04/11/2015

Bureaucratie: visons les bonnes cibles

Faut-il rendre facultative la participation des PME suisses comptant moins de 50 employés aux récoltes de données statistiques? Ou carrément abandonner toute statistique qui les concerne? Une motion allant dans ce sens a été adoptée en septembre dernier aux Chambres fédérales. L’idée est de lutter contre la bureaucratie, ce qui est incontestablement louable… Mais là, on se trompe de problème.

Plus on dispose d’informations pour prendre ses décisions, meilleures sont nos chances de succès. Il n’est pas raisonnable de croire qu’on puisse aider les PME sans connaître leurs besoins spécifiques, par exemple en matière de ressources humaines. Les données sur les salaires sont des indicateurs permettant aux sociétés de se comparer à la concurrence. Tout comme les chiffres d’affaires du commerce de détail ou les commandes dans l’industrie. Qu’y gagnerait-on à ne plus en disposer?

Selon le dernier recensement des entreprises, 97,6% des entreprises suisses comptent moins de 50 collaborateurs. Ces quelques 305’000 sociétés occupent 47% des collaborateurs que compte la Suisse. Si on éteint la lumière sur cet énorme pan de notre économie, les statistiques ne voudront plus dire grand-chose. On ne se concentrera plus que sur les 6000 entreprises qui ont entre 50 et 250 employés et sur les 1100 qui en ont plus de 250. Mieux vaudrait alors abandonner toute statistique… Mais ce serait une énorme erreur. Aucun chef d’entreprise ne prend de décision commerciale sans étude préalable sérieuse.

Un précédent révélateur

En 2003, l’Office fédéral de la statistique (OFS) avait supprimé les statistiques des nuitées hôtelières. 2004 avait été l’année du «pifomètre» dans la branche… qui s‘était rapidement organisée elle-même pour relancer cette statistique dès 2005. Mieux vaut savoir où l’on va si on veut s’adapter à la clientèle; cette évidence avait alors sauté aux yeux.

Il y a sans aucun doute des améliorations à apporter dans la récolte des données, qui sont parfois pesantes. Une meilleure coordination est aussi indispensable. Mais nous priver d’informations fiables et essentielles sur la quasi- totalité des entreprises nous coûterait bien plus cher que les économies de coûts administratifs que cette mesure est censée nous apporter.

04/09/2013

Négociations salariales: ce qu'il ne faut pas oublier…

La période des négociations salariales démarre en Suisse. Et les syndicats y vont comme chaque rentrée de leurs revendications, les hausses réclamées allant de 1,5% à 2% (Union syndicale suisse). Juste niveau? Une chose est sûre, la perception de l'augmentation des salaires est faussée par l'inflation. Lorsque cette dernière était de 3% et que les revenus étaient adaptés de 3%, la grande majorité des employés s'estimaient satisfaits. Ils ne gagnaient pourtant rien de plus, puisque les prix avaient augmenté d'exactement le montant de leur hausse!

Au moment de toucher sa paie, une hausse de 1% ou moins peut sembler chiche, à première vue. Mais prenons le cas concret de 2012. Les salaires ont augmenté en moyenne de 0,8% en Suisse. Dans le même temps, l'inflation s'est inscrite en baisse annuelle moyenne de 0,7%. Résultat, le pouvoir d'achat des actifs s'est accru de 1,5%, indiquait l'Office fédéral de la statistique il y a quelques mois.

La situation ne devrait pas être différente cette année. L'inflation est une nouvelle fois attendue en recul, de 0,3%, selon les projections de la Banque nationale suisse (BNS). Nous n'avons pas encore les chiffres définitifs des augmentations salariales qui ont été consenties pour 2013, mais elles devraient avoir été, en moyenne, du même niveau qu'en 2012. La progression du pouvoir d'achat a donc continué.

