20/06/2012

Développement économique: le psychodrame vaudois doit prendre fin

 

Le dénigrement gratuit a assez duré. Il est grand temps que la promotion économique cantonale recommence à travailler sereinement. Le Grand Conseil a débattu hier du rapport des commissions de gestion et des finances sur la politique menée par le canton de Vaud en matière d'exonérations fiscales. Principale leçon: la loi a été respectée en tous points. Il n'y a jamais eu de cadeaux, contrairement à ce qui été insinué tout au long de l'hiver. Les entreprises qui ont bénéficié d'allègements fiscaux –quatre sur cinq sont des sociétés suisses - ont créé des emplois et investi dans la région.

Le principal reproche adressé au Conseil d'Etat porte sur la communication et des questions de procédures. Cela peut et doit être corrigé, c'est évident. Mais sur le fond, tout le monde devrait avoir l'élégance d'admettre que la promotion économique vaudoise est un succès. C'est malheureusement bien loin d'être le cas!

Je l'expliquais déjà en février dernier dans mon blog, mais une nouvelle étude publiée la semaine dernière par la société Boston Consulting montre à quel point la présence de sociétés étrangères et de grandes multinationales est bénéfique pour notre canton. Entre 2000 et 2010, ce ne sont pas moins de 24'000 emplois que les grands groupes internationaux – suisses ou étrangers – ont créé en terres vaudoises. Et ce chiffre ne recense que les emplois directs: toute l'économie en profite, des commerçants aux entreprises de constructions.

Toujours au cours des dix dernières années, la part des multinationales dans le PIB vaudois est passée de 33 à 41%. Cette évolution est incontestablement le fruit d'une promotion économique efficace. Un travail de fond grâce auquel le canton a pu diversifier son économie – il en avait grand besoin -, rattraper son retard en termes de croissance, et surtout assainir ses finances.

Reprocher aujourd'hui à notre promotion économique sa réussite a quelque chose d'indécent. Oui, indécent, lorsqu'on met en relation ces critiques avec le chômage qui frappe un jeune sur deux en Espagne ou en Grèce. Ou irresponsable: comment qualifier autrement ces attaques répétées, alors que bon nombre de nos proches voisins et partenaires n'ont pour futur proche que des promesses d'austérité?