18/12/2013

Enseignement de l'économie à l'école: une suspicion incompréhensible

L'enseignement des notions de base de l'économie a toute sa place à l'école obligatoire. Au même titre que la sensibilisation aux problèmes environnementaux et que la prévention routière. Les questions liées à la consommation et à la publicité, le fonctionnement des entreprises ainsi que le financement des collectivités publiques sont en effet des thèmes au moins aussi importants que le tri des déchets!

Dans cette optique, associer les milieux économiques à l'élaboration des thèmes à enseigner tombe sous le sens. Les entreprises ont en effet l'avantage d'être sur le terrain. Elles peuvent identifier les besoins en information, rendre attentif aux dernières évolutions, aux changements auxquels elles sont confrontées. Leur partenariat ne peut être que profitable.

Il n'est bien sûr pas question de faire dispenser l'enseignement de l'économie par les entreprises elles-mêmes. Ce n'est pas leur rôle et malgré toutes les précautions imaginables, il ne serait pas possible de dissocier totalement l'aspect commercial de l'aspect éducatif. Mais leur implication dans des organismes chargés de donner des cours est en revanche une bonne piste. A ce titre, les cours intitulés "ma commune" dispensés par Young Enterprise Switzerland (YES) allaient dans le bon sens. L'école vaudoise ne les veut malheureusement plus (malgré la demande de nombreux enseignants), suite à la plainte des parents d'un seul élève (!), qui contestaient que des partenaires privés appuient YES (24 Heures du 30.11.13).

Espérons que cette "affaire" reste une exception. La meilleure des écoles est celle qui donne aux enfants les clés qui leur permettront d'avancer par leurs propres moyens dans la société, qui leur permettront aussi de comprendre le monde qui les entoure. Quelques éléments de base sur l'économie de marché (les prix, leur formation, la concurrence), la prospérité ou encore le chômage leur permettront de mieux aborder l'actualité diffusée par les médias, actualité qui les touche aussi, tôt ou tard. Crise de la dette, développement économique en Afrique, fabrication des ordinateurs en Chine… Pourquoi les choses sont-elles aujourd'hui telles qu'elles sont? Ecole et économie ont tout intérêt à collaborer intelligemment!

20/07/2011

Une réforme de l'école vaudoise s'impose

Discutez avec des chefs d'entreprises vaudois du bagage scolaire de leurs apprentis de première année! La plupart du temps, les critiques fusent: les compétences dans les branches de base, comme le français ou les mathématiques, sont en chute libre depuis des années. Une enquête réalisée l'an dernier par les Chambres de commerce et economiesuisse auprès de plus de 700 dirigeants de sociétés en Suisse montrait que 70% de apprentis n'avaient pas un niveau satisfaisant dans les disciplines élémentaires. Vaud ne fait pas exception, loin de là. Quel gâchis!

 

Une réforme s'impose, cela tombe sous le sens. L'initiative "Ecole 2010", sur laquelle nous votons le 4 septembre prochain, a eu le mérite de lancer le débat. Un contre-projet, LEO, lui est opposé. Le premier tient à conserver la forte sélectivité – et donc les trois filières - qui constitue en quelque sorte l'ADN de l'école vaudoise, tout en voulant redonner du lustre à la voie secondaire à options (VSO). Cette dernière devrait devenir une vraie filière professionnelle. Le contre-projet préconise quant à lui un réaménagement partiel du système actuel via la suppression de la VSO et l'introduction de différents niveaux dans la voie secondaire générale (VSG). Le passage d'un niveau inférieur à un autre, y compris à la voie secondaire baccalauréat (VSB), serait facilité. Subsidiairement, les notes refont leur apparition. Dès la 1ère primaire (3e selon HarmoS) avec Ecole 2010, dès la 3e (5e HarmoS) avec LEO.

 

Que choisir entre ces deux propositions? La Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI) a renoncé à trancher, estimant que l'école obligatoire ne doit devenir un terrain de jeu idéologique. Elle s'engage en revanche totalement et sans aucune réserve en faveur du changement.

 

L'un et l'autre projets sont porteurs d'évolutions pédagogiques qui vont dans la bonne direction. La réintroduction des notes comme critère de sélection à l'issue des six premières années primaires ne peut qu'être bénéfique, gage de transparence. L'allongement global de 18 semaines de la durée totale de la scolarité constitue également un atout, pour la bonne et simple raison que passer plus de temps à potasser ses bouquins ou suivre des leçons est en soi de nature à accroître le niveau de connaissances.

 

La place économique vaudoise a besoin d'une école performante, mais également garante d'une certaine mobilité des élèves entre les filières. Tant Ecole 2010 que LEO y contribuent: à chacun de décider selon sa préférence, il ne s'agit plus là d'un choix économique!