27/04/2016

Revenu de base inconditionnel: comment galvauder le mot "dignité"

Le travail est-il un fardeau? A écouter les partisans du revenu de base inconditionnel (RBI), il faudrait en tout cas permettre à chacun de s'en "libérer". Grâce au versement de 2500 francs par mois à chaque adulte et 625 francs à chaque enfant. Avec quel effet concret? La garantie d'une existence "digne" pour tous, promettent les concepteurs de cette initiative populaire sur laquelle nous votons le 5 juin prochain. Rien n'est pourtant plus faux!

Personne ne conteste en Suisse que chacun a droit à une existence digne. C'est pour cela qu'il existe toutes nos assurances sociales, notre système de retraites fondé sur trois piliers, l'assurance-invalidité ou l'assurance-chômage. Les initiants proposent de démanteler tout cela afin de financer – en partie, cela ne suffira pas - le RBI… Les 2500 francs de base suffiraient ensuite pour assurer la "dignité".

Peu importe que le salaire médian soit de l'ordre de 6200 francs par mois en Suisse. Sous un régime RBI, chaque employé qui perd son job tomberait du jour au lendemain à 2500 francs par mois, quel que soit son salaire précédent. Quelle percée sociale! Quel surcroît de dignité! L'employé ferait face à un loyer inchangé, tout comme sa facture mensuelle d'assurance-maladie ou de téléphone…

Effets ravageurs

Avouons-le, personne n'est en mesure de déterminer tous les effets qu'aurait le RBI sur notre économie, car un tel système révolutionnerait notre pays. Mais il est évident qu'ils seraient ravageurs pour la plus grande partie de population. Et ce sont les jeunes qui paieraient la plus grande facture, car ils n'auraient plus aucune incitation à apprendre un métier.

Les initiants assurent que le RBI créerait des bataillons de bénévoles, dans les soins à domicile, les EMS… On constate pourtant que malgré des revenus supérieurs à ce minimum de 2500 francs, nos institutions peinent à recruter du personnel en Suisse et doivent souvent aller l'embaucher à l'étranger. Le RBI aurait la vertu de bouleverser les mentalités, de rendre nombre de nos concitoyens impatients de s'investir gratuitement pour autrui… alors qu'un salaire décent ne les motive pas, ou en tout cas pas suffisamment, aujourd'hui.

Inutile d'argumenter plus loin… Le RBI n'apporterait aucun supplément de dignité à qui que ce soit. Quoi qu'en disent ses partisans, il coûterait au minimum des dizaines de milliards de francs supplémentaires, très probablement des centaines. Des milliards de francs que les personnes qui travaillent devront bien payer. Elles devraient donc travailler plus pour gagner moins. L'immense majorité des futurs retraités et des chômeurs seraient profondément appauvris. On jouerait avec la formation des jeunes, avec leur capacité à trouver leur voie.

Les initiants parlent de dignité… je n'en ai pas la même définition! Le travail n'est pas tout, mais il permet aussi de se réaliser, de se motiver, de s'affirmer socialement. Les études réalisées auprès des employés montrent d'ailleurs que le degré de satisfaction des Suisses par rapport au travail dépasse les 90%. Cette initiative mérite les oubliettes. NON.

Commentaires

@Madame Amstein très bon billet qui montre le ridicule du salaire minimum qui a déjà été refusé une fois
Et quand on sait les frais en sus pour chaque initiative acceptée par le peuple il faudra die non à chaque vote pour éviter que de telles sommes privent l'Ai ou autre à financer ceux qui en ont vraiment besoin
On a déjà assez de profiteurs à l'AI sans encore attirer davantage d'autres parvenus qui ne rêvent que de profiter du travail d'autrui sans jamais se fatiguer

Écrit par : lovejoie | 28/04/2016

Je tiens tout de même é préciser qu'il ne s'agit pas de citoyens Suisses qui usent et abusent du droit à l'Ai
C'est à se demander d'ailleurs, mais comment font ces profiteurs quand on sait le parcours du guerrier pour obtenir ce qui revient de droit à un vrai handicapé !

