UA-64206590-2 UA-101278801-1

02/08/2012

L'apprentissage, nouvelle voie royale…

La formation en entreprise, par l'apprentissage, est une des forces de l'économie suisse, reconnue loin à la ronde. Et pourtant elle s'essouffle. Le problème ne vient pas des entreprises, qui rechigneraient à embaucher des jeunes, mais tout simplement en raison d'un manque de candidats. Les jeunes préfèrent s'orienter vers des cursus universitaires. Poussés par leurs parents? Ou par les orienteurs professionnels, eux-mêmes le plus souvent issus du sérail académique?

Il est vrai que tous les métiers ne sont pas touchés de la même manière. Les professions médicales n'ont pas de problème à recruter des apprentis. Probablement un effet Dr House… Les places d'apprentis de commerce sont également facilement pourvues, comme toujours.

Les métiers techniques, donc l'industrie en général, peinent en revanche à trouver des intéressés. Il manque actuellement 6500 apprentis dans ces secteurs, qui vont des instruments de précision aux machines. La construction ne séduit guère non plus: la demande y est inférieure aux nombre de places disponibles. Idem dans l'architecture.

Contrairement à ce que beaucoup croient, une formation académique ne constitue pourtant pas une assurance tout risque contre le chômage. Certains pays, comme la France, qui privilégie la voie scolaire depuis des lustres, sont là pour le prouver. Chez nos voisins, un jeune sur deux a été au chômage au moins une fois au cours des trois premières années de sa vie active. Côté salaires, à statut égal, les personnes issues de l'apprentissage sont souvent mieux rétribuées que des universitaires. Tout particulièrement dans l'industrie.

Les professions ont évolué à toute allure ces dernières années, pas seulement dans les métiers ultra-médiatiques de l'informatique et des biotechnologies. L'industrie et la construction savent se montrer particulièrement innovantes: y travailler se révèle passionnant. Le développement des hautes écoles spécialisées (HES, les universités professionnelles) offrent des débouchés et des possibilités de formation supérieure ou de reconversion au moins aussi séduisantes que les universités.

Les secteurs techniques ont certainement une part de responsabilité pour le désintérêt qu'elles suscitent: leurs métiers, les opportunités de carrière, de voyages (oui, les industries sont les internationales de nos entreprises, exportant souvent plus de 90% de leur production), ne sont pas suffisamment mis en avant.

Mais c'est avant tout à l'école et aux parents de prendre conscience de cette réalité. Même s'il a la vie dure, le cliché du Charlot des Temps Modernes ne correspond plus à la réalité suisse, et depuis très longtemps. Réussir et exercer un métier passionnant, ce n'est pas forcément devenir médecin, avocat ou enseignant. Qu'on se le dise, l'avenir est dans l'innovation: mobilité, cleantech, énergie, matériaux… L'avenir est aussi dans les métiers techniques.

13/08/2010

Soyons ambitieux, visons la première place!

La Suisse est dans le peloton de tête des dépenses de R&D, selon l’OFS. La Confédération les hautes écoles, et surtout les entreprises dépensent un montant total de 16.3 milliards de francs. Cela correspond à 3% du PIB. Nous pointons au sixième rang en comparaison internationale. Seuls Israël, la Suède, la Finlande, le Japon et la Corée du Sud nous devancent.

 

Cela paraît réjouissant. Mais ce que l’OFS ne dit que du bout des lèvres, en fin de communiqué , c’est que notre pays était 7ème lors du classement  2000, puis 5ème en 2004, pour être rétrogradé à la 6ème place en 2008. D’où vient ce léger recul? Les entreprises ont augmenté les montants alloués à la R&D de 24% par rapport à 2004. Les hautes écoles ont fait encore mieux avec 31% de plus.

 

Les chiffres montrent surtout, qu'en Suisse, les montants investis dans la R&D sont principalement le fait des privés (pour les trois quarts des montants investis), contrairement aux autres pays de l'OCDE où le Trésor public assure ces dépenses. Toutefois, au-delà des chiffres et des classements, la taille de l'enveloppe budgétaire ne fait pas tout. Il faut que les recherches soient bien ciblées et que nous puissions bénéficier de chercheurs à même de pouvoir conduire des projets ambitieux. Et l'État doit jouer pleinement son rôle en assurant le financement de hautes écoles de pointe et en permettant l'obtention de permis de travail pour les chercheurs et le personnel qualifié nécessaire. Ces conditions sont hautement stratégiques. Elles ont une influence directe sur la productivité et la compétitivité de nos entreprises qui sont chaque jour soumises à une concurrence internationale plus dure. Nous n'avons pas le choix: au lieu d’être seulement dans le peloton de tête, nous devons prendre la tête du peloton!

20/10/2009

Apprentissage : un rôle à jouer pour les profs

 Une enseignante de ma connaissance se fait un point d’honneur de trouver avant fin novembre une place d’apprentissage pour tous les élèves de sa classe qui vont terminer leur VSG au mois d’août suivant. Avec le temps, elle a constitué un réseau d’entreprises et instauré avec les maîtres d’apprentissage un véritable rapport de confiance. Ainsi, elle décrit en toute honnêteté les défauts et les qualités de ses candidats à l’apprentissage. Cette manière de procéder évite d’ailleurs tout recours à des « mulitchecks » ou autres batteries de tests. On ne peut espérer meilleur lien entre le monde de l’école et celui du travail. Franc, rapide et peu couteux.

 

Lorsque dimanche soir, j’ai entendu à la Télé le Conseiller d’Etat  Pierre-Yves Maillard déplorer que certains jeunes souffrent de discrimination au moment de la recherche de leur place d’apprentissage en raison de leur nom ou de l’absence de réseau de leurs parents, j’ai repensé à l’engagement de cette enseignante. Elle contribue largement à lever ces obstacles et à éviter à ces jeunes de prendre le chemin du chômage ou d’une 10ème année. Et si l’école s’en inspirait avant que le département de l’action sociale n’invente un système complexe d’aide ?