20/12/2017

Méditation autour du sapin

La-neige-gele-les-achats-de-Noel.jpg

Les Fêtes de fin d'année constituent une parenthèse bienvenue dans nos existences trépidantes. Cette respiration est toutefois relative, car la fièvre acheteuse saisit la plupart d'entre nous pendant cette période. Dans le fond, nous sommes assez loin de la trêve des confiseurs chère à nos voisins français. Trêve qui n'en est pas une, dans les faits.

Outre-Jura, justement, les commerçants profitent pleinement de cette frénésie d'achats en ouvrant leurs échoppes le dimanche, et en proposant des produits souvent bien moins chers et plus variés qu'en Suisse. Songeons par exemple au riche assortiment de produits laitiers que l'on trouve dans leurs rayons et au prix de la viande. Pour les Helvètes proches de la frontière, il devient alors tentant d'envisager une petite escapade à Evian, à Divonne-les-Bains ou à Pontarlier. Et cela même si l'euro a tendance à remonter ces derniers temps.

Pour relever le défi de ce tourisme d'achat, les détaillants suisses doivent impérativement faire preuve d'imagination, car la période de fin d'année est celle où ils réalisent la plus grande partie de leur chiffre d'affaires. Il leur faut donc redoubler d'ingéniosité pour amener le client à acheter et à consommer local. Les solutions à disposition ont pour nom extension des horaires, fidélisation et efforts sur les prix.

Dimanche dernier, les commerçants de La Chaux-de-Fonds (NE) ont ouvert leurs magasins et mis sur pied un marché de Noël attrayant. C'est ce qu'on appelle le concept «d'expérience d'achat globale». Le bilan a été jugé positif, tant par les marchands que par la clientèle, ravie d'avoir - enfin - le temps d'effectuer ses achats de Noël.

Ce genre d'initiative doit être salué. Acheter sur place fait prospérer le commerce local et, par la même occasion, du bien à l'environnement. Celles et ceux qui font des dizaines de kilomètres - voire davantage -  pour acheter à meilleur prix oublient souvent de tenir compte des frais de déplacement, de la pollution induite et du temps finalement perdu au volant. Tout compte fait, les bénéfices escomptés n'en sont plus vraiment.

La même analyse vaut pour les achats sur Internet, dont les jeunes, en particulier, sont si friands aujourd'hui. Acquérir des marchandises par ce biais n'est pas aussi favorable que le prétend la génération Y. Tout d'abord, cela prétérite le commerce et l'industrie suisses, et donc l'emploi. En outre, s'ils ne se déplacent plus – sinon au bureau de Poste pour renvoyer leurs colis… -, ces consommateurs oublient de prendre en compte le transport des produits par camion, voire par avion. Quant à l'utilisation du Web, elle est loin d'être aussi écologique que certains l'avancent. En août dernier, le Conseil fédéral a révélé dans un rapport que les services liés à Internet consomment 7,8% de l’électricité dans notre pays! En cause: les data centers abritant des milliers de serveurs, qui stockent et qui servent de relais aux données numériques. Ils absorbent à eux seuls 1104 GWh, soit l'équivalent de la consommation électrique du canton de Neuchâtel!

Et si nous prenions le temps de méditer sur nos contradictions d'humains autour du sapin, au moment de distribuer les cadeaux? Notre économie et l'environnement s'en porteraient sans doute mieux.

Photo: MAXPPP

29/11/2017

Numérisation et relocalisation, ça rime aussi

PVEI-2017_7807.jpg

Dans la catégorie "Entreprise suisse", le Prix vaudois des entreprises internationales (PVEI) a récompensé LEMO - leader mondial de la connectique maîtrisant de A à Z sa production. Le 23 novembre dernier, Alexandre Pesci, son CEO (à g.), a été honoré par Manuel Leuthold (Président du DEV), Claudine Amstein (directrice de la CVCI) et Philippe Leuba (Conseiller d'Etat, chef du DEIS, à dr.). (Photo: Christian Brun)

Dans l’inconscient collectif, la révolution 4.0 – la numérisation des activités économiques, industrielles et de service – est d’abord une menace, un puissant destructeur d’emplois qui promet à nos sociétés occidentales industrialisées des lendemains qui déchantent. Et ce, dans un avenir plus proche qu’on ne l’avait imaginé jusqu’ici.

Il paraît incontestable que la sophistication de plus en plus grande des robots, investis d’intelligence artificielle, va rendre obsolètes nombre de tâches répétitives. Cette révolution va même, selon les experts, mettre en difficulté tous ces jobs « moyens » dont la valeur ajoutée n’est pas assez élevée pour justifier leurs coûts, et l’importance sociale ou logistique pas assez déterminante pour en garantir le maintien.

Mais tout n’est pas sombre à l’ère du digital et de la mondialisation. Un mouvement inverse s’amorce, parallèle, qui crée de la valeur et des emplois. Dimanche dernier, le patron du groupe d’assurances Zurich, Mario Greco, annonçait que de nombreux postes allaient être rapatriés en Suisse. Expérience faite, constatait en substance le directeur général du groupe, la course aux salaires inférieurs peut se révéler vaine. Au bout d’un certain temps, les rémunérations du pays où l’on a délocalisé grimpent, nécessitant, pour suivre la même logique, une nouvelle délocalisation. Un processus coûteux, gourmand en temps et en ressources, où la déperdition de qualité et de savoir-faire finit par être contre-productive.

Dans l’informatique comme dans l’administratif, c’est la compétence qui prime – et non le coût nominal -, dit le patron de Zurich. L’information est intéressante : la numérisation apporte aussi un nivellement des tâches, qui fait davantage ressortir la qualité intrinsèque du travail apporté par les femmes et les hommes. Elle réinjecte donc de la compétitivité vers des pays où la main-d’œuvre est hautement qualifiée.

Ce phénomène se mesure aussi dans l’industrie. La semaine dernière, le Prix vaudois des entreprises internationales 2017 (PVEI) couronnait la société LEMO SA, leader mondial de la connectique. Cette étonnante entreprise familiale maîtrise de A à Z sa production, et ses trois sites suisses se portent à merveille. De gros investissements en robotique et en technologie sont passés par là, mais la verticalisation rendue ainsi possible garantit un contrôle absolu sur la qualité des produits et des services livrés à la clientèle. Une plus-value qu’il est bien plus compliquée d’atteindre en s’éparpillant.

Ces deux exemples montrent à quel point les transformations structurelles de l’économie offrent des opportunités à qui sait les saisir. S’y préparer, être ouvert au changement, se concentrer sur ses valeurs et sa plus-value : autant de conditions nécessaires pour réussir ces tournants décisifs.

08/11/2017

« No Billag », des ruines pour tout projet

Non_No_Billag_1920.jpg

Faut-il, pour faire évoluer le paysage médiatique suisse, lui appliquer la politique de la terre brûlée ? C’est la proposition de l’initiative dite « No Billag », sur laquelle nous voterons en mars prochain. Car il ne faut pas s’y méprendre : s'il est approuvé, ce texte aura sur l’information audiovisuelle de notre pays le même effet que les hordes d’Attila sur les steppes qu’elles traversaient. L’initiative ne propose rien d’autre qu’un champ de ruines.

D’abord, elle se trompe de cible. Elle ne s’attaque pas aux contours de la concession accordée à la SSR. Ce volet-là reste ouvert à la discussion, puisque les conditions de la prolongation du mandat de service public de la SSR doivent être précisées par le Conseil fédéral dans le courant de l’année prochaine (en même temps que la nouvelle loi sur les médias électroniques), pour une mise en œuvre début 2019. On sait déjà que plusieurs corrections seront apportées, qui toucheront à la définition du service public, à l’accès aux jeunes générations, au nombre de chaînes nécessaires à son application, à la place du divertissement, à la garantie d’un service d’information et d’une pluralité  culturelle, régionale et linguistique, et à la place des diffuseurs régionaux et locaux. Le débat, déjà entamé, va s’intensifier et permettra une discussion de fond sur le rôle et le périmètre de la SSR. Ses moyens, on le sait, seront déjà réduits avec la baisse du niveau général de la redevance.

L’initiative trompe aussi sa clientèle. Elle veut convaincre les entreprises que la nouvelle loi sur la radio et la télévision (LRTV), adoptée de justesse en 2015, leur coûte plus cher parce qu’elle généralise la perception de la redevance. C’est faux. Trois quart des entreprises suisses ne sont pas touchées par cette loi, et sur les 25% restant, 9% des sociétés paient moins qu’auparavant. Pour les grandes entreprises, la facture que représente la redevance est une goutte d’eau insignifiante du point de vue des coûts fixes.

Mauvaise foi partisane

Les initiants voudraient faire croire que plus personne ne regarde, ni n’écoute, les chaînes de la SSR. Là encore, c’est une contre-vérité. Si la façon traditionnelle de suivre les programmes s’érode (tout en restant significative), les multiples possibilités offertes par la technologie (podcast, replay, etc.) permettent une consommation à la carte. Et les radios régionales conservent un taux d’écoute très important, y compris chez les jeunes.

En vérité, les ressorts idéologiques des partisans de « No Billag » sont patents. Il s’agit de museler une SSR qui traiterait mal la droite et l’économie, qui ferait le lit de la gauche, et dont la politique expansionniste priverait les médias privés de solutions à la crise de la presse. Cette vision partisane fait fi de plusieurs réalités.

Premièrement, les instruments existent pour surveiller l’exercice équilibré de l’information  et - comme dit plus haut -, la discussion autour du renouvellement de la concession permettra de les affiner. Deuxième élément, il est très peu probable qu’une suppression de la SSR engendrerait un transfert de ressources vers les médias privés suisses. La concurrence publicitaire est asymétrique, et la tendance lourde observée depuis plusieurs années, qui voit le marché publicitaire se déplacer vers les GAFA (Google, Amazon, Facebook et consorts), ne fera que se renforcer. Une telle situation profiterait aussi aux médias étrangers, qui se taillent déjà une part non négligeable du marché suisse à travers les fenêtres leur ayant été accordées. Les chaînes allemandes, françaises ou italiennes créeraient-elles des contenus « suisses » ou « locaux » ? Il est sérieusement permis d’en douter.

Enfin, la suppression de tout financement public signifierait la faillite pour une majorité de radios et télévisions régionales, qui vivent de la redevance et font un travail remarquable d’information, nécessaire à la démocratie. Sans parler des soutiens à la création (cinéma, documentaires, etc.) auxquels participe largement la SSR. Nombre de productions suisses – et d'emplois - seraient simplement condamnés.

On peut discuter du mandat de service public de la SSR et, nous l'avons souligné, l’agenda politique le permet. Mais dans un pays multiculturel, les équilibres sont essentiels à l'expression du débat démocratique. L’ensemble des régions linguistiques doivent notamment pouvoir se faire entendre. Et puisque contribuer à la cohésion nationale relève de la mission constitutionnelle de ce service, maintenir un financement public pour la réaliser fait partie intégrante des conditions cadres à assurer.