Écrit par : lovejoie | 28/04/2016

Madame Amstein,
Votre approche du revenu de base inconditionnel se fait par le faux côté et me semble partir sur des bases empreintes de préjugés. Il ne s'agit pas de remplacer le chômage ou de payer 2'500 à quiconque perd son travail. De plus ces sommes ne sont pas encore définies car il s'agit avant tout de mettre une base légale dans la Constitution le 5 juin. Cette base légale demande à l'État d'élaborer un système attribuant à toute personne résidant en Suisse légalement, une somme destinée à leur permettre de vivre. Bien sûr que ce système révolutionnerait notre pays mais votre conclusion que cela coûterait à la société est erronée. Car il y a de nombreux économistes qui se sont penchés sur ce financement et une très nombreuse littérature démontre qu'il est possible de le réaliser sans que cela ne coûte. Bien au contraire, cela aurait plutôt des effets bénéfiques sur la croissance, boosterait l'économie en faisant principalement circuler des fonds qui autrement croupissent (Certains fonds de réserves, par exemple). La dignité des gens, tous, sans exception puisque ce revenu est distribué à chacun sans distinction, vient alors du fait que l'individu ne doit plus être l'esclave d'un travail qui lui fournit sa subsistance (et celle de ses proches ou sa famille puisque tout le monde ne peut pas travailler ou y avoir accès). Avec ce revenu, il sera impossible de faire autre chose que d'assumer le minimum vital (loyer, alimentation, vêtements, médical - assurances, etc. - et éventuellement quelques transports) Mais s'il veut plus, comme c'est le cas actuellement, il devra trouver un moyen rémunéré pour cela et ce moyen est constitué principalement par le travail. Cependant, ce travail ne coûtera plus aux employeurs, les sommes astronomiques à verser pour les charges sociales qui n'auront plus de raison d'être. Même le travail au noir disparaîtra puisque celui qui rémunère quelqu'un aura intérêt à déclarer ces montants pour ne pas payer d'impôts dessus. Il sera également possible de mieux partager le travail proposé puisqu'un ouvrier pendant 8 heures ne coûtera pas plus que 2 pendant chacun 4 heures, et ainsi de suite. Certes, d'un point de vue philosophique, si on conçoit que recevoir de l'argent sans travailler comme ce fut le cas pendant des millénaires peut paraître comme une aumône mais c'est tout le contraire. C'est un droit pour vivre et une porte ouverte à la création, au commerce, au partage du travail et à la relance économique et de la croissance, donc un bénéfice pour tous, du plus démuni au plus nanti, sans exception. Même mieux, cela améliorera la qualité de vie de tous. Et le fait de payer ne deviendra plus une galère tenant compte de l'effort qu'il a fallu fournir pour "gagner" ce montant qu'on a de la peine à sortir mais fera partie du cycle vital de l'économie et de la circulation de l'argent et de la monnaie. Cette circulation si indispensable au bon fonctionnement de l'économie.

Écrit par : Rémy Pilliard | 28/04/2016

On peut être d'accord ou pas avec les bienfaits du RBI, mais on voit mal comment il rendrait à l'être humain sa dignité, car travail et dignité ne s'opposent pas l'un à l'audtre, sauf dans l'esprit de quelques démagogues.

"Le travail est une des conditions de la dignité humaine, de la possibilité pour l'homme de conquérir sa liberté" (Abbé Pierre)

"Le travail donne à l'homme sa dignité." (Indira Ghandi)

" La dignité personnelle, le bonheur, l’accomplissement de soi, le sens de sa vie, s’obtiennent par le travail, les rêves, le désir et la volonté des individus eux-mêmes. " (Muhammad Yunus)

Écrit par : Humphrey | 28/04/2016

Sans vouloir attaquer le côté de la dignité du travail qui va subsister avec ou sans RBI, le fait qu'il soit dissocié de la survie lui donnera encore plus de titres de noblesse. Le travail tel qu'il est actuellement transforme le travailleur en esclave en le rendant dépendant de cette activité pour lui permettre de vivre. Or l'individu a le droit de vivre sans que sa condition soit liée au travail. La preuve que le travail augmentera la dignité de celui qui le pratique c'est que sa rémunération continuera avec ou sans RBI et que par cette rémunération le travailleur aura bien plus que de quoi mettre du beurre dans ses épinards. Et ce d'autant plus que, ne dépendant pas de lui pour vivre, il n'aura aucune peine à le partager avec d'autres au profit de ceux qui le lui fournissent. Car le partage sera possible sans renchérir les coûts liés à ce travail. Comme dit précédemment, en respectant les lois sur le travail en termes d'horaire ou de quantité, il en coûtera exactement la même chose de faire travailler deux hommes à chacun huit heures par jour ou de proposer 16 heures de travail réparties entre 4 hommes à raison de 4 heures chacun. Ce sera bénéfique pour tous, physiquement et moralement, chacun travaillant mieux pendant 4 heures que 8, 16 heures produiront plus que les journées de 8heures, meilleure satisfaction pour tous, tant employé qu'employeur. Il n'y a pas de honte à toucher un revenu de subsistance (les soldats touchent bien une solde pour faire acte de présence parfois, non? bien qu'on assimile ça à du travail !!!) même si ce revenu de subsistance est détaché du travail. On n'empêche pas l'humain de rester digne en lui supprimant le travail, on donne une autre dimension au travail. Que celui qui se contente uniquement de ce revenu de subsistance perde sa dignité, ce sera son problème. D'un côté on s'en fiche car il n'est plus un poids pour les travailleurs qui perdent une bonne partie de leur salaire actuellement pour eux et de l'autre, ce n'est pas à nous de décider pour lui. Par contre, que celui qui travaille et partage les rares possibilités de travailler avec d'autres garde toute sa dignité et même plus (parce qu'il partage) et là c'est important, même très important. IL convient de voir le côté réellement positif que ce RBI peut amener à la dignité humaine plutôt que de croire que tout le monde cessera de travailler et tomber dans le négatif du sujet. On ne supprime pas le travail, on trouve un moyen de partager le peu de travail qui restera disponible sous peu, de manière à ce que chacun puisse quand même vivre dignement et accède à ce droit au travail. Le droit pour vivre avec le RBI et le droit d'améliorer sa vie dignement par le travail. Voilà le vrai but réel. (positif!) Il est d'ailleurs impératif d'insérer ce concept dans la Constitution (c'est ce que veut l'initiative pour laquelle il faut voter oui le 5 juin). Ensuite, sur cette base légale, il faut construire avec tous les arguments tant des adeptes que des opposants, quelque chose de parfait comme les Suisses savent le faire. Ce n'est qu'avec les consensus, compromis et l'amalgame de toutes les idées et oppositions qu'on arrivera à maintenir un système digne de tout être humain et que la Suisse pourra montrer la voie et faire oeuvre de pionniers intelligents!

