UA-64206590-2 UA-101278801-1

09/03/2016

Réforme vaudoise de l'imposition des entreprises: OUI à l'emploi et aux familles

Les opposants à la réforme vaudoise de la fiscalité des entreprises (RIE III-VD) soumise à votation le 20 mars prochain se trompent totalement. Non, l'instauration d'un taux d'imposition unique ne causera pas de problèmes aux finances publiques. Non, le service public ne sera pas revu à la baisse. C'est l'inverse qui est vrai! Sans la RIE III-VD, nous sommes assurés d'aller au-devant de graves et douloureux problèmes.

Quelque 25'000 emplois sont menacés si Vaud n'adapte pas sa fiscalité. Ceux qui mettent en doute ces chiffres jouent avec le feu. Ils jouent avec la situation professionnelle et familiale de milliers de ménages.

D'où vient d'ailleurs ce chiffre de 25'000 emplois? Plus de 9000 d'entre eux sont des emplois directs dans les 220 sociétés aujourd'hui au bénéfice de statuts spéciaux. Des sociétés qui dans leur grande majorité quitteraient le canton si on les soumettait au taux d'imposition ordinaire de 22%, plus de deux fois plus élevé que ce qu'elles paient actuellement.

Les 16'000 autres emplois correspondent aux retombées indirectes et induites: il est incontestable qu'un employé de multinationale consomme des biens et services auprès des entreprises locales (commerces, garage, pressing, coiffeur, restaurant, assurances, etc). Ces entreprises consomment également auprès d'autres entreprises (retombées induites). Il est établi qu'un emploi direct génère 1,8 emploi supplémentaire. C'est un fait!

Pas d'alternative

La suppression des statuts spéciaux est incontournable. Ils disparaîtront vers 2020 au plus tard, car la Suisse a décidé – à juste titre - de s'aligner sur les nouveaux standards internationaux. Il n'y a pas d'alternative à un taux d'imposition unique compétitif (à 13,8%) pour toutes les entreprises dans notre canton.

Les employeurs prouvent qu'ils croient fermement à cette réforme en acceptant de faire passer les allocations familiales – qu'ils financent entièrement - de 230 à 300 francs par enfant. Cela leur coûtera 120 millions de francs par an. Ils doubleront également leur contribution à l'accueil de jour des enfants.

Toutes les familles y gagneront. Les salariés du privé y gagneront en sécurité de l'emploi, tout comme les employés de la fonction publique puisque les finances publiques seront consolidées. Le départ de toutes les sociétés internationales, visiblement souhaité par les opposants, creuserait un trou gigantesque. Sans parler de la facture sociale, et humaine…

La RIE III-VD doit être plébiscité d'un oui clair et net le 20 mars!

02/03/2016

Les Suisses regardent au-delà du Gothard

Avec son oui clair et net au 2e tunnel routier du Gothard, le week-end dernier, le peuple suisse a donné un signal fort à nos autorités. Il a fait savoir que les infrastructures sont au centre de ses préoccupations. Parlement, partis et Confédération ne doivent donc pas s'endormir, il s'agit maintenant d'aller de l'avant avec les gros dossiers qui nécessitent des améliorations rapides, à savoir le développement des réseaux routier, électrique et de télécommunication.

Pour le rail, la question a été réglée à satisfaction avec l'acceptation du Fonds d'infrastructures ferroviaires (FAIF), en 2014. Les travaux démarrent peu à peu et s'intensifieront ces prochaines années.

La route doit maintenant passer au premier rang dans les priorités. Et là, l'Arc lémanique a de gros besoins de rattrapage. L'évolution démographique a été fulgurante au cours des 15 dernières années (habitants en hausse de 25% entre 2000 et 2015 dans le canton) sans que les infrastructures ne suivent. Le contournement autoroutier de Morges, l'élargissement à trois voix des autoroutes entre Genève et Lausanne, entre Cossonay et Lausanne, la recherche d'une solution d'amélioration pour l'axe Lausanne-Villeneuve: ces préoccupations quotidiennes de dizaines de milliers de Vaudoises et Vaudois coincés chaque jour dans les bouchons doivent être appréhendées à bras le corps.

Réseau électrique vieillissant

Pour l'électricité, il s'agit de créer les conditions les plus favorables à l'adaptation rapide du réseau, dont la majeure partie (les deux tiers) a été construite dans les années 50 et 60. Le développement des nouvelles énergies renouvelables, avec les défis qu'elles imposent notamment en termes de gestion d'une production en large partie aléatoire, nécessitent des investissements rapides, qui doivent être coordonnés avec nos voisins. D'où une autre nécessité urgente, celle de trouver rapidement un accord sur l'électricité avec l'UE

La qualité des infrastructures est essentielle également dans les télécommunications. L'amélioration constante des réseaux mobiles – et surtout l'utilisation de nouveaux standards techniques – nécessite sans cesse de nouvelles antennes. Il faut en simplifier l'installation et adopter les normes en vigueur chez nos voisins (le swiss finish n'a pas plus de sens dans ce domaine que dans la banque ou la mécanique!). La concurrence doit être encore stimulée.

La Suisse est classée au 6e rang mondial pour la qualité de ses infrastructures. C'est l'un des atouts de notre pays, reconnu autant par les habitants que par les entreprises. Le vote de dimanche – comme celui de février 2014 sur le FAIF – montre que la grande majorité veut maintenir ce niveau d'excellence!

24/02/2016

NON à l’initiative «pour le renvoi effectif des étrangers criminels»

Inutile, disproportionnée, contraire aux valeurs helvétiques: il faut clairement rejeter ce dimanche l’initiative intitulée «pour le renvoi effectif des étrangers criminels». Une loi est prête à entrer en vigueur au lendemain de la votation pour expulser les délinquants dangereux. Contrairement à ce qu’affirment les initiants, le parlement a fait son travail, dans les délais et dans le respect de la première initiative sur le sujet, adoptée par le peuple et les cantons en 2010. 

Une acceptation de cette 2e initiative faussement décrite comme «de mise en œuvre» impliquerait le renvoi d’auteurs de délits mineurs, même s’ils sont nés en Suisse. J’ai déjà eu l’occasion de le dire dans ce blog. Cette discrimination des étrangers de la 2e génération (et suivantes) par rapport aux Suisses est choquante: rien ne permet de la justifier pour des fautes de faible importance. Notre pays s’est bâti sur un ordre juridique solide, dont chacun peut jusqu’ici être fier; ce texte ne ferait que l’affaiblir.

Mais l’initiative aurait une autre conséquence, sans doute moins visible, mais dommageable pour tous les habitants de ce pays. Elle compliquerait encore plus nos relations avec nos voisins européens, car il est établi qu’elle est contraire à l’Accord sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union européenne. Nos négociateurs, dont l’objectif consistant à faire accepter une solution de mise en œuvre de l’initiative «contre l’immigration de masse» (la clause de sauvegarde) est déjà suffisamment ardu, devraient parallèlement résoudre un nouveau contentieux.

Notre économie a besoin de retrouver de la stabilité. Il ne se passe pas une semaine sans que des entreprises doivent licencier en raison du franc fort. Qu’aurions-nous à gagner à envenimer le dialogue avec nos voisins européens, vers qui sont destinés plus de la moitié de nos exportations? Cela pour une initiative qui ne diminuerait pas la criminalité en Suisse et qui ne nous ferait pas économiser un seul franc, car les étrangers continueront à purger leur peine avant d’être renvoyés! 

Cette initiative ne ferait qu’instaurer une inégalité de traitement hautement contestable envers les étrangers pour des délits mineurs tout en ébranlant la base de notre économie. Et cela au pire moment. Une double raison de dire NON dimanche!