UA-111926984-1 UA-101278801-1

24/11/2009

Un scénario catastrophe pour votre emploi

La production d’électricité a été réduite. Les centrales nucléaires ont été arrêtées. Une tempête ravage l’Europe occidentale, provoque une panne d’électricité monumentale et des problèmes à la chaîne. Un autre film catastrophe de Roland Emmerich dans la veine de « 2012 »?

 

Non. C’est le scénario de l’Exercice de conduite stratégique 2009 mené par le Conseil fédéral les 19 et 20 novembre derniers. Nos autorités se sont confrontées aux effets d’une pénurie d’électricité de plusieurs mois. Leurs répercussions sur la Confédération, les cantons, l’économie, la société et les relations internationales ont été simulées. Face à la pénurie, les autorités ont dû planifier des mesures de restriction de la consommation électrique. Le Conseil Fédéral les a approuvées, à titre fictif. Les leçons tirées de cet exercice permettront de prendre des décisions pour accroître notre sécurité énergétique.

 

En marge de la campagne pour ou contre Mühleberg, il est symptomatique que le thème d’un exercice mené tous les quatre ans seulement, soit une pénurie électrique. Nos autorités se préparent activement à faire face à une crise énergétique majeure. Partant, est-ce vraiment le moment de diminuer notre indépendance énergétique déjà mal en point en arrêtant une centrale qui marche comme Mühleberg ? Dois-je le rappeler ? Une entreprise qui ne peut pas produire pour cause de coupures de courant, est une entreprise qui ne livre plus ses clients, fait des pertes, puis licencie, et fini par faire faillite. Multiplier ça par le nombre d’entreprises suisses et vous obtiendrez un chômage de masse historique.

 

Pour éviter ce scénario catastrophe, votez oui à la prolongation de l’exploitation de Mühleberg ce 29 novembre! C’est de la combinaison de toutes les énergies disponibles dont l’économie a besoin, dont vous avez besoin. Les technologies renouvelables ne sont pas encore mûres pour prendre le relais du cheval de trait nucléaire. Votez oui à l’électricité de nos emplois !