02/03/2016

Les Suisses regardent au-delà du Gothard

Avec son oui clair et net au 2e tunnel routier du Gothard, le week-end dernier, le peuple suisse a donné un signal fort à nos autorités. Il a fait savoir que les infrastructures sont au centre de ses préoccupations. Parlement, partis et Confédération ne doivent donc pas s'endormir, il s'agit maintenant d'aller de l'avant avec les gros dossiers qui nécessitent des améliorations rapides, à savoir le développement des réseaux routier, électrique et de télécommunication.

Pour le rail, la question a été réglée à satisfaction avec l'acceptation du Fonds d'infrastructures ferroviaires (FAIF), en 2014. Les travaux démarrent peu à peu et s'intensifieront ces prochaines années.

La route doit maintenant passer au premier rang dans les priorités. Et là, l'Arc lémanique a de gros besoins de rattrapage. L'évolution démographique a été fulgurante au cours des 15 dernières années (habitants en hausse de 25% entre 2000 et 2015 dans le canton) sans que les infrastructures ne suivent. Le contournement autoroutier de Morges, l'élargissement à trois voix des autoroutes entre Genève et Lausanne, entre Cossonay et Lausanne, la recherche d'une solution d'amélioration pour l'axe Lausanne-Villeneuve: ces préoccupations quotidiennes de dizaines de milliers de Vaudoises et Vaudois coincés chaque jour dans les bouchons doivent être appréhendées à bras le corps.

Réseau électrique vieillissant

Pour l'électricité, il s'agit de créer les conditions les plus favorables à l'adaptation rapide du réseau, dont la majeure partie (les deux tiers) a été construite dans les années 50 et 60. Le développement des nouvelles énergies renouvelables, avec les défis qu'elles imposent notamment en termes de gestion d'une production en large partie aléatoire, nécessitent des investissements rapides, qui doivent être coordonnés avec nos voisins. D'où une autre nécessité urgente, celle de trouver rapidement un accord sur l'électricité avec l'UE

La qualité des infrastructures est essentielle également dans les télécommunications. L'amélioration constante des réseaux mobiles – et surtout l'utilisation de nouveaux standards techniques – nécessite sans cesse de nouvelles antennes. Il faut en simplifier l'installation et adopter les normes en vigueur chez nos voisins (le swiss finish n'a pas plus de sens dans ce domaine que dans la banque ou la mécanique!). La concurrence doit être encore stimulée.

La Suisse est classée au 6e rang mondial pour la qualité de ses infrastructures. C'est l'un des atouts de notre pays, reconnu autant par les habitants que par les entreprises. Le vote de dimanche – comme celui de février 2014 sur le FAIF – montre que la grande majorité veut maintenir ce niveau d'excellence!

05/02/2014

Initiative UDC: le divorce appauvrit les ex-conjoints

L'initiative UDC "contre l'immigration de masse" implique la dénonciation de l'accord sur la libre-circulation des personnes entre la Suisse et l'Union européenne (UE). Ce traité est en effet incompatible avec le rétablissement des contingents de travailleurs étrangers qu'exigent les initiants. Ces derniers ont beau s'en défendre en affirmant que Bruxelles avalera la couleuvre, il s'agit bel et bien d'une demande de divorce avec nos partenaires. Et alors? Connaissez-vous beaucoup de séparations qui aient accru la richesse d'un des deux conjoints?

Les divorces sont coûteux. Ils appauvrissent chacun des partenaires. C'est une constante. L'Europe achète 60% des produits que nos entreprises exportent. Faire croire qu'elle acceptera sans aucune contrepartie d'adapter le contrat de mariage qui nous lie depuis bientôt quinze ans est un boniment. La libre circulation des personnes fait partie du fondement même de ses valeurs. L'adaptation unilatérale de nos relations (déjà taillées sur mesure pour notre pays) aurait un coût. Un coût qui reste certes à estimer, mais que nous devrons quoi qu'il en soit tous payer.

Pour les entreprises, un oui à l'initiative ouvrirait une période d'incertitude. Certains jeunes entrepreneurs pourraient avoir tout intérêt à installer leur société à l'étranger, où ils seront sûrs de pouvoir embaucher les spécialistes dont ils ont besoin, plutôt que de prendre le risque de devoir se soumettre à la bureaucratie suisse des contingents. Vous en avez tous fait l'expérience un jour ou l'autre, les bureaucraties sont rigides et font perdre du temps. L'initiative ne propose rien d'autres!

Les grandes sociétés, soumises à une concurrence mondiale, risquent de faire la même analyse. Qu'on comprenne bien mes propos: je suis persuadée qu'aucune entreprise ne quittera la Suisse en raison d'une éventuelle acceptation de l'initiative, mais je suis tout autant convaincue que chacune réfléchira à deux fois lorsqu'il s'agira d'y investir. Et cela d'autant plus lorsque ses instances dirigeantes sont basées à l'étranger.

