27/01/2016

Frais d'écolage des EPF: un débat nécessaire et justifié

Les hautes écoles suisses sont-elles trop bon marché? Le débat sur la hausse des taxes d'inscription aux écoles polytechniques n'a rien de scandaleux. Cela fait vingt ans que les étudiants paient quelque 1200 francs par an pour accéder à l'EPFL. 100 francs par mois pour fréquenter une école dont la qualité de l'enseignement est mondialement reconnue. Une adaptation à la hausse s'impose.

Le président de l'EPFL propose de doubler les frais d'écolage, ce qui rapporterait entre 9 et 10 millions de francs par an. Une somme qui permettrait de compenser en partie les coupes de l'ordre de 30 à 50 millions de francs qui découleront des 500 millions d'économies sur la formation que prévoit le Conseil fédéral. Attention, rien n'a encore été formellement décidé et ce seront en fin de compte les Chambres fédérales qui trancheront.

Qu'on soit clair: j'estime que des économies dans le domaine de la formation seraient une grave erreur. Le parlement doit renoncer à ces 500 millions de francs d'économie. J'irais même jusqu'à dire que la Suisse devrait accroître ses efforts dans ce domaine, dans la situation actuelle. Sans forcément dépenser plus d'ailleurs. Le franc fort nous oblige à nous concentrer sur des secteurs toujours plus pointus, les seuls à même de justifier des coûts de production plus élevés face à la concurrence internationale. Ce n'est pas en taillant dans le budget des EPF que l'on améliorera notre compétitivité.

La question des taxes d'écolage n'en reste pas moins essentielle. Etudier dans un poly suisse coûte moins cher qu'en France, en termes de frais d'inscription, et il n'y a aucune justification à cela.

Autre motif, celui-là mis en avant par le professeur Denis Duboule la semaine dernière sur la RTS: le niveau actuel des taxes ne reflète pas la valeur de l'enseignement dispensé. Ce n'est pas dans l'intérêt de l'école, ni dans celui des étudiants, qui ont une perception faussée du service qui leur est offert. 200 francs par mois pour fréquenter l'EPFL, cela restera très raisonnable.

27/08/2014

Record d'apprentis en terres vaudoises: maintenons le cap!

L'apprentissage atteint un nouveau record cette année dans le canton de Vaud: plus de 6800 contrats avaient été signés à la mi-août, soit le double de ce que l'on observait il y a dix ans (3400 contrats à la rentrée 2003). "Ce nombre (…) souligne l'engagement des entreprises pour la formation des jeunes. Le monde économique est l'un des acteurs essentiel de la formation professionnelle et les entreprises formatrices sont toujours aussi actives dans ce domaine", relevait le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture la semaine dernière dans son communiqué sur la rentrée.

Nous avions un peu de retard en Suisse romande par rapport à la Suisse alémanique, mais tout le monde prend désormais conscience de l'intérêt de la formation duale, l'une des recettes de base de la prospérité de notre pays. Et l'effort des entreprises se lit désormais dans les chiffres. Cette évolution est indispensable. L'apprentissage n'est pas une voie de garage, loin de là. Faut-il encore le répéter, il n'exclut en aucun cas la poursuite de la formation vers des études supérieures (dans les Hautes écoles spécialisées ou à l'Uni).  

Et puis tout le système de formation a désormais changé: que vous soyez universitaire ou que vous ayez appris le métier en entreprise, vous êtes désormais amenés à vous former tout au long de votre carrière. Tous les directeurs RH vous le diront: l'expérience acquise dans le monde de l'entreprise compte autant que les diplômes. Encore une fois, les apprentis partent donc avec une longueur d'avance. 

 

Cette réalité reste encore souvent peu connue. Au moment de faire leur choix, les jeunes sont encore souvent poussés par leurs parents à privilégier la voie gymnasiale, si les notes leur permettent de le faire. C'est pourtant l'intérêt pour telle ou telle profession ou pour les études qui devrait prédominer, indépendamment des notes. Car les deux voies se valent et offrent les mêmes possibilités de développement, tant sur le plan personnel que professionnel. En termes d'"employabilité", la filière duale semble même avoir une légère longueur d'avance. Toutes les places d'apprentissage ne trouvent aujourd'hui pas preneur, c'est dommage. Mais les chiffres de la rentrée montrent que nous sommes sur le bon chemin!