Écrit par : Rémy Pilliard | 28/04/2016

@Rémy Pilliard

Vous dites "il ne s'agit pas de remplacer le chômage ou de payer 2500 francs à quiconque perd son travail". Absolument, l'initiative ne vise pas cela spécifiquement. MAIS l'effet d'un RBI financé - en partie seulement - par le démantèlement total des actuelles assurances sociales conduirait bel et bien à la suppression de l'assurance chômage.

Un salarié qui perçoit 5000, 6000 ou 7000 francs mensuel se retrouverait donc avec le seul RBI.

Écrit par : Claudine Amstein | 29/04/2016

Le point de vue de cet article n'est absolument pas objectif.

Je vais faire court : Vous n'avez rien compris.

Arrêtez de paniquer comme des poules sans tête.

Il n'y aura pas plus ou moins de profiteurs, chacun reste libre de faire ce qu'il veut et je doute que si je propose à tout le monde d'arrêter de travailler et de gagner 2500/mois, ils y'en aient beaucoup qui acceptent.

Une question de dignité?

Les stagiaires non rémunérés peuvent vous en parler, les working poors aussi ainsi que les jeunes qui ne pense pas à continuer leurs études pour des raisons d'argent? Elle est où la dignité?

Les personnes qui font le ménages dans vos locaux peuvent aussi vous en parler, levez-vous à 4h du matin et allez discuter avec!

Les artistes? La culture? Non?

Il faut sortir du cadre un petit peu, vous demander si depuis le début on va vraiment dans la bonne direction avant d'écrire des articles hystérique.

Écrit par : Hans | 29/04/2016

Madame Amstein,

Je vous prie d'excuser mon commentaire qui lui était hystérique et écrit sous le coup de l'émotion, je vous propose même de le supprimer, ne pouvant le faire moi-même.

Ppour résumer il est vrai que cette initiative telle q'elle est présentée comporte des risques aux point de vue la sécurité financière de la majorité de la populations active, mais la dignité n'as absolument rien à voir la dedans.

Le RBI est une solutions intéressante pour palier aux problèmes de la société actuelles, à savoir la mort du plein emploi, les pendulaires, etc. mais est très compliquée à mettre en place, cependant je pense et c'est mon point de vue, que c'est une solutions d'avenir car il y a un réel problème qui se prépare.

Meilleures salutations,

Jean

Écrit par : Jean Maillard | 02/05/2016

" la technique de répandre la peur tel que vous le faites date de l'âge de la pierre. "

Parce que vous ne répandez pas la peur en affirment que L'automatisation, les robots, es micro-économies, "l'uberisation" des services etc sont entrain de tuer le plein emploi? Ou avez vous vu qu'il y a uine explosion du chômage en Suisse avec la fin du plein emploi alors que le taux d'actif même chez les plus de 55 ans est en progression depuis plusieurs années. Vous parlez de l'âge de pierre. Mais quand cette âge fut terminé il ne le fut pas l'instauration d' un RBI due à un manque de pierre mais parce que les humains sont passé à autres chose par l'innovation qui leur a simplifié la vie que n'importe quelle aide collectivistes de l'état.

" Vous parliez de dignité et travail, prenons le cas d'une caissière qui se fait gentiment remplacer par des pasabene ou autre self service. "

Mais toute innovation technologique doit se concevoir par des ingénieurs, se faire fabriquer par des usines qui ont besoins de mains d'oeuvre pour faire tourner les machines ( pareil topo pour ces machines d'usine ) et qui doivent pour finir être vendu par des vendeurs ( ex caissières de Migros par ex ) qui sont formés sur les nouvelles technologies. Si le progrès technologique était source de chômage de masse on aurait pas 3% de chômeur en Suisse mais 90% par 2 siècles de destruction d'emploi par la mécanisation et la robotisation.

