UA-64206590-2 UA-101278801-1

16/08/2017

D'où vient la vraie propagande?

Affirmer que la libre circulation des personnes entre la Suisse et l'Union européenne a forgé la prospérité de la Suisse serait de la "propagande", affirme l'UDC. Pour elle, il n'y aurait que des désavantages: "le chômage a atteint un taux record" et la croissance "est quasiment égale à zéro depuis 2009", affirmait fin juillet l'un de ses vice-présidents. Le problème est que ces deux affirmations sont totalement erronées: les chiffres le démontrent.

Avec un taux de chômage de 3% en juin, nous affichons l'un des taux de chômage parmi les plus bas d'Europe. 3% seraient-ils un record pour la Suisse? Il est au plus bas depuis août 2015… et ce taux atteignait 5,2% en 1997 (un taux plus jamais atteint depuis lors), alors que la Suisse contrôlait son immigration via des contingents. Nous ne comptons que 133'000 chômeurs actuellement pour une population totale de 8,4 millions d'habitants alors que la Suisse devait faire face à plus de 200'000 chômeurs il y a 20 ans pour une population de 7,1 millions d'habitants. La Suisse comptait moins de 4 millions d'emplois dans les années 1990, elle en compte plus de 5 millions aujourd'hui.

La croissance tend-elle vers zéro depuis 2009? 2009 a bel et bien été une année de récession en Suisse, comme partout dans le monde, avec une baisse du PIB de 1,9%. Mais la croissance est ensuite immédiatement revenue avec une progression de 2,7% en 2010, puis de 1,9% en 2011. Même en 2015, lorsque le franc s'est renchéri d'un seul coup de près de 20% par rapport à l'euro (un phénomène qui n'a rien à voir avec la libre circulation des personnes), la Suisse est parvenue à afficher une croissance de 0,9%.

Ces chiffres sont consultables par tout un chacun sur le site de l'office fédéral de la statistique (OFS)… comment peut-on parler de croissance proche de zéro? Cela alors que la Suisse avait pu retrouver le niveau d'avant-crise en 2011 déjà. Et alors que des pays comme l'Espagne sortent tout juste aujourd'hui de ce terrible retour en arrière. Et que d'autres, comme l'Italie, ne se sont pas encore rétablis.  

La Suisse romande comme exemple de réussite

Non, la libre circulation n'a pas nui à notre à notre prospérité, elle l'a stimulée. L'UDC affirme que le chômage plus élevé en Suisse romande que dans le reste du pays s'expliquerait par l'ouverture de notre marché du travail. Mais ce taux était déjà plus élevé (7,8% à Genève en 1997, 7,2% dans le canton de Vaud) lorsque l'immigration était contingentée! La libre circulation n'y a rien changé. De plus, Vaud et Genève comptabilisent différemment leurs chômeurs que les cantons alémaniques, intégrant les personnes arrivées en fin de droit, ce qui accroît artificiellement le taux.

Encore plus notable: le bassin lémanique affiche une croissance supérieure à la moyenne suisse depuis une dizaine d'année.  Il y a davantage de places d'apprentissage à pourvoir que de candidats. Vaud a pu assainir ses finances publiques en une dizaine d'années, en large partie grâce au dynamisme économique de la région. La libre circulation n'a pas causé de tort à la Suisse: elle lui a permis de renouveler son tissu économique après les graves difficultés rencontrées dans les années 1990. Notre région est devenue un pôle international pour les start-up, qui toutes mettent en avant l'aspect positif de la diversité de la main-d'œuvre.

Notre canton et la Suisse romande prouvent que la libre circulation déploie des effets positifs. Il suffit d'observer les chiffres sur la durée!

Commentaires

Billet très documenté, très efficace.
Merci

Écrit par : olivier | 16/08/2017

"Avec un taux de chômage de 3% en juin, nous affichons l'un des taux de chômage parmi les plus bas d'Europe."
Oui mais : où sont les chômeurs en fin de droits ? Est-ce que par hasard cela aurait qqch à voir avec le fait que l'aide sociale représente 29% du budget du canton de Vaud ?

Écrit par : Géo | 17/08/2017

Géo a raison en ce qui concerne les chômeurs en fin de droit.

Il y a aussi ceux qui refusent de s'inscrire au chômage pour des raisons qui leurs sont propres : ils ne sont pas dans les statistiques !

Écrit par : Marie | 17/08/2017

Très bon article. Bravo pour cette mise en avant de la réalité. La libre circulation amène énormément de gens qui entreprennent et consomment, contribuant ainsi au tissus économique...

Écrit par : Emma | 17/08/2017

"La libre circulation amène énormément de gens qui entreprennent et consomment, contribuant ainsi au tissus économique.."
...et couvre nos campagnes d'immeubles où loger tous ces gens, fait que nos routes sont inutilisables parce que saturées, idem nos écoles, nos hôpitaux...
Pas nos super-marchés qui poussent partout et sont toujours plus vides, parce que tout le monde va faire ses courses en France ou en Allemagne. Ou en Italie, j'oubliais la Doris.
Ah que c'est beau la libre circulation qui signifie la non-circulation sur nos axes de transport...

Écrit par : Géo | 17/08/2017

Certes, inestimable correspondant, mais on peut aussi programmer la libre circulation en mode "fuite" plutôt qu'en mode "invasion". Bien que la politique fiscale des états européens soit là pour vous dissuader de rester sous la bannière bleue étoilée de jaune,

Écrit par : rabbit | 17/08/2017

Certes vos chiffres parlent pour votre théorie, mais c'est tout! La réalité est tout autre, je ne reviens pas sur les arguments ci-dessus qui sont parfaitement exacts.
Je vais vous parler de ce qui ressort des fameuses dénonciations spontanées de cette année, avant l'entrée en vigueur de l'EAR en 2018.

Ah....les bonnes surprises....pfff! Toute cette migration déjà des années 60-70 (Schwarzenbach avait déjà bien raison)est venue, a travaillé certes, mais l'argent est reparti chez eux! Pas d'accord, et bien vous lirez clairement les chiffres des entrées extraordinaires 2016, que nous saurons dans quelques mois.
Ce sont des sommes exhorbitantes qui ont échappé au fisc suisse depuis des décennies; rien qu'à voir ces chiffres sur seulement les 10 années rétroactives.

Par ailleurs voyez tous ceux qui partent en catimini, juste maintenant en faisant leur déclaration 2016.....comme avant!!!!! Ils ont la retraite ou presque et rentrent aux pays; comme cela d'avoir eu les pieds des deux côtés, ils passent de l'un à l'autre en tirant toujours les avantages et laissant les inconvénients aux Suisse laborieux qu'on arrivent encore à insulter, ou leur refuser de l'aide-subvention par dessus le marché.

Pendant ce temps-là les Suisses ont payé plein pot, et n'ont pas pu accumuler autant de fortune que ces migrants....de la première vague dont on ne voit qu'aujourd'hui les effets.....très positifs pour eux, mais pas pour nous!

Je déconne....ok, on en reparlera dans quelques mois!

Écrit par : Corélande | 18/08/2017

Les commentaires sont fermés.