Qu'y gagneraient les Suisses et Suissesses? L'assurance de décrocher un job lorsqu'ils sont en concurrence avec des candidats qui ne possèdent pas le passeport à croix blanche, comme le promet l'UDC? Les contes de fées ont la vertu d'endormir les enfants. La réalité est un brin différente des grandes promesses…

L'incertitude est mauvaise pour l'économie. Une entreprise qui doute embauche moins, et parfois pas du tout. Cela nous promet un chômage en hausse. Et donc inévitablement des dépenses sociales également en hausse. Des dépenses qu'il s'agira d'assurer avec moins de travailleurs actifs. A moins bien sûr de démanteler les acquis. Il y aura moins de travailleurs actifs qui devront aussi payer l'AVS d'une population qui voit son espérance de vie augmenter. Les initiants se gardent bien de mettre en avant ces perspectives. Elles sont pourtant évidentes si un oui sort des urnes dimanche.

Un divorce implique que chacun refasse sa vie de son côté. Les Suissesses et les Suisses ont tout intérêt à réfléchir aujourd'hui s'ils veulent vraiment prendre la voie du repli. Une voie qui n'apporte aucune solution aux problèmes de logement et d'infrastructures tout en ne faisant planer de grands risques sur notre prospérité.  Dimanche, votons NON à cette initiative.

22/01/2014

L'initiative anti-immigration ne changerait rien à la pénurie de logement!

L'initiative anti-immigration de l'UDC n'apporte aucune solution aux problèmes de la pénurie de logement dans l'Arc lémanique, ni aux bouchons et aux trains bondés. Pourquoi? Parce que le retour aux contingents ne freinerait pas du tout l'afflux de travailleurs étrangers, comme le montre l'évolution démographique dans les années 80 et 90. Il ne ferait que réintroduire une énorme bureaucratie. Et parce qu'immigration ou non, davantage de logements et une adaptation des infrastructures de transport sont indispensables!

Commençons par le logement: en 1980, Suissesses et Suisses se contentaient de 34 m² par personne. Vingt ans plus tard, il leur en fallait 44 m² chacun! Et la tendance continue sur cette lancée, car l'augmentation du nombre de ménages de petite taille ne cesse de croître. La part des ménages d'une ou deux personnes est ainsi passée de 64% en 1990 à 67,6% en 2000. Il y avait environ un divorce pour trois mariages dans les années 1970, on en est à un divorce pour deux mariages actuellement. Il faut bien loger chacun des conjoints séparés, avec chacun une ou deux chambres pour la garde partagée des enfants. Le dirigisme étatique, les contingents et le repli sur soi ne peuvent rien là contre.

Fermer les frontières aux collaborateurs étrangers dont nos entreprises, nos hôpitaux ou homes médicalisés ont besoin – j'ai remarqué que même les partisans de l'initiative sont d'accord là-dessus - ne changera rien à la nécessité de construire, de densifier. Pour ce faire, l'initiative n'est d'aucun secours. Notez que ce n'est ni l'argent ni les investisseurs qui manquent. Le problème numéro un vient de la lenteur des procédures; il faut des années avant de pouvoir donner le premier coup de pioche au moindre chantier. Il faut accélérer le mouvement, simplifier le cheminement administratif!

Les routes et les trains? Les initiants ne cessent de se plaindre des bouchons et trains surchargés, mais l'UDC est le seul parti qui s'oppose au projet de fonds ferroviaire (FAIF), qui permettra pourtant d'accroître les capacités ferroviaires d'ici à quelques années. Incompréhensible! Les problèmes sont déjà évidents aujourd'hui. Comment peut-on prétendre que la réintroduction des contingents apportera un quelconque soulagement au RER archi-plein aux heures de pointe entre Lausanne et Vevey ou au bouchon autoroutier matinal de la Blécherette? Sans extension des réseaux, les problèmes demeurent. La réalité, c'est que la venue de travailleurs étrangers nous permet de financer plus facilement ces investissements.

La Suisse comptait 6 millions d'habitants en 1970. Il y avait 200 voitures pour 1000 habitants à cette époque. Il y a aujourd'hui 8 millions d'habitants et  535 voitures par 1000 habitants. Le réseau autoroutier est pourtant pratiquement le même qu'il y a 40 ans! Et cela alors que beaucoup de gens travaillent toujours plus loin de leur domicile, que l'offre de loisir incite à nous déplacer toujours davantage. Que changerait l'initiative anti-immigration par rapport à ces phénomènes? Il faut adapter nos routes et nos trains à la Suisse d'aujourd'hui. Se lamenter en cherchant des bouc-émissaires ne résoudra rien. NON à l'initiative "contre l'immigration de masse"!