" 90% des employés sont satisfaits de leur travail selon l'étude que vous citez, 90% c'est justement l'augmentation des cas de burnout entre2004 et 2010... "

Mais faut-il encore savoir exactement quelle sont les sources exact d'un burnout. Beaucoup de personnes préfèrent mettre cela sur le dos du travail mais jamais sur le fait que beaucoup de ces personnes n'assument pas qu'ils font chaque week end la fête à plus d'heure en se droguant pour tenir le coup, malgré qu'ils ont eu une semaine de travail pénible. ce n'est pas un explication unique mais c'est une explication qui mérite d'être pris en compte.

" L'économie tel que vous la concevez tue les rêves "

Mais on ne vit pas dans un rêve mais dans un monde réel. Le monde du rêve c'est que les initiants veulent inscrire dans la loi un projet coûteux sans savoir vraiment comment le financer. Dans le monde réel un projet devient crédible quand le financement est en premier assuré.

D.J

Écrit par : D.J | 02/05/2016

@DJ C'est vous qui prétendez que le projet est coûteux ! Parce que vous n'avez ni compris ni étudié les propositions de financements qui sont légions de part d'économistes non liés au RBI. Il est tout à fait possible de créer un RBI sans que cela ne coûte à quiconque et même au contraire que cela rapporte encore plus. Seulement cela profite à tous et c'est ça qui vous gêne. Vous ne voulez pas partager et vous craignez de perdre votre pouvoir sur les autres par la dictature du seul travail que vous fournissez pour assurer la survie. Vous avez peur de ne plus pouvoir maîtriser les autres parce qu'avec le droit de vivre ils auront aussi la possibilité de dire non à votre dictat et vos oppressions et diminuer ainsi votre pouvoir sur les autres. Oui, le RBI libère le travailleur de l'esclavagisme du travail comme seul source de survie. Et cela vous dérange parce que c'est vous qui tenez les rennes de ce pouvoir et qu'avec le RBI, celui-ci disparaît !

Écrit par : Rémy Pilliard | 02/05/2016

@Jean Maillard
Comme vous l'avez proposé, j'ai supprimé votre premier commentaire. Merci pour votre contribution au débat. Concernant la dignité, c'est celui qui est mis en avant par les initiants:

Je cite, tiré de leur page internet (http://goo.gl/4z4YZI): "la concrétisation du RBI prendra plusieurs années, mais dès le lendemain d’un OUI, chaque habitant de notre pays saura que son droit à un revenu suffisant pour qu’il ait une vie digne est légitime et reconnu."

Je soutiens que notre système actuel s'applique déjà à ce que chaque habitant ait une vie digne. Le RBI n'apporterait rien de plus, bien au contraire (voir mon exemple sur l'assurance-chômage).

Écrit par : Claudine Amstein | 02/05/2016

«[...] parce que c'est vous qui tenez les rennes de ce pouvoir et qu'avec le RBI, celui-ci disparaît !»

Encore heureux ! Non mais, c'est qui, qui commande ? Vous avez reçu quelle éducation ?

Il n'est pas inutile de vous rappeler ce qui était écrit à la page 10 du carnet journalier de la prim'sup:

« Jeune homme, jeune fille !

Au moment où tu emportera pour la dernière fois ce livret scolaire à la maison, l'école t'aura donné les connaissances générales indispensables et les habitudes d'ordre et de travail qui te permettront de faire ton chemin dans la vie.

Ce que le pays a fait pour toi en t'instruisant, il attend que tu lui le rendes en mettant toutes tes forces à son service, et en cultivant en toi l'idéal de liberté tel que l'a exprimé notre grand penseur Alexandre Vinet:

La liberté ne tire toute sa dignité et tout son prix que de son union avec l'obéissance. Une liberté qui n'obéit pas est un pur non-sens; car c'est pour obéir que nous sommes libres. »

Donc, c'est bien clair... c'est parce que vous n'avez PAS FAIT JUSTE que vous êtes dans la mouise.

Normalement, selon le fil rouge d'Alexandre Vinet, à 45 ans vous devriez rouler en Cayenne et disposer de trois ou quatre millions sur un compte à la BCV !

Écrit par : petard | 02/05/2016

Errata:
(com précédent, 3e ligne)
Livret scolaire au lieu de "carnet journalier"

Écrit par : petard | 02/05/2016

@petard
Je ne sais pas à quel degré je dois prendre vos remarques. Au premier degré on constate donc que Vinet interdit le RBI ? Dans le genre Ferme-là, marche ou crève et Arbeit macht Frei. Et il est de quel siècle ce ... de Vinet ?
Je ne suis pas dans la mouise mais le monde entier pourrait l'être sous peu.
Enfin si on continue à se plier à cette humiliante "obéissance idiote et aveugle". Avec de pareils arguments, ce n'est pas certain!

Écrit par : Rémy Pilliard | 02/05/2016

" C'est vous qui prétendez que le projet est coûteux ! Parce que vous n'avez ni compris ni étudié les propositions de financements qui sont légions de part d'économistes non liés au RBI. "

Vous parlez de propositions de financement qui sont légions et vous dites en même temps que cela ne coûtera pas un rond à personne. Mais si cela ne coûte rien à personne pourquoi vouloir chercher des financements? L'argent il faut bien aller le chercher à quelque part. Il y aura toujours quelqu'un en bout de chaîne qui en fera les frais. Même en faisant marcher la planche à billet ça coûtera quelque chose puisque cela fera augmenter les prix de façon général.

" Seulement cela profite à tous et c'est ça qui vous gêne. "

Quand un truc profite à tous et qui va finalement être financé sur le dos des autres oui ça me gêne.

" Vous ne voulez pas partager et vous craignez de perdre votre pouvoir sur les autres par la dictature du seul travail que vous fournissez pour assurer la survie. "

Mais le pouvoir sur les autres c'est vous qui espériez l'imposer avec votre RBI. Quand à la dictature du travail; n'oubliez pas que c'est cette dictature qui va au final financer votre RBI. Vous ne savez même pas vous comment il pourra être financer à part de lancer des hypothèses qui sonnent creux en répétant sans cesse qu'il y a des tonnes de solutions sans expliquer une seule de convainquantes.

" Oui, le RBI libère le travailleur de l'esclavagisme du travail comme seul source de survie. "

Ce n'est pas avec ce genre de slogan que tenaient aussi Lénine ou Mao avec 100 millions de victimes comme bilan finale que l'on devient constructif. Si c'est votre seul argument en faveur du RBI on est certain d'aller droit dans le mur comme l'ont fait tout les utopistes.

D.J

Écrit par : D.J | 02/05/2016

«Je ne sais pas à quel degré je dois prendre vos remarques»

J'espère que vous n'êtes pas contractuel ou fonctionnaire aux impôts... car il se pourrait que vous soyez responsable de nombreux suicides... et si vous faites un autre boulot, arrêtez tout de suite, le RBI est effectivement fait pour vous.

Blague à part... mais blague quand-même:

Alexandre Rodolphe Vinet, né le 17 juin 1797 à Lausanne et mort le 4 mai 1847 à Clarens était un théologien, philosophe, journaliste, critique littéraire et historien suisse.

Le fallot tempête de notre siècle des Lumières... à nous !

Écrit par : petard | 02/05/2016

@DJ
Je ne vais pas vous donner de leçon d'économie car vous ne semblez pas disposé pour cela. Pour que ça ne coute rien à personne, il faut regarder comment s'y prennent les boursicoteurs qui réussissent à engranger des milliards sans avoir un centime en poche. Avec l'argent de fonds qui croupissent mais que eux savent utiliser avec des algorithmes gérés par ordinateur-Ce n'est qu'un exemple. Et avec ce genre de fonds, l'argent nécessaire au fonctionnement du RBI crée une boucle qui s'autofinance par le simple fait que les bénéficiaires vont utiliser cet argent pour vivre et ainsi le faire circuler. Vous voyez que, comme pour toute chose sur cette planète, rien ne se perd et fonctionne en boucle. Le système ne sera financé sur le dos de personne. Mais c'est votre hégémonie ou votre pouvoir de domination sur les autres qui va en prendre un coup et c'est pour cela que vous n'utilisez qu'une partie de mes phrases pour me contrer et pour cela également que vous êtes aussi farouchement opposé à ce système qui fera que les plus démunis ne soient plus ou pas à votre botte. Ni Mao ni Lénine n'ont conçu de système semblable. Ils ont voulu, tout comme vous, dominer le monde en leur faisant croire au salut par la peur et la contrainte. C'est le contraire du RBI qui n'ira jamais dans le mur ni ne tuera de gens.

Écrit par : Rémy Pilliard | 02/05/2016

@Petard
Il n'y a pas qu'eux qui soient responsables de suicides puisqu'il y a des milliers de morts par suicide dont la cause est un problème lié au travail. Mais on s'en préoccupe moins que des centaines de morts sur les routes.
Ceci dit, je compte plutôt parmi les victimes de notre société actuelle car avec de très nombreux diplômes, des expertises et plusieurs langues maîtrisées couramment, j'ai une pile de recherches d'emploi qui dépasse les 5'000 dont à peine 10% ont reçu une réponse, toutes négatives évidemment. Mais j'ai plus de 60 ans actuellement (j'en avais 53 au début)et même en suivant les préceptes de Vinet, je dois constater qu'il est dans l'erreur la plus totale pour notre époque. C'est ce passé difficile et très pénible qui m'a amené à examiner ce RBI au plus près et fait de moi un ardent défenseur d'un système qui, j'en suis certain, sera indispensable dans un avenir relativement proche si on ne veut pas que l'humanité courre à la catastrophe. Qui acceptera de payer la majorité de son salaire du travail pour payer des charges sociales qui feront à peine survivre ceux qui ne pourront pas en obtenir et au prix de combien d'humiliations ? Le RBI n'est pas une utopie, c'est une solution qui a le mérite d'exister et que chacun peut ou doit perfectionner afin qu'elle devienne ce à quoi elle doit servir: être un droit matériel (monétaire) pour vivre et pouvoir travailler en toute dignité, sans crainte ni contrainte pour sa survie.

Écrit par : Rémy Pilliard | 02/05/2016

@Pilliard

Toute réflexion faite, je pense que vous avez raison.

Il vaut mieux - pour le bien de la société -, que certaines personnes ne travaillent pas... Vous savez, ce n'est pas le travail qui tue... ce sont les parasites qui emm... ceux qui travaillent... autrement dit: ceux qui travaillent à emm... les autres. Et dans la plupart des cas, ce ne sont pas les patrons qui s'emploient à ces basses besognes.

Écrit par : petard | 02/05/2016

@petard
Je ne suis pas certain qu'on puisse généraliser à ce point. Quoi qu'il en soit, avec le RBI, ces parasites restent à la maison mais ne coûtent rien à celui qui travaille. Car on ne pique pas la moitié du salaire du travailleur en charges sociales pour faire vivre ces parasites mais on les paie sur un système autonome et qui ne lèse personne.

Écrit par : Rémy Pilliard | 03/05/2016

" Je ne vais pas vous donner de leçon d'économie car vous ne semblez pas disposé pour cela. "

Ce ne serait pas plutôt du à un déficit d'argument? Comme un bon socialiste vous pensez à ma place en supposant que je ne suis pas disposé pour recevoir des leçons d'économie. C'est du reste ce que vous faites en voulant ce RBI. Pensez à la place des autres en leur supposant qu'il n'auront bientôt plus de travail et qu'il doivent dépendre d'une rente à vie. C'est cela être esclave d'un système.

" Pour que ça ne coute rien à personne, il faut regarder comment s'y prennent les boursicoteurs qui réussissent à engranger des milliards sans avoir un centime en poche. Avec l'argent de fonds qui croupissent mais que eux savent utiliser avec des algorithmes gérés par ordinateur-Ce n'est qu'un exemple "

Mais ce sont des secteurs qui sont les plus faciles à délocaliser tout comme les fonds qui croupiraient. Et après sur qui espérez vous ponctionner? Les riches? Mais eux aussi ont les moyens de faire virer leur fortunes dans des pays fiscalement moins confiscatoire ou dans les paradis fiscaux. Il reste qui après? Imposer les classess moyenne et augmenter la TVA. Bref faire payer ceux qui sont censé être bénéficiaire de ce RBI. Vos bénéficieras du RBI risque bien d'être les dindons de la farce si ce projet est accepté.

" Le système ne sera financé sur le dos de personne. "

Pourtant vous venez d'affirmer que l'on peut le financer ces RBI sur le dos des boursicoteurs. Vous vous contredisez sur 4 lignes.

" Mais c'est votre hégémonie ou votre pouvoir de domination sur les autres "

Mais où avez vous vu que je domine les autres? C'est vos seules argument à me mettre sous le nez en m'accusant d'être ce que je suis pas?

" Ceci dit, je compte plutôt parmi les victimes de notre société actuelle car avec de très nombreux diplômes, des expertises et plusieurs langues maîtrisées couramment, j'ai une pile de recherches d'emploi qui dépasse les 5'000 dont à peine 10% ont reçu une réponse, toutes négatives évidemment. Mais j'ai plus de 60 ans actuellement "

Parce que vous croyez représenter la majorité des plus de 55 ans qui n'arrivent pas à trouver un emploi en Suisse alors que le taux d'actif dans cette tranche d'âge et au alentour des 70% de la population active l'un des plus élevé au monde? Je n'ai rien contre que l'on octroie des aides provisoires pour aider les personnes qui sont dans votre cas pour bénéficier d'un minimum vital et à retrouver un emploi ( j'ai aucune raison de penser que vous n'êtes pas honnête ) mais cela fait une grosse différence avec le RBI qui va tomber dans la poche de tout ceux qui n'en n'ont pas besoin.

" Qui acceptera de payer la majorité de son salaire du travail pour payer des charges sociales qui feront à peine survivre ceux qui ne pourront pas en obtenir et au prix de combien d'humiliations ? "

Mais vous êtes prêt à payer pour des gens qui n'ont pas besoins de ce RBI.

" Ni Mao ni Lénine n'ont conçu de système semblable. Ils ont voulu, tout comme vous, dominer le monde en leur faisant croire au salut par la peur et la contrainte "

Mais Mao et Lénine ont été comme vous; ils voulaient libérer l'homme de " l'esclavage capitaliste ". Moi je suis un libéral donc un individualiste. Lénine et Mao étaient des collectivistes et vous en voulant imposer à tout le monde ce RBI c'est faire preuve de collectivisme. Si il y a bien une personne qui s'apparente à un communiste c'est bien vous.

" être un droit matériel (monétaire) pour vivre et pouvoir travailler en toute dignité, "

Mais je croyais que ce RBI étaient un moyen pour remplacer les postes de travail qui vont bientôt disparaître à cause de l'automatisation, de la robotisation etc... Comment vont-ils travailler dans la dignité si il n'y a plus de travail? Là aussi vous vous contredisez dans vos discours.

Et si au pire il n'y a plus de travail ça risque d'être quelque peu problématique pour financer ce RBI sans création de richesse dont seul le travail peu en produire? De toute façon la diversité des emplois sont bien plus importantes de ce qui était il y a deux siècles. La robotisation et l'automatisation qui a progressé depuis 2 siècles n'a pas tué les emplois depuis le début de cette révolution industriel. Des emplois ont été détruits mais remplacés par des nouveaux. Il y a plus d'actifs sur le marché du travail qu'il y a deux siècles notamment avec l'arrivée des femmes sur ce marché souvent réserver qu'aux hommes. Il y a 100 fois plus de brevets déposés qu'il y en avait au 19ème siècle.

D.J

Écrit par : D.J | 03/05/2016

@ DJ
Je ne suis ni socialiste, ni communiste ni dépendant d'aucun parti. Je réagis sur votre façon de vous exprimer et vos tentatives pour me convaincre et c'est sur ces base que je fonde mes "accusations à votre encontre". Votre façon d'écrire et le contenu de vos propos donnent suffisamment d'informations pour cela.
Ensuite, vous semblez ne pas vouloir comprendre de nombreux documents d'économistes et c'est pour cela que je ne cherche pas à vous enseigner quoi que ce soit.
Gardez vos réflexions pour vous car vous avez très mal interprété mes propos et même déformé pour qu'ils correspondent à votre façon de me contrer. Simple exemple: vous dites que je suis comme Mao qui veut supprimer le capitalisme ce qui est totalement faux puisque je veux adapter le capitalisme de façon à ce que plus personne ne soit dans le besoin. C'est dans ce genre de propos que je vois que vous n'avez compris que ce que vous voulez mais qui ne correspond à rien de ce que propose le RBI et ses initiants: Inscrire le principe dans la Constitution pour pouvoir le créer avec toutes les idées et opposition, de manière à ce qu'ils soit le plus parfait possible. Mais ça, apparemment, ça vous dépasse et on voit dans votre opposition votre crainte de perdre des prérogatives!

Écrit par : Rémy Pilliard | 03/05/2016

" Je ne suis ni socialiste, ni communiste ni dépendant d'aucun parti. "

Pourtant certains de vos raisonnements me font penser à un socialiste ou un communiste.

" Ensuite, vous semblez ne pas vouloir comprendre de nombreux documents d'économistes et c'est pour cela que je ne cherche pas à vous enseigner quoi que ce soit. "

En fait j'ignore des documents qui devraient me clouer le bec et me convaincre du bien fondé du RBI et que vous préféré finalement rien m'expliquer? Si c'est comme ça que vous voulez convaincre les septiques c'est pas gagné d'avance.

" vous dites que je suis comme Mao qui veut supprimer le capitalisme ce qui est totalement faux "

Mais il raisonnait comme vous en disant libérer l'homme de ses chaînes en faisant référence au capitalisme. Vous c'est libérer l'homme de l'esclavage du travail. Bref c'est juste les termes qui changent. Le principe reste le même.

" C'est dans ce genre de propos que je vois que vous n'avez compris que ce que vous voulez mais qui ne correspond à rien de ce que propose le RBI "

Faut pas m'accuser de ne rien comprendre si de l'autre côté vous refusez de m'expliquer comme par exemple sur ces fameux documents des économistes qui expliquerais son financement qui assurerait l'existence de ce RBI. Vous avez vraiment le don de vous marcher sur le sac en vous contredisant sans arrêt.

" ce que propose le RBI et ses initiants: Inscrire le principe dans la Constitution pour pouvoir le créer avec toutes les idées et opposition, de manière à ce qu'ils soit le plus parfait possible. Mais ça, apparemment, ça vous dépasse et on voit dans votre opposition votre crainte de perdre des prérogatives! "

Moi ce qui me dépasse c'est de mettre dans la constitution un projet coûteux sans même savoir comment il sera financé. Pour l'instant vous n'avez rien de concret à me proposer. Vos histoires de documents sérieux d'économistes pour le financer c'est juste de la foutaise vu que vous refusez même de m'en parler pour m'en convaincre. Cela aussi ça me dépasse.

D.J

Écrit par : D.J | 03/05/2016

Ce projet de RBI est une stupidité. On a rien sans rien, et ce depuis que le monde est monde.

Mais faut quand-même admettre que si ce genre de proposition nous saute à la figure, c'est quand-même grâce à la pingrerie de ceux pour qui, payer moins de quatre sous un boulot de m**** est encore trop cher.

Écrit par : Blaise Fabre | 03/05/2016

Vous devriez un peu aller voir ce que sont les salaires en France voisine. Ce n'est pas par amour de la Suisse que de nombreux Français viennent chez nous...

Écrit par : Géo | 04/05/2016

Vous devriez un peu aller voir ce que sont les salaires en France voisine


C'est bien ce que je dis. L'idée des patronaux c'est d'amener les salaires des petites mains indigènes au bas niveau européen. En important cette main d'oeuvre corvéable et en lui proposant une rémunération légèrement au-dessus, ils font encore une bonne affaire. C'est donc pas pour rien qu'ils se montrent si diligents avec les immigrants; d'autant plus, lorsqu'ils peuvent choisir leurs esclaves.

Écrit par : Blaise Fabre | 04/05/2016

Mouais. A cette nuance près que les Français occupent de plus en plus des postes de cadre. Deux raisons à cela : la sélection est plus dure en France. Pour devenir ingénieur, il faut en vouloir plus que le petit Suisse né le cul dans le beurre et qui n'a d'autre ambition que de se bourrer la gueule le plus souvent possible. L'autre raison, c'est qu'à partir du moment où vous avez engagé un DRH français, devinez qui il va engager ?

Écrit par : Géo | 04/05/2016

L'autre raison, c'est qu'à partir du moment où vous avez engagé un DRH français, devinez qui il va engager ?

Oui bien sûr ! Ça se passe comme-ça dans le milieu hospitalier que je connais bien, où par exemple le personnel ibérique, lusitanien et des Balkans est sujet à la discrimination. Evidemment dans les sphères dirigeantes de la santé on dira que ce ne sont que fantasmes d'adeptes de la théorie du complot. Mais les faits sont têtus; il faudrait infiltrer ce milieu avec des caméras cachées. Le pire, ce sont encore les petites luttes de pouvoir entre-eux qui péjorent la qualité de la gouvernance.

Écrit par : Blaise Fabre | 04/05/2016

Plus personne ne veut faire le «sale boulot»... Tout le monde veut être acteur, chanteur, musicien, cinéaste et j'en passe.

J'attends le jour où l'on fera des télé-crochets pour devenir boucher, croque-mort, agent de voirie, nettoyeur(se) de gogue...

Écrit par : petard | 04/05/2016

"Le pire, ce sont encore les petites luttes de pouvoir entre-eux qui péjorent la qualité de la gouvernance."
D'accord, c'est fort probable. Sauf qu'il n'y a pas très longtemps, cela grenouillait entre Vaudois, Valaisans, Fribourgeois, etc, etc...
Pas grand-chose de nouveau sous le soleil. Suis content d'être vieux et espère disparaître dans pas trop longtemps. En attendant, si vous êtes jeune, profitez bien de la vie maintenant. Parce qu'on a tout l'air d'aller droit dans le mur...
(Ce qui revient à dire que les jeunes Suisses n'ont pas complétement tort de ne penser qu'à faire la teuf.)

Autre version : D'accord, c'est fort probable. Sauf qu'il n'y a pas très longtemps, cela grenouillait entre Vaudois, Valaisans, Fribourgeois, etc, etc...
Le monde devient d'une telle complexité qu'il vaut mieux se recentrer sur ce que l'on connaît. Refuser de se laisser envahir. Refuser l'idéologie mortelle des "citoyens du monde". Investissez l'UDC, chassez les idiots qui la dirigent et faites-en un parti qui sauve les intérêts des populations locales, et non le panier de vieux crabes qu'elle est aujourd'hui.
Bon courage !

Écrit par : Géo | 04/05/2016

"Le pire, ce sont encore les petites luttes de pouvoir entre-eux qui péjorent la qualité de la gouvernance."

Et ça vous le retrouvez dans les administrations où des naturalisés, notamment les anciens de l'ex-yougoslavie se permettent des décisions discriminatoires envers les portugais, espagnols et autres italiens.

La descente de police à Genève aux services de l'immigration pourrait bien
étendre sa palette et devrait éveiller les magistrats d'autres cantons.
Aux contributions on pourrait aussi faire des contrôles plus poussés et être vigilants sur le travail de leurs collaborateurs!

Écrit par : Corélande | 04/05/2016

" Mais faut quand-même admettre que si ce genre de proposition nous saute à la figure, c'est quand-même grâce à la pingrerie de ceux pour qui, payer moins de quatre sous un boulot de m**** est encore trop cher. "

Ce qui est trop cher pour le patron c'est pas la part du salaire versé à l'employé mais les charges sociales que l'employeur doit payer à l'état. L'employeur n'est pas responsable si le salaire net de l'employé l'empêche de vivre correctement. C'est l'état le responsable.

D.J

Écrit par : D.J | 04/05/2016

Les commentaires sont fermés.