07/02/2018

Pour une nouvelle dynamique bilatérale

Carte_Suisse_Europe.jpg

Au milieu de la cacophonie qui règne depuis des semaines à propos de l'avenir des relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE), une voix bien silencieuse jusqu'à présent s'est fait entendre dimanche dernier. Répondant à la conseillère nationale UDC Magdalena Martullo-Blocher, qui a clamé il y a peu dans 24 heures que «les mesures d'accompagnement sont une catastrophe pour l'économie», Valentin Vogt, président de l'Union patronale suisse (UPS,) a défendu ces dernières dans une interview fleuve accordée à la NZZ am Sonntag. Pour ce dernier, l'élue agrarienne «dénigre le partenariat social parce qu'elle veut faire capoter la libre circulation des personnes. De mon point de vue, a-t-il poursuivi, l'aspect décisif de ces mesures est que l'on paie en Suisse des salaires suisses.»

Dans la foulée, le président de l'UPS a cautionné la stratégie suivie actuellement par le conseiller fédéral Ignazio Cassis en matière européenne. Il a mis en évidence l'importance d'un accord cadre avec l'UE, arguant du fait que celui-ci est important pour la sécurité du droit, et ajoutant que celui-ci devait passer par une consultation populaire.

L'UPS soutient donc les efforts d'Ignazio Cassis, et c'est une bonne nouvelle pour l'économie. On a passablement raillé la méthode du magistrat tessinois qui, de façon didactique et à grand renfort de formes géométriques, a expliqué dernièrement les éléments en jeu dans la recherche d'un accord cadre avec l'Union européenne devant un parterre d'étudiants et de journalistes à l'Université de Suisse italienne. On a grand tort d'en rire. Avec un langage simple et clair, il est parvenu à dédramatiser le débat et à remettre l'église au milieu du village. Il a trouvé une manière à la fois originale et habile de faire passer les messages des sept Sages auprès du grand public, dans un dossier complexe et aux facettes innombrables.

Prospérité grâce aux bilatérales

En cela, le conseiller fédéral revient aux fondamentaux: oui, la Suisse doit disposer d'un cadre politico-économique stable avec l'Union européenne, d'un «accord d’accès au marché» comme il le dit désormais. Les bilatérales négociées avec Bruxelles, dont les deux volets sont entrés en vigueur successivement en 2002 et en 2004, ont beaucoup contribué à la prospérité de notre pays ces dernières années. Au creux de la vague au début des années 2000, l'économie vaudoise vient de connaître quinze ans de croissance continue, en grande partie grâce aux accords bilatéraux et à ses mesures d'accompagnement. L'Europe constitue, faut-il le rappeler, notre premier marché.

Il convient donc de saluer la volonté aujourd'hui réaffirmée du Conseil fédéral d'aller de l'avant dans le dossier européen. La Suisse a besoin de l'Europe, et l'Europe a besoin de la Suisse. Après le coup de froid de la fin de l'année dernière, qui a vu l'UE ranger notre pays dans la liste grise des paradis fiscaux et nous accorder une équivalence boursière limitée à une année, il est grand temps d'initier une nouvelle dynamique avec Bruxelles. Tout porte à croire qu'on en prend le chemin.

Les commentaires sont fermés.