UA-64206590-2 UA-101278801-1

25/10/2017

L’ambition est aussi une condition cadre

20171025_123138.jpg

« La Suisse est en voie de banalisation », s’exclamait l’autre jour l’écrivain et conseiller politique français Jacques Attali, de passage en Suisse romande pour promouvoir son dernier livre. On peut se demander s’il s’agit là d’un verdict ou d’un souhait, tant la position de la Suisse sur l’échiquier mondial paraît souvent déranger nos chers voisins.

Cela dit, la sentence doit aussi nous faire réfléchir, car elle n’est pas dénuée de fondement. La Suisse, cette Willensnation, s’est construite sur des audaces, des paris, des visions d’avenir qui ont sorti ce pays isolé au milieu de l’Europe de sa pauvreté, pour en faire progressivement un bastion économique, politique et social. La relecture sélective de l’histoire ne doit pas transformer ces efforts en simples manifestations d’opportunisme. On a trop tendance à penser, à l’étranger, que la Suisse n’a fait que profiter de situations de conflit pour s’enrichir et se protéger.

Elle a au contraire su faire preuve d’ambition. Sa construction politique, au XIXe siècle, a rompu avec les tentations conservatrices et posé les jalons d’une remarquable stabilité qui ne se dément pas depuis un siècle et demi. Ses investissements dans les transports ont tracé une ligne que l’on suit toujours et qui constitue un avantage concurrentiel. Nous devons à tout prix le conserver en continuant à y investir. Sans jamais céder aux sirènes de la démesure, la Suisse a su, par ailleurs, développer une politique active de la représentation et du symbole. Elle a misé sur son sens de l’organisation et de la solidarité pour mettre sur pied des événements, notamment diplomatiques, qui l’ont placée favorablement sur la carte du monde.

La manière actuelle d’empoigner les dossiers politiques fait craindre que cet esprit pionnier ne se tarisse, que tout en magnifiant le passé on maudisse l’avenir, que les soucis du quotidien empêchent d’imaginer des projets pour le futur. De grands projets, générateurs d’activité économique, qui puissent entretenir - et même rafraîchir - l’image de la Suisse dans le monde.

L’accueil circonspect réservé pour l’heure à la candidature de Sion aux Jeux olympiques d’hiver 2026 peut être interprété comme une saine prudence, qui doit pousser les promoteurs du projet à convaincre de sa validité, et de la qualité de sa préparation. Cet examen est nécessaire, mais il serait très dommage que l’on confonde l’analyse rationnelle d’un grand projet avec son dénigrement par principe. Bien sûr, l’olympisme traverse des turbulences, il doit faire œuvre d’introspection et se régénérer. Mais c’est justement la chance de la Suisse : être le pays qui aura passé de la parole aux actes, et qui aura démontré à la planète entière qu’une ambition peut être saine et bien concrétisée.

L’ambition? C’est aussi une condition cadre du succès.

18/10/2017

Immigration et emploi, le contre-exemple du Brexit

Drapeaux_CH_UE_Berne.jpg

On le sait depuis quelques semaines, l’ASIN et l’UDC préparent le lancement prochain, début 2018, d’une nouvelle initiative pour interdire la libre circulation des travailleurs. Baptisé « Limites aux frontières », ce texte vise à empêcher toute possibilité pour la Suisse de conclure ou d’adapter un traité qui octroie la libre circulation des personnes. C’est un complément à l’article 121 sur l’immigration, adopté par le peuple le 9 février 2014. Il veut verrouiller l’interprétation faite par les Chambres fédérales de l’initiative contre « l’immigration de masse » lors de l’élaboration de la loi d’application. Selon les initiants, celle-ci « trahit » l’esprit du texte et ne suit donc pas la volonté populaire.

Vouloir maîtriser ses flux migratoires est une chose, se couper de toute flexibilité économique en est une autre. Pour se convaincre des dangers d’une politique qui empêche l’économie d’adapter son recrutement à ses nécessités, pas besoin d’élaborer de longues théories. Un simple coup d’œil à un grand pays européen suffit. Le Royaume-Uni vit en direct les conséquences d’une décision de fermeture, avant même que la moindre mesure n’ait pris force de loi.