Alors que faire pour 2014? Premier constat: toutes les entreprises ne sont pas dans la même situation économique. Certaines affichent d'excellents résultats et ont des perspectives solides, leur permettant de donner des augmentations substantielles, alors que les affaires de certaines autres, par exemple dans l'industrie des machines, se sont clairement tassées ces derniers mois. Viser des hausses générales, même par branche, serait une erreur. Le meilleur moyen est de négocier reste de le faire entreprise par entreprise.

Deuxième constat: l'inflation ne devrait pas s'emballer l'an prochain puisque la BNS n'attend qu'une progression des prix de 0,2%. Cette perspective est d'excellent augure pour la poursuite de l'amélioration du pouvoir d'achat.

Dernier constat: les salaires réels augmentent moins rapidement dans les pays voisins. En France, la progression du pouvoir d'achat n'a été que de 0,1% en 2012 (+2,1% pour les salaires auxquels il faut soustraire 2% d'inflation)  tandis qu'elle était de 0,8% en Allemagne (+2,8% pour les salaires avec une inflation de 2%). Avec ses rémunérations élevées et un franc toujours surévalué, la Suisse a déjà de la peine à maintenir sa compétitivité. Il faut veiller à ne pas accroître les déséquilibres. Car au bout du compte, le meilleur moyen de préserver les intérêts des employés consiste à assurer la prospérité des entreprises.

Savant dosage! Le partenariat social, avec des négociations sur le terrain, et des salaires différenciés en fonction des entreprises et des régions, a jusqu'ici permis de l'établir au mieux. Que resterait-il donc à négocier si nous avions un salaire minimal à 4000 francs partout ou une règle du type 1:12 (plafonnant le plus haut salaire annuel à 12 fois le plus bas)? Quelques détails. A côté du processus de négociations salariales de l'automne, ces questions sont aujourd'hui essentielles puisqu'elles sont au menu de votations prochaines (24 novembre pour 1:12, 2014 pour le salaire minimum). Quel modèle nous promet la meilleure réussite? Nous aurions tort de nous engager sur la voie du tout réglementaire!

13/08/2010

Soyons ambitieux, visons la première place!

La Suisse est dans le peloton de tête des dépenses de R&D, selon l’OFS. La Confédération les hautes écoles, et surtout les entreprises dépensent un montant total de 16.3 milliards de francs. Cela correspond à 3% du PIB. Nous pointons au sixième rang en comparaison internationale. Seuls Israël, la Suède, la Finlande, le Japon et la Corée du Sud nous devancent.

 

Cela paraît réjouissant. Mais ce que l’OFS ne dit que du bout des lèvres, en fin de communiqué , c’est que notre pays était 7ème lors du classement  2000, puis 5ème en 2004, pour être rétrogradé à la 6ème place en 2008. D’où vient ce léger recul? Les entreprises ont augmenté les montants alloués à la R&D de 24% par rapport à 2004. Les hautes écoles ont fait encore mieux avec 31% de plus.

 

Les chiffres montrent surtout, qu'en Suisse, les montants investis dans la R&D sont principalement le fait des privés (pour les trois quarts des montants investis), contrairement aux autres pays de l'OCDE où le Trésor public assure ces dépenses. Toutefois, au-delà des chiffres et des classements, la taille de l'enveloppe budgétaire ne fait pas tout. Il faut que les recherches soient bien ciblées et que nous puissions bénéficier de chercheurs à même de pouvoir conduire des projets ambitieux. Et l'État doit jouer pleinement son rôle en assurant le financement de hautes écoles de pointe et en permettant l'obtention de permis de travail pour les chercheurs et le personnel qualifié nécessaire. Ces conditions sont hautement stratégiques. Elles ont une influence directe sur la productivité et la compétitivité de nos entreprises qui sont chaque jour soumises à une concurrence internationale plus dure. Nous n'avons pas le choix: au lieu d’être seulement dans le peloton de tête, nous devons prendre la tête du peloton!