UA-64206590-2 UA-101278801-1

06/12/2017

Des soins dentaires au goût amer

© fotofabrika - Fotolia.com.jpg

Le Grand Conseil a tranché dans le vif à la fin du mois dernier, à l'issue d'un long débat houleux: les Vaudois voteront sur l'initiative de l'extrême gauche instaurant une assurance obligatoire pour les soins dentaires de base, sans contre-projet. Le scrutin aura lieu le 4 mars 2018. Les coûts annuels de cette étatisation sanitaire, estimés à quelque 300 millions de francs lors du dépôt de ce texte, en 2014, avoisinent aujourd'hui allègrement les 400 millions.

Cette initiative prévoit un financement à travers un prélèvement semblable à celui de l’AVS, payé à parts égales par les employés et les employeurs. On parle d'une ponction paritaire proche des 0,6 à 0,7%. Les indépendants et les rentiers AVS disposant d'une certaine fortune passeront eux aussi à la caisse. Pour les autres, à savoir notamment les jeunes de moins de 18 ans, les rentiers AVS et les demandeurs d'asile, l'initiative prévoit la prise en charge des soins dentaires par la politique sanitaire du canton. Autrement dit, par les impôts. La gauche de la gauche propose donc d'offrir le dentiste à tous les habitants du canton en faisant régler la note par la moitié d'entre eux. Ce sont donc toujours les mêmes qui paient, et cela n'est pas acceptable!

Ce texte doit être rejeté avec fermeté pour plusieurs raisons. Tout d'abord, l'exemple des hausses récurrentes des primes l'assurance-maladie obligatoire fait planer le spectre d'un inéluctable gouffre financier pour cette initiative. La LAMal a hélas apporté la preuve que l'importante bureaucratie découlant d'une telle assurance conduit à une augmentation continue des coûts, sans qu'on parvienne à enrayer cette spirale. On peut légitimement craindre que le phénomène se reproduise avec le modèle prescrit par l'extrême gauche. Dans les pays environnants comme la France, l'Allemagne et l'Angleterre, des systèmes d'assurance obligatoire ont été mis en place; force est de constater que la santé bucco-dentaire y est plutôt mauvaise et que les coûts à la charge de la collectivité y sont élevés. La Société suisse des médecins-dentistes (SSO) est elle aussi fermement opposée à cette initiative.

Un système qui a fait ses preuves

Le système suisse de soins dentaires, basé pour l'essentiel sur la prévention et la responsabilité individuelle, a largement fait ses preuves depuis des décennies. Les mesures de prophylaxie mises en œuvre dans notre pays, dès les années 1960, ont contribué à faire chuter drastiquement le nombre de caries chez les jeunes. Il apparaît en outre que huit enfants vaudois sur dix sont assurés auprès d'une caisse pour les soins dentaires (y. c. l'orthodontie), par le biais de complémentaires ou d'assurances dentaires globales. En outre, les groupes de population défavorisés bénéficient déjà d'aides cantonales ciblées dans ce domaine.

Enfin, il est clair que le financement de ce système par les employés et les employeurs fragiliserait encore un peu plus l'économie de notre canton. En apportant son soutien à cette initiative, la majorité du Conseil d'État elle-même se fourvoie, alors que le collège gouvernemental s'était engagé, dans le cadre du volet social accompagnant la RIE III, à ne pas augmenter les prélèvements jusqu’en 2022. La compétitivité de nos entreprises passe notamment par le maintien de charges sociales supportables.

Photo: Fotolia