Des problèmes déjà réels

En effet, le Brexit n’est pas encore négocié que l’économie britannique subit les effets de ses futures restrictions en matière de main-d’œuvre étrangère. Des milliers de postes, pour des emplois peu gratifiants mais indispensables (comme plongeur dans un café, travailleur agricole, ouvrier dans la construction), restent inoccupés. Les patrons ont beau multiplier les annonces, aucun Britannique n’y répond, et la source des travailleurs venus (principalement) d’Europe de l’Est, ouverte en 2004, se tarit à vue d’œil. Certes, l’effondrement du cours de la livre sterling joue un rôle dans cette désertion, mais le climat anti-étranger qui a régné lors de la campagne du Brexit a fait tache d’huile, et la main-d’œuvre est-européenne se tourne vers d’autres marchés, plus accueillants.

D’autre part, le taux de chômage demeure bas. Du coup, ces emplois de deuxième choix n’intéressent pas les Britanniques. Et la crise se déplace sur un terrain plus glissant encore : le milieu hospitalier. Dans les hôpitaux anglais, on commence à manquer d’infirmières. La pénurie pourrait gagner des secteurs à haute valeur ajoutée, accélérant le risque de désertion d’institutions financières et l’effet d’entraînement désastreux pour l’économie.

Comparaison n’est pas raison ? Sans doute le cas britannique diffère-t-il de la problématique suisse, en ce sens que la Suisse n’est pas membre de l’Union européenne et qu’elle ne s’en retire pas. Mais tout de même : la Suisse bénéficie des accords bilatéraux, et de la libre circulation pour permettre à son économie de trouver les bras et les cerveaux qui lui permettent de croître et de dégager de la richesse. Elle aussi connaît un niveau de chômage très bas – encore plus bas que la Grande-Bretagne.

Dans un monde globalisé, avec une économie tournée vers l’exportation, la Suisse doit pouvoir continuer à gérer ses flux de main-d’œuvre avec précaution et intelligence. Sans se construire des barrières qui, loin d’apporter une réponse à la perte d’emploi de ses citoyens, la pénalisera encore davantage en affaiblissant sa capacité de croissance.

12/10/2017

Le travail ne va pas disparaître !

                                                cla_robot.jpg

C’est la nouvelle théorie à la mode, le nouvel épouvantail : le travail disparaît. L’automatisation de la société s’accélère, l’intelligence artificielle s’immisce dans les recoins les plus inattendus de notre vie quotidienne, des métiers disparaissent aussi vite que les espèces sur la planète. Bref, comme le dit la chanson, c’est la fin du monde tel que nous le connaissons.

Quelques prophètes de la technologie triomphante nous prédisent un avenir digne des meilleurs films de science-fiction, où les machines devenues toutes-puissantes seraient bien plus capables que nous de discernement, et que leur association avec les esprits les plus malfaisants promettrait au monde un chaos destructeur. C’est faire fi de l’histoire, de la faculté d’adaptation de l’être humain, de sa créativité, et d’un élément qu’il faut sans cesse rappeler : les machines, les algorithmes, les logiciels, aussi perfectionnés soient-ils, ne produisent que ce pour quoi ils ont été conçus. L’avenir est sans doute différent du présent, c’est une tautologie, mais il suffit de se pencher sur les prédictions faites dans un passé récent pour constater leur inexactitude.

Du réalisme et de la souplesse

D’autres prophètes serinent un refrain bien connu: si le travail disparaît peu à peu, il faut mieux le partager. Comme si « le travail » était un élément fini, un gâteau standard que l’on répartit en tranches d’égale valeur. Les exemples peu convaincants abondent (la France et ses 35 heures, au hasard), mais cela n’arrête pas les inconditionnels du collectivisme. Ainsi des Jeunes socialistes suisses, qui proposent une semaine de travail à 25 heures, sans diminution de revenu, bien entendu. Le tour de passe-passe serait réalisé par la seule grâce de l’augmentation de la productivité – et financé par les riches patrons, bien entendu.

Les jeunesses partisanes font souvent œuvre de provocation pour avancer des idées nouvelles. En l’occurrence, les Jeunes socialistes recyclent et exagèrent une idée qui sent déjà l’obsolescence. Si nous devons retenir une leçon globale de l’évolution technologique de notre société, c’est qu’elle exige de nous davantage de souplesse et d’inventivité que de rigidité.

Des métiers disparaissent, d’autres se créent. Les tâches rébarbatives, répétitives, qui ne demandent aucune créativité, sont de plus en plus prises en charge par des robots ou des logiciels. Mais les exigences en matière de services individualisés et de gestion de la complexité ouvrent de nouvelles perspectives. L’urgence n’est donc pas de brider le travail, mais de mieux accompagner ses mutations, en adaptant notre cadre législatif et régulatoire à ces réalités. Et en insistant sur la formation, à tous les niveaux, pour éviter que cette révolution n'engendre des cohortes de victimes.