UA-64206590-2 UA-101278801-1

02/12/2015

Protéger le climat, une opportunité pour les entreprises autant qu'un défi

Que faire pour l'environnement et pour stopper le réchauffement climatique? La conférence climatique COP21 à Paris va tenter de mettre tout le monde d'accord, cette semaine. Passé le grand show, le plus important se déroulera toutefois au cours des mois et des années à venir, lorsqu'il s'agira d'appliquer les engagements pris, dans chaque pays. Là, l'une des clés passe par l'innovation.

Les entreprises sont chaque année plus nombreuses à s'en rendre compte: se positionner de manière durable permet de dégager des économies substantielles, à court et à long terme. Mais ce n'est pas tout, il y a, et c'est sans doute l'essentiel, de formidables opportunités d'affaires pour tous les secteurs. La Suisse doit jouer sa carte dans ce domaine, en favorisant la recherche dans les PME, en misant sur les échanges de technologies entre entreprises et hautes écoles... Cela se fait déjà, mais il faut aller encore plus loin, améliorer ce qui existe et multiplier les expériences.

Efficience énergétique des bâtiments, stockage de l'énergie, utilisation du numérique pour améliorer les processus, les domaines où l'on peut améliorer notre manière de consommer sont nombreux. Des start-up s'activent déjà à chercher des solutions, tout comme beaucoup de PME traditionnelles. Nous devons être à la pointe – en tout cas constamment chercher à l'être - dans tous ces domaines, car ce seront les moteurs de la croissance de demain.

Les solutions punitives ou culpabilisantes ne marcheront pas. Dans le meilleur des cas, pénaliser n'aboutira de toute manière qu'à des solutions très partielles. N'oublions pas que le consommateur est traversé de contradictions: tel client ne consommant que des produits locaux issus de cultures écologiques passera plusieurs week-ends par an dans des capitales étrangères grâce aux compagnies aériennes low-cost. Avec quelle empreinte carbone finale?

Tous les secteurs doivent et peuvent contribuer à améliorer leurs performances en matière environnementale. Reste à trouver, sur la durée, le moyen d'en tirer le meilleur parti. Notre pays, les entreprises et leurs collaborateurs, mais surtout le climat, en sortiront gagnants.

Commentaires

@Madame Amstein très bon article cependant il est fort connu que ce sont les humains qui doivent se protéger contre vents et marées car les plus grands dangers viennent du ciel¨
Ceci est une phrase remplie de sagesse surtout si on regarde la liste des tsunamis qui dans les années 1700-1800 causèrent de nombreuses victimes
Mais peut-être que ce sont les volcans eux-mêmes crachant du CO2 qui provoquèrent ces nombreux tsunamis
Très belle fêtes de fin d'année pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 04/12/2015

"Notre pays, les entreprises et leurs collaborateurs, mais surtout le climat, en sortiront gagnants."

Ou comment bien s'informer plutôt que de croire tout ce lavage de cerveau qui ne sert que des intérêts bien spécifiques:

http://www.forum-monetaire.com/lechec-programme-du-modele-de-croissance-economique-par-les-exportations/

Écrit par : Corélande | 04/12/2015

Le CO2 n'est pas un gaz à effet de serre, puisqu'il est plus lourd que l'air. Le principal agent à effet de serre est la vapeur d'eau; hélas, cette dernière n'est pas taxable.
Dans un autre registre, les vertueux environnementalistes n'évoquent jamais le trafic aérien: 22'000 mouvements quotidiens rien qu'en Europe, ce n'est pas rien. Cela, la plupart du temps, pour transporter des clampins adeptes du tourisme low-cost.
J'ai de plus en plus l'impression qu'on nous enfume.

Écrit par : Jean-Pierre Jenni | 09/12/2015

Les commentaires sont fermés.