays, par referendum.
Des mouvements citoyens sont donc indispensables pour donner les limites à un accord.

Si la Suisse entre en jeu, cela finira dans les urnes, alors je ne m'inquiète pas du tout. Si l'accord est trop intrusif, il sera refusé. Mais la Suisse doit s'y intéresser, y étudier un possible accord.

Quant à l'autosuffisance, je suis à 200% contre un dispositif imposé. On imagine bien les conséquence: Augmentation de l'aide financière aux paysans, donc augmentation de nos impôts et celles des entreprises. Limitation partielle ou totale des importations.
Faut arrêter de prendre les suisses pour des vaches à lait des paysans.

Écrit par : Glob | 26/10/2015

"Concision, pertinence et courtoisie".

Merci à tous les participants de respecter les règles fixées par 24 heures pour les blogs hébergés sur son site.

Écrit par : Claudine Amstein | 28/10/2015

Les commentaires sont fermés.