09/05/2018

Le café, un stimulant pour l'économie vaudoise

Fotolia_eyewave.jpg

La transaction a été justement saluée sur les marchés financiers: Nestlé a annoncé lundi qu'il allait commercialiser une large gamme de produits élaborés par le géant américain du café Starbucks. Coût de l'opération: 7,1 milliards de francs pour le groupe veveysan, qui va ainsi renforcer sa position de leader dans ce secteur plus que prometteur. L'opération devrait être finalisée d'ici à fin 2018. Nestlé va commercialiser des paquets de café labellisés Starbucks dans les grandes surfaces du monde entier et, dès 2019, on trouvera des capsules estampillées Starbucks pour ses machines Nespresso et Dolce Gusto.

L'activité rachetée engendre des ventes annuelles de l'ordre de 2 milliards de francs. Le deal n'a rien d'anodin: il «marque une étape importante pour nos activités de café, la plus grande des catégories à forte croissance de Nestlé», a souligné son directeur général, Mark Schneider, dans le communiqué annonçant l'opération.

Il dope notre commerce extérieur

Si les caféiers ne courent pas les champs sous nos latitudes, la Suisse se profile toujours davantage comme un terreau fertile pour la commercialisation de ces petits grains. Dans son étude «Vaud, le tigre discret», réalisée avec la Banque cantonale vaudoise en 2016, la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie relevait d'ailleurs que notre canton s’est réindustrialisé depuis le début des années 2000, en partie grâce à la forte progression du secteur alimentaire et, notamment, du conditionnement du café en capsules. L'an dernier, selon les statistiques fédérales du commerce extérieur, notre pays a exporté pour 2,38 milliards de francs de café, en hausse de 10,2% par rapport à 2016. Loin devant les boissons – les drinks énergisants de la multinationale autrichienne Red Bull sont produits chez nous -, le chocolat et le fromage!

Surtout, et cela n'est pas un fait forcément connu, la Suisse, et plus particulièrement la ville de Lausanne, est le centre mondial du trading du café. Environ 80% du café y est négocié, expliquait en octobre 2016 dans «L'Agefi» Cyrille Jannet, directeur de Keurig Trading, société spécialisée dans le commerce de gros de café, thé, cacao et épices à Lausanne. Starbucks Coffee Trading Company a d'ailleurs également son siège dans la capitale olympique.

Le café est décidément un sacré stimulant pour l'économie vaudoise.

Photo: